[Municipales, GEC, Piolle] Horaires de certaines piscines (Bulle d'O, Dauphins)

Nous ne savons pas si vous avez remarqué, mais les horaires de certaines piscines ont été modifié afin de suppléer, nous dit-on, aux besoins des « associations » qui utilisaient la piscine Vaucanson, aujourd’hui fermée pour des raisons de sécurité. Les raisons de sécurité, on y remédie, on met aux normes, comme pour l’hôtel de ville.

Nous voulons bien le croire, sauf que nous sommes en période électorale.

Si jamais on venait à glisser en loucedé des créneaux réservés aux « femmes » – par exemple le week-end – cela tomberait sous le coup de la loi.

Méfiants nous sommes, qui avons constaté la complicité du cabinet du maire de Grenoble lors de l’opération burqini de l’Alliance Citoyenne cet été. Méfiant nous sommes doublement puisque parmi les colistiers d’Eric Piolle nous trouvons de gens qui ont apporté soutien aux islamistes aquatiques.

Deux mosquées construites dans les faits avec des subventions déguisées de la ville sous cette mandataure, ça suffit. Et c’est déjà illégal, puisque que l’état et les collectivités ne financent aucun culte. Nous n’avons rien contre la construction de mosquées, à partir du moment où cela se fait dans les règles et sans subventions publiques aucunes, directes comme indirectes ou déguisées.

Par soucis d’équité, il nous faut souligner que les autres candidats sont tout aussi friands de clientélisme confessionnel que la municipalité sortante. Tous sont en la matière à mettre dans le même sac.

La loi de 1905 ne pose pas la neutralité de l’état vis-à-vis des cultes. La loi de 1905 pose la séparation des cultes et de l’état et donne à l’état le pouvoir de police des cultes, non pas au sens théologique du terme mais sous l’angle de l’ordre public. Par culte est compris la pratique organisée d’une religion.

La neutralité de l’état ne s’applique qu’à la liberté de culte, qui est une liberté individuelle. Une autre liberté individuelle, celle d’association, permet aux individus partageant la même religion de s’organiser en fondant une personne morale à but non lucratif afin de pouvoir assurer les finances, l’administration et la logistique de leur culte.

L’état impose donc un certain nombre de règles qui sont les mêmes pour tous les cultes. Elles sont conçues à la fois pour garantir et protéger la liberté de culte, celle d’en changer ou de n’en avoir aucun et pour s’assurer du bon ordre public. Si un culte ou le membre d’un culte ne respecte pas ces règles, il peut y avoir des sanctions administratives (fermeture du lieu de culte, dissolution de l’association, expulsion du territoire national de résidents étrangers etc.) et des sanctions pénales.

Le clientélisme confessionnel qui a cours tous azimuts et tous cultes confondus – surtout en direction des « minoritaires » – depuis de trop nombreuses années à Grenoble a assez duré.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.