[Macronistan, municipales, clientélisme confessionnel] « Je suis mal à l’aise avec le mot communautarisme »

Illustration: Emmanuel Macron luttant contre le « séparatisme » islamiste à Mulhouse le 18/02/2020, après avoir déclaré que l’islam politique n’avait pas sa place en France.

Décidément la masturbation est le sport national du Macronistan.

Emmanuel Macron se masturbe avec la sémantique. Et nous fait un discours de sous-préfet à Mulhouse. « Former les imams en France. Financement transparent des mosquées ». 30 ans qu’on entend la même rengaine, et qu’on ne fait pas ce qu’il faut faire.

« Je ne suis pas à l’aise avec le mot communautarisme ». Tenez donc, comme avec le mot pénibilité! Parce que cela laisserait accroire qu’il existe des « communautés » et donc que sa tactique de marketing politique qui consiste à avoir un discours différent pour chacune de ces communautés deviendrait visible.

Le communautarisme c’est le fait pour un groupe d’individus constitué sur des bases ethniques, culturo-linguistiques ou confessionnelles de considérer que les règles de la communauté sont supérieures à celles de la république.

Le séparatisme est la conséquence immédiate du communautarisme islamiste.

Prenez nos concitoyens d’origine arménienne. Ils sont très attachés à leurs racines même si l’Arménie est un pays mafieux, corrompu, démocraturique qui se bat contre l’Azerbaïdjan pour un morceau de colline pelée où il n’y a rien et qui n’a jamais rien apporté au monde – à part des évadés fiscaux chantants et la pire journaliste politique de l’histoire de la presse française même si née au Liban 😀 Ah nous oublions l’essentiel: ils nous ont donné de très grands résistants dont beaucoup sont morts pour la France, et depuis leur arrivée après le génocide dont ils furent les victimes, ils se sont toujours montrés des citoyen exemplaires aimant la France au moins autant que l’Arménie, là, ce pays qui sert à rien 😀

La « communauté » arménienne ne cherche en aucun cas à nier les principes de la république. Bien au contraire, elle sait que ce sont ces principes qui lui permettent de cultiver ses racines. Comme l’écrasante majorité de nos concitoyens issus d’une immigration récente le savent également.

Ce n’est pas le cas avec les islamistes, car il ne faut pas parler de communautarisme musulman, qui n’existe pas.

Nous n’allons pas revenir ici sur la nature totalitaire, raciste, ségrégationniste etc. de l’islamisme.

Nous allons parler du clientélisme des élus dirigé vers les islamistes. Sans des élus vendus, les islamistes ne peuvent pas prospérer. Sans des élus qui croient que la paix sociale peut s’acheter, les islamistes comme les truands ne peuvent pas prospérer. Sans des élus qui leur délèguent en faits la gestion de quartiers entiers, les islamistes et les truands ne peuvent pas prospérer.

Si on veut régler le problème du « séparatisme », il faut à la fois taper sur les islamistes et sur les élus qui traitent avec eux.

Tout d’abord pour bien comprendre comment les islamistes pensent, prenez le temps de regarder cela.

Hassan Iquioussen est venu il y a un an donner une conférence à l’invitation de la mosquée Teisseire, mosquée qui est donc liée aux frères musulmans.

1 – La logique du clientélisme confessionnel et communautaire est absurde électoralement et politiquement

Au niveau national

Le Pew Research Center est reconnu comme étant une référence mondiale en matière de statistiques. Ses études de très grandes cohortes sont faites dans à peu près tous les pays du monde, ce qui permet donc comparaison d’un pays à l’autre.

La dernière enquête sur la composition confessionnelle en France date de 2017. Ces chiffres sont encore valables (pas de changement majeur en 3 ans).

  • 64% des Français s’identifient comme chrétiens en 2017
  • 28% affirment ne pas avoir d’appartenance religieuse
  • 8% sont membres d’une autre confession

Par autre confession est entendu toute autre confession que le christianisme; judaïsme, Islam, Bouddhisme, Scientologie etc.

Cela signifie donc qu’il y a en France non pas 10% de musulmans comme on nous l’assène mais +/- 5%, soit env. 3,5 millions de personnes.

