[Boeing Ukrainien] L'armée iranienne reconnaît le tir accidentel et nos reproches à Trudeau perdurent.

FIn de l’histoire donc.

En revanche, l’attitude de certains, à commencer par celle de Justin Trudeau doit être pointée d’un index très réprobateur, tout comme celle des autorités iraniennes qui n’auraient pas du être aussi catégoriques dans leurs dénégations sans avoir enquêté.

Quant au Monde qui écrit que Justin Trudeau a confirmé le tir, rien n’est moins vrai, puisque Justin Trudeau n’a produit aucune preuve de ce tir, pour la bonne et simple raison qu’il n’en avait pas.

La question n’est pas de savoir si l’on a tort ou raison. La question est de savoir si l’on peut prouver ce que l’on avance au moment où on l’avance.

Quand on est chef d’un gouvernement durant une telle période de tension, on dit: « j’ai en ma possession des renseignements qui confortent l’hypothèse d’un tir de missile » et non pas « Il s’agit d’un tir de missile ».

Des photos, des interceptions radios, du renseignement humain etc. ne sont pas des preuves directes. C’est un faisceau de suspicions, éventuellement des commencements de preuve mais pas des preuves.

Les preuves dans un cas pareil ne peuvent s’obtenir qu’en examinant les débris et le lieu du crash. Alors et alors seulement les photos, les interceptions radios, le renseignement humain etc. viendront nourrir la bonne compréhension de l’enchaînement des événements, permettront de mettre en lumière les bonnes relations de cause à effet et d’établir les responsabilités.

Vous allez nous dire que nous coupons les cheveux en quatre, mais non.

Le renseignement est un matériau à manier avec précaution parce qu’étant recueilli par tous les moyens possibles y compris illégaux.C’est par exemple la fonction de la DGSE que collecter des informations illégalement. Il s’agit non pas d’un service de renseignement comme la DGSI (qui elle opère dans le cadre de la loi y compris quand elle utilise des moyens spéciaux) mais d’un service d’espionnage.

Les preuves elles sont des faits matériels recueillis par des enquêteurs assermentés selon des procédures et protocoles d’enquête formalisés garantissant leur authenticité.

Le renseignement vise à savoir. La preuve vise à établir la vérité. Ce qui n’est pas mais alors pas du tout la même chose.

Le renseignement peut être beaucoup plus facilement manipulé que des preuves, puisque sa collecte n’est soumise qu’à peu de règles et que trop souvent les éléments qui pourraient permettre d’évaluer sa véracité restent secrets. Les preuves s’exposent publiquement.

Dernier autre gros problème dans la manière dont le pouvoir politique use du renseignement: l’instrumentaliser pour valider une décision déjà prise avant sa collecte alors que la fonction du renseignement est d’informer la prise de décision, non pas de la justifier a posteriori.

Rappelez-vous les armes de destruction massive de la seconde guerre d’Irak en 2003, qui n’existaient pas.
Rappelez-vous les massacres de populations civiles en Libye en 2011, qui n’eurent jamais lieu.

Et examinez la situation aujourd’hui dans ces deux pays où des opérations militaires ont été déclenchées par prétexte généré par la mise en avant de renseignements fallacieux voir fabriqués.
Pensez aux conséquences, comme par exemple la naissance de Daech, ou bien le sort des populations locales.

Vous voyez donc qu’on ne rigole pas avec cela et qu’il est fondamental d’exiger des politiciens qu’ils prouvent publiquement ce qu’ils avancent, surtout quand il s’agit de guerre ou de paix.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.