[Macronistan, Coronavirus] Offensive communicationnelle: c’est la panique au gouvernement

A chaque fois que vous voyez porter aux nues un ministre, dîtes-vous bien que c’est pour allumer un contrefeu. Si l’on allume un contrefeu, c’est qu’il y a le feu.

Macron et le gouvernement se font dessus. Et c’est donc l’ineffable Olivier Véran qu’on pousse en avant.

Et la presse comme toujours est complaisante.

Le Point nous parle « d’une com sans faute » alors qu’elle a été calamiteuse, cacophonique et mensongère. Bref, une fois encore, amateurisme à tous les étages. Au surplus, on s’en fout de la com, ce qui compte c’est l’action. Véran n’a rien fait, n’a rien décidé. C’est encore une fois les médecins et les personnels soignants qui font le boulot d’eux-mêmes et en sorte que le système ne s’écroule pas.

Le Dauphiné Libéré a envoyé Mme Moulinier (qui signe Eve Mouliner, de Paris) passer 24 heures à Véran (ce que nous ne croyons pas un seul instant, cette journaliste n’a pas passé 24 heures avec lui).

« Un ministre isérois face à l’épidémie ».

Le règlement de cette petite crise ( officiellement un millier d’infectés pour une vingtaine de décès, moins que les morts + les blessés des attentats de 2015) a été catastrophique, que ce soit le stock de masques FFP2 envoyé en Chine (où ces masques sont fabriqués), les tests de dépistages qui à l’heure où nous écrivons ne sont pas en nombre suffisant dans les hôpitaux (c’est à dire qu’on ne teste que les patients présentant des symptômes graves alors que tout patient admis à l’hôpital devrait être testé), nombre de lits et personnels insuffisant, médecins libéraux sous-équipés et sous-informés etc.

Nous allons être clairs. Comme nous l’avons déjà mentionné, un ministre dans une situation pareille ne sert à rien. Le système de réponse d’urgence se doit de fonctionner de lui-même sans qu’aucun ordre n’ait besoin d’être donné et aucune décision prise de la part de politiciens incompétents.

Le problème c’est qu’en France, on a tellement saigné le système de santé qu’on ne sait même plus gérer une épidémie de grippe. Question résilience, on repassera.

N’oubliez pas que c’est Olivier Véran qui (a) a fait voter le budget de la sécu supprimant 800 millions d’euros (au bas mot) à l’hôpital public en 2020 et (b) qui a été à la manoeuvre sur la réforme des retraites.

Écoutons plutôt le Dr. Salachas (ce neurologue de la pitié -salpêtrière qui a « accroché » Macron) et rappelons-nous de dégager aux municipales, puis aux présidentielles et législatives de 2022 les fossoyeurs de l’hôpital public, au nombre desquels on trouve Olivier Véran.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.