[MACRONISTAN, ALERTE PANDÉMIE] Le Macronavirus, le COVID-49-3, une forme particulièrement virulente

Nous pouvons en voir les ravages localement avec Olivier Noblecourt, macronistanais infecté, qui a tenté de bouffer le cerveau d’une autre macronistanaise infectée, Emilie Chalas, alors que tout le monde sait que le prérequis pour être député maronistanais est de ne pas en avoir (de cerveau).

Et nous avons trouvé le « patient zéro » absolu, il s’agir de Mme N’Diaye, que nous devrions bannir loin, très loin, pour des raisons de salubrité publique évidentes.

La cure au Macronavirus est connue et simple: une grosse dose de parlementarisme.

Explication:

« Si le Sénat se met à faire de l’obstruction, alors le projet de loi y sera bloqué aussi longtemps que le veulent les sénateurs, sans que le gouvernement n’y puisse rien.

Parce qu’au Sénat :
– pas de Temps Législatif Programmé, qui n’existe que dans le règlement de l’AN,
– et pas de 49.3 (que la Constit ne prévoit que devant l’AN) pour échapper à la discussion

Et très franchement, quand le gouvernement et LREM ont refusé le dialogue en ne répondant jamais sur le fond puis en déclenchant un 49.3, il devient presque du devoir moral du Sénat de bloquer.

Et si tout le Parlement est paralysé pendant six ou dix mois à cause de ça, la réforme devra être enterrée (comme la réforme constit l’a été). Ou à tout le moins, elle ne pourra avoir lieu sans que les réponses aient été données aux Français.

Alors comment on fait ? La France Insoumise n’a que 2 sénateurs, les communistes et alliés n’en ont que 14. C’est mieux que rien, mais ça va être compliqué pour tenir la distance.

Ceux qui vont compter ici, ce sont les sénateurs du groupe socialiste., ils sont 71, ca fera un total de 87 sénateurs de gauche. Quand on voit ce que peut faire un dixième de l’Assemblée qui fait de l’obstruction, imaginez ce que peut un quart du Sénat.

(Et imaginez s’ils sont rejoints par la droite, qui, si elle apprécie un peu plus la réforme, a des raisons de s’offusquer elle aussi du processus d’adoption.)

D’autant plus qu’il y a une autre différence de taille entre AN et Sénat. Vous vous souvenez de l’histoire de regrouper les amendements identiques dans la discussion ?

Ben ça, ça n’existe pas au Sénat.

Au Sénat, 85 amendements identiques, ce sont 85 amendements à discuter.

Et si chaque sénateur en dépose 1000 (ça se programme facilement), ça fait 85 000 amendements distincts à discuter. Calcul sur un coin de table : 300 jours minimum, sans compter les sous-amendements.

Vu que le Sénat ne peut passer plus de 105 jours par an à parler des retraites, avec 300, on dépasse la fin du mandat. »

Comme quoi faut pas paniquer, faut raison garder et esprit clair conserver. D’une manière ou d’une autre, à un moment ou à un autre, on lui tordra le cou au Macronavirus COVID-49-3.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.