3,5 millions de musulmans, cela fait environ 1 million d’électeurs, une fois les mineurs et les étrangers ne disposant pas de droit de vote retranchés. Si on applique un taux d’abstention moyen de 45%, cela fait 550 00 votants « musulmans » sur 41 millions d’inscrits et en moyenne plus de 30 millions de votants. Une goutte d’eau.

Dans les QPV (quartier prioritaires de la politique de la ville) habitent +/- 4 millions de personnes, soit env. 6% de la population.

Nous avons donc des politiques qui au niveau national essaient:

  • soit de séduire un électorat qui n’a aucun poids réél
  • soit d’instrumentaliser cet électorat qui n’a aucun poids pour faire cristalliser les votes par la peur

Au niveau local, métropolitain

  • Vivent dans les QPV env. 35 000 personnes, soit +/- 8% de la population
  • Sur ces 35 000 personnes, on compte environ 10 000 électeurs.
  • +/-70% en moyenne s’abstiennent à chaque élection

La « démonstration de force » lors de la prière de l’Aïd el Kebir tous les ans à Alpexpo où se rassemblent + /-10 000 hommes musulmans (venus de tout le département de l’Isère) est de l’esbroufe totale. 10 000 personnes, ce n’est même pas un match du FCG! Si on rajoute 10 000 femmes, cela fait 20 000 personnes. Une goutte d’eau comparé aux 450 000 habitants de La Métro (moins de 2% de la population) et aux 1,26 millions d’habitants du département.

On estime à +/- 4 000 personnes le nombre de fidèles assistant à la prière du vendredi dans l’ensemble des mosquées de la métropole, ce qui est peanuts

2 – Quels est le comportement des élus

Lors de sa campagne en 2014, Eric Piolle a promis la construction de mosquées.

Dans les faits, tant la construction de la mosquée Teisseire que celle de l’Alma sont grassement subventionnées par la collectivité, ce qui est illégal.

Dans le cas de la mosquée El Feth (Alma), il y a une prise illégale d’intérêt parfaitement caractérisée qui implique Eric Piolle, président d’Actis, et le trésorier de cette mosquée qui comme par hasard a été nommée au conseil d’administration d’Actis comme « personne qualifiée » … par Eric Piolle. Ces faits ainsi que les éléments de preuve ont été communiqués au parquet de Grenoble qui comme à son habitude… ne fait rien.

Nous savons qu’avant l’opération de propagande politico-religieuse des islamistes de l’Alliance Citoyenne, le conseiller spécial d’Eric Piolle, Enzo Lesourt ainsi qu’un autre membre du cabinet du maire se trouvaient dans les vestiaires à tailler le bout de gras dans la joie et la bonne humeur avec ces islamistes. Eric Piolle était donc non seulement au courant de cette opération mais en fut également complice puisqu’il l’a laissé faire.

Et il ne s’agit de d’exemples que nous connaissons., donc de la partie émergée de l’iceberg.

Nous avons également pu voir une candidate, Emilie Chalas, choisir comme « référente quartiers populaires » une personne qui faisait faire des prêches dans les mosquées incitant à voter pour sa liste et pas pour celle de Jérôme Safar parce que c’était « haram »

Qu’attendent donc l’autorité publique pour sévir alors que notre arsenal juridique le permet?.

3 – Pourquoi donc les politiques agissent-ils ainsi?

Nous venons de montrer que le poids de l’électorat musulman est négligeable et que les efforts déployés par les candidats sont démesurés par rapport aux bénéfices escomptables. Nous avons affaire à ce qu’on pourrait appeler le cynisme des crétins, des idiots.

