[Municipales, Chalas, islamisme, antisémitisme] Ces islamistes sont tous tellement prévisibles!

C’est le même principe qu’avec l’islamophobie à chaque fois que quelqu’un critique l’Islam. Vous savez, cette « religion de merde », aussi merdique que les autres?

Lire cette enquête de Place Gre’net.

Nous avons une personne qui en 2014 a visiblement écrit ce qui est affiché ci-dessous (elle ne le nie pas), qui a été « cooptée » par une candidate – Emilie Chalas – dont rien ne vient prouver qu’elle n’était pas au courant (en 2014, tout le monde le savait) et qui hurle au règlement de comptes!

Ces propos sont antisémites car (a) ils visent personnellement un candidat du fait de son judaïsme, (b) ils appellent à ne pas voter pour lui de ce seul fait et (c) ils incitent à monter une campagne politique trouvant des justifications religieuses contre cette personne dans des lieux de culte où la langue d’expression principale n’est pas le français et où la politique n’a pas droit de cité (relire la loi de 1905 sur la police des cultes « les réunions politiques sont interdites dans les lieux de culte. »)

Sauf que voilà, nous au GAM ne sommes pas G.W. Bush. Après le 11 septembre 2001 et alors que 15 des 19 terroristes responsables des attentats étaient saoudiens, nous n’avons pas déclaré que l’axe du mal était l’Irak, l’Iran et la Corée du Nord… Nous n’avons pas pour habitude de nous tromper de cible.

Ce que nous voyons là à l’œuvre depuis des années, c’est à la fois la corruption, le clientélisme, la schizophrénie et la lâcheté de notre classe politique quant à la wahhabisation d’une partie croissante de nos concitoyens musulmans.

  • « Kashoghi, n’est pas le Yémen » a osé dire Macron pour justifier la continuation de ventes d’armes à l’Arabie Saoudite alors que l’Allemagne elle les a interdites (l’Allemagne était un fournisseur d’armes aux Saoudiens d’une taille comparable à celle de la France)
  • N’oubliez pas que les 5 majors des relations publiques dont les deux françaises (Havas et Publicis, la dernière comptant tout de même Élisabeth Badinter à son conseil d’administration) ont toutes d’énormes contrats avec les saoudiens. Celle qui a les plus est Publicis.
  • L’Allemagne expulse plusieurs centaines d’Imam par an. L’Italie, dès l’inscription d’un résident étranger (légal ou pas) à l’équivalent du fichier « S » expulse sous 24 à 48 heures l’individu en question (famille ou pas, enfants ou pas, marié ou pas à un ressortissant italien), et ce depuis 2005 (jamais eu de problèmes avec la CEDH en la matière)
  • Si le clientélisme communautaire et confessionnel n’est pas une nouveauté, c’est en revanche depuis 2017 que Macron et LREM en ont fait une tactique de marketing politique réelle, plannifiée à un niveau national en particulier sur les réseaux sociaux, notamment dans notre bonne métropole.

Il faut bien noter l’hypocrisie totale d’Emilie Chalas qui ose déclarer:

« Ces faits ressortent à six semaines des élections, fait observer Émilie Chalas. On s’attaque encore à une femme des quartiers qui dérange ! Louisa Ben Fakir y vit encore, elle a des choses à dire. Elle a ce langage très cash et parfois maladroit. Mais je fais aussi une place à cette parole-là ! »

Comme quand M. Borel-Garin, ‘expert sécurité de Mme Chalas et ancien flic de son état, a agressé un journaliste du DL: il s’agissait d’une « incompréhension mutuelle ».

La capacité de Mme Chalas à excuser l’inexcusable n’a d’égal que celle d’Emmanuel Macron à excuser, au hasard, M. Benalla.

  • « Si on a fait une liste c’est bien qu’on sait que c’est haram ». Mais Mme Ben Fakir va nous dire qu’il ne s’agit que de la personne de M. Safar. Le fait que ce la soit « haram » n’a rien à voir, bien évidement, avec le fait qu’il soit de confession juive, pas plus que le compte anonyme Justice Justice ne l’a mentionné expressément!
  • Mme Ben Fakir selon les articles utilise des patronymes différents. Ben Fakir, Ben Fekir, Ben Fenkir (dans le DL). Y compris sur le site de campagne de Mme Chalas. Pourquoi donc?
Ce paragraphe tombe sous le coup de l’article 106 des dispositions pénales du code électoral (2 ans de prison et 15 000 euros d’amende). Les politiques développées pour les habitants sont les mêmes pour tous les quartiers. Le clientélisme est patent.
  • Les propos de Mme Ben Fakir ressurgissent maintenant parce que les listes sont connues, c’est tout. C’est parce qu’elle est candidate qu’il importe de se renseigner sur ce qu’elle a fait dans le passé, sur qui elle est, sur ce qu’elle pense etc. On n’est plus une personne privée quand on est candidat à une élection.
  • La multiplication des comptes anonymes sur les réseaux sociaux pose problème surtout quand on y tient ou qu’on y diffuse ce qui est mis en lumière par Place Gre’net
  • Les Maraudeurs de la miséricorde sont une organisation islamique
  • Mme Chalas cautionne donc une « parole » ouvertement raciste, ségrégationniste et antisémite.
  • Toutes les femmes grenobloises sont des femmes du quartier où elles vivent! Mme Chalas veut-elle faire accroire qu’il existe à Grenoble des Manteqas, des zones géographiques qui répondrait à des règles spécifiques, dont les habitants seraient en dehors de la société etc. ?

« Louisa Ben Fakir défend la Palestine. Elle lutte contre les colonies mais, sur ma liste, on a aussi Franck
Benhamou, qui est membre du Crif [Conseil représentatif des institutions juives de France] ! », se défend la députée de l’Isère. »

Nous allons juste rappeler que sous l’occupation, parmi les pires collaborateurs de l’Allemagne Nazie et grands profiteurs de guerre on trouvait Joseph Joanovici et Mandel Szkonilkov. Deux juifs…

Toujours cet argument moisi « Tenez, j’ai un ami [mettez la catégorie que vous voulez] », donc je ne suis pas antisémite, ou raciste, ou homophobe etc. »

Mme Chalas nous dit donc qu’elle fait une liste d’affichage: quelques juifs, quelques musulmans/Islamistes façon Benetton quoi. A t-elle des asiatiques, des arméniens, des siciliens, des polonais etc. également? Non parce que quitte à saupoudrer et à verser dans le communautarisme, autant aller jusqu’au bout! Aucune cohérence d’idées, de programme, juste un gloubi-boulga de gens qui veulent du pouvoir et de l’argent ou bien maintenir leurs rentes. Pas de doute, nous sommes bien chez En Marche!

Le clientélisme abouti d’Emilie Chalas est une réalité et depuis le début. Des candidats à des stages issus de la Villeneuve et ré-aiguillés vers sa permanence? Mais cela tombe sous le coup de l’article 106 du code électoral, soit 2 ans de prison et 15 000 euros d’amende. Mme Chalas souhait t-elle que quelqu’un porte plainte avec constitution de partie civile, plainte qui sera immédiatement recevable?

Pourquoi Mme Chalas ne demande t-elle pas conseil à son super flic, M. Borel-Garin, qui est à la retraite depuis 6 ans et qui doit donc bien connaître les grilles de profilage utilisées pour les islamistes? Ce fin limier est parfaitement capable de cribler n’importe qui par des moyens légaux, non?

La corruption morale et trop souvent matérielle de notre classe politique tant au niveau national que local est patente. Tout comme sous l’occupation le « bloc élitaire » s’était jeté à corps perdu dans la collaboration parce que cela protégeait ses petits intérêts étroits, on les voit fouler aux pieds les principes universels pour grappiller quelques voix. Les pires en la matière, parce que n’ayant aucune retenue, sont les marcheurs. Et se pose la question du financement de la campagne d’Emmanuel Macrion dans potentiellement les mêmes termes que celle de Sarkozy en 2007, mais pas avec le même état étranger.

La République n’a pas de valeurs. Elle n’a que des principes, consignés dans la déclaration des droits de l’Homme et du citoyen et dans notre constitution.

Il n’est en France même pas demandé d’adhérer à ces principes et de continuellement les répéter, comme c’est le cas dans de très nombreux pays à commencer aux USA (ou le « pledge of allegiance » c’est tous les matins à l’école et lors d’ouverture de nombreuses manifestations publiques).

Tout ce qui est demandé, c’est de respecter ces quelques principes peu contraignants. Ceux qui ne le font pas n’ont rien à faire parmi nous.

Le salafisme, le wahhabisme, le frérisme, l’islamisme – appelez cela comme vous le voulez, c’est la même chose – est une idéologie violente, totalitaire, ségrégationniste, raciste, antisémite, homophobe etc. L’affaire « Mila » vient encore de l’illustrer – tout comme elle a été le révélateur de cette corruption morale (coucou Nicole Belloubet, coucou Ségolène Royal, coucou Caroline De Haas, coucou le PS etc.)

Cette idéologie doit être combattue avec la même énergie qu’on met à combattre les idéologies d’extrême droite parce que c’est une forme de fascisme, le pire qui soit, un fascisme théocratique, incréé donc imposé comme n’étant pas d’origine humaine, mais divine. Mussolini, Hitler, Staline, Idi Amin Dada etc. n’étaient eux que des mortels et leurs régimes ne leur ont pas survécu longtemps. Mais quand on assène que c’est dieu qui dit cette idéologie, alors il faut tuer dieu et ses prophètes passés, présents et futurs.

Si rien ne change dans les « quartiers », c’est justement parce que des candidats comme Mme Chalas sont moralement disqualifiés et incultes au point d’aller nommer comme « référents » des gens qui n’ont aucun intérêt à ce que les choses changent, puisqu’ils tirent leurs rentes de cette situation. Et Mme Chalas n’est pas la seule. Tous les candidats le font.

Les gens biens, soit ils ont réussi à sortir des « quartiers » et ne veulent plus rien y avoir à faire, soit ils y sont encore et subissent, se taisent, parce qu’ils n’ont pas le choix, parce que sous le joug de ceux qui se posent en « référents ».

Tous ceux qui s’autoproclament comme « représentants » ou qu’on nous présente comme des « référents », les grands frères et les grandes sœurs etc. sont l’assurance de sérieux et rapides problèmes.

Le silence de la Ligue des droits de l’Homme, le silence de la LICRA, le silence du MRAP, de SOS racisme etc. sont assourdissants au point qu’on pourrait les croire complices. Tenez, comme lors des opérations burqinis.

Mme Ben Fakir est qui elle est. La seule responsable est Mme Chalas qui a fait le choix de la faire figurer sur sa liste, alors qu’avant les autres élus eux, s’ils pratiquaient également une forme de clientélisme ne franchissaient pas certaines limites, excluants de fait certaines personnes tenantes de certaines idéologies antirépublicaines et antidémocratiques.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.