Outre le cynisme et la bêtise, cette attitude peut s’expliquer par la combinaison d’une multitude de facteurs:

  • La méconnaissance voir l’ignorance que possèdent les candidats des quartiers. Plus facile de déléguer à des truands ou des islamistes que de prendre le temps d’essayer de comprendre les populations
  • Parmi les entrepreneurs politiques, les entrepreneurs identitaires sont les plus en vue : l’entrepreneur repère au sein du monde social une demande d’identité particulière, qu’il entretient par la propagande et la fabrique d’un discours idéologique (puis des revendications symboliques puis matérielles) taillé sur mesure pour le rendre visible dans le débat public. Pourquoi les politiciens professionnels écouteraient davantage ces entrepreneurs plutôt que directement leurs électeurs ? C’est une leçon que tout étudiant en science politique connait, ou devrait connaître, et qui nous vient du grand politologue Mancur Olson : il est plus facile de mobiliser, par exemple pour élire ou faire élire, des petits groupes aux intérêts clairs et déterminés, que des grands groupes aux intérêts flous.
  • Une mentalité de dame patronnesse du XIXeme siècle (surtout vrai pour les cathos de gauche façon Eric Piolle): « viens là pauvre petit immigré ou fils d’immigré, tu souffres, je vais te protéger »
  • L’idéologie mondialiste de ceux qui n’ont aucune idée de ce qu’est le monde en dehors de leur club Belambra en Tunisie ou bien de leur Air BnB à Bali

Mais le facteur le plus prévalent reste la possibilité de discréditer l’adversaire en le traitant de raciste. Certains sont prêt à tout cautionner, à tout excuser y compris l’inexcusable pour ce faire. On l’a constaté notamment lors de la marche contre « l’islamophobie ».

Il est pratique cet électorat « communautaire » qui est instrumentalisé aussi bien par ceux se proclamant de l’antiracisme que par ceux se targuant de combattre une immigration hors contrôle.

Il est surtout pratique parce que l’instrumentaliser ne comporte aucune conséquence électorale, puisque cet électorat est négligeable. Il suffira de lui lancer quelques miettes après les élections.

Enfin il autorise à ne pas écouter la majorité de la classe populaire française, qui elle ne vit pas dans les « quartiers » mais à la périphérie et en zone rurale. Marcel Gauchet explique parfaitement cela en ne s’en prenant qu’au macronistan alors que c’est l’ensemble de la classe politique qui se comporte de la sorte, même si cela prévaut surtout à gauche. Quand ces gens là se réveillent, cela donne les gilets jaunes et ça secoue bien plus que n’importe qu’elle émeute de banlieue, parce que passés à la trappe du gouvernement par et pour des minorités, celle de la classe dirigeante qui utilise ce qu’elle nous présente

C’est moins vrai localement en revanche où le réel communautarisme constaté déjà par Hubert Dubedout dans son rapport sur la politique de la ville de 1983 est très problématique:

«  La population [de ces quartiers] se caractérise par un très fort pourcentage de jeunes, une présence relativement forte par rapport aux autres quartiers de la ville de divers groupes ethniques, une augmentation des familles pauvres ou en situation de précarité (femmes chefs de famille). Or ce sont justement ces divers groupes qui pour des raisons culturelles, législatives ou économiques (pour certaines les trois à la fois) ne peuvent pas ou ne veulent pas s’intégrer dans les structures de participation ou adhérer à une association.« 

Nous conclurons par la conclusion de notre tribune sur le clientélisme d’octobre 2019:

« Pour que ce système se perpétue, il faut que rien ne change. Il faut que les “leaders” locaux puissent continuer à “monnayer” leur entremise, que les candidats puissent continuer à les “acheter” en promettant des moyens publics et que les habitants – électeurs soient maintenus en état de dépendance de ces moyens publics. Sans client, pas de clientélisme possible.

Celui qui se pose en client a l’assurance d’être déçu, puisque celui qui promet, une fois au pouvoir, aura toute la latitude de choisir six ans durant, de tenir ses promesses ou pas. Celui qui se pose en client perd à tous les coups, parce que son utilité ne tient qu’à son vote : une fois ce vote donné, le client n’existe plus et n’a plus aucune valeur. Jusqu’à la prochaine élection.

Vous voulez savoir pourquoi rien ne change dans les “quartiers” ?
Nous venons de vous en exposer la principale raison. »

En période électorale, le fait que la presse locale ne traite pas de ce sujet en dit long, alors que tous les candidats se vautrent dans le clientélisme confessionnel et communautaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.