[Carlors Gohsn évadé] Faudrait peut-être non plus pas voir à nous prendre pour des bazuts dès le premier l'an

Stupeur et tremblement au pays du soleil levant!

Le Carlos aurait joué la fille de l’air en refaisant le coup de la « malle aux espions« , se glissant dans l’étui d’un instrument de musique pour s’évader. Ben voyons. Nous voulons bien que le levantin soit menu, mais même dans un étui de contrebasse, hein!, il ne rentre pas! Il faut au mimimun un gros flycase.

Et puis ensuite, il faut tout de même rejoindre un aéroport et passer les contrôles de sécurité avec lesquels on ne badine pas au Japon, même dans les aéroports privés d’affaire. La logistique pour ce faire reste énorme, doit être minutieusement préparée et exécutée par des professionnels.

Le problème dans une évasion n’est pas tant de faire le mur que de mettre le plus de distance possible le plus rapidement possible entre vous et ceux qui immanquablement vont vous rechercher.

L’affaire est sans doute doute beaucoup plus simple que cela, et il suffit juste d’un peu de connaissance du Japon pour comprendre.

Lui faire perdre la face est la pire chose qu’on puisse infliger à un japonais. Il y en a même qui se font sepuku (et non pas hara-kiri) pour cela.

Il y a donc vraisemblablement eu un deal et c’est le moyen qu’on a trouvé pour les japonais ne perdent pas la face. La France ne voulant pas de ce Monsieur non plus, même s’il fait l’objet d’enquêtes judiciaires, hé ben allez hop! au Liban, qui ne l’extradera bien sûr pas (aucun état extrade ses propres ressortissants).

Comme le dit très justement Me Regis de Castelnau:

« Affaire Gohsn, quelques observations que personne ne m’a demandées :

  • D’après ce que je peux savoir, Carlos Gohsn est un sale type. Représentatif de ces élites mondialisées et prédatrices dont je forme des vœux (c’est le moment) pour que l’on s’en débarrasse (et violemment si nécessaire) avec le système qu’ils servent et qui les sert. Arrogance, cupidité, vanité, inhumanité et corruption, il coche un paquet de cases. Sur les reproches pénaux qui lui sont fait au Japon, je n’ai pas d’idée. Même si ça ressemble à un règlement de compte entre requins.
  • Le système judiciaire japonais est simplement barbare. Aucune des normes internationalement reconnues n’y est sérieusement appliquée. Tout repose sur la détention pression et l’aveu et 99,4% (!!!) des personnes poursuivies sont condamnées.
  • La corruption de la magistrature y est notoire comme la sévérité inhumaine des condamnations. Le Japon, est resté à une forme de barbarie judiciaire dont on n’a pas idée ici.
  • Enfin, il est du devoir de tout homme privé de sa liberté d’essayer de la recouvrer. Du point de vue du détenu l’évasion est légitime. La tenter pour l’homme enfermé dans une cage est ce qui lui reste de dignité. Tout comme il est du devoir impératif de l’État qui le détient légitimement de l’empêcher. C’est comme ça que ça marche. Quand Battisti s’est enfui au Brésil, les gens qui l’avaient soutenu auparavant s’étaient offusqués, prouvant ainsi qu’ils n’étaient qu’une bande de crétins (coucou BHL, Vargas et tous les autres). Il y avait un paquet de reproches à faire à ce criminel mais pas celui là.« 

Quand on entend les atermoiements de certains quant aux méthodes de la justice japonaise, nous nous rigolons doucement. Nous avons en France toujours plus la culture de l’aveu que celle de l’enquête et il n’y a pas si longtemps de cela que les juges d’instructions utilisaient exactement les mêmes méthodes, à savoir la détention provisoire pour faire craquer. Pas nous qui le disons mais le juge Marc Trevidic. Il a fallu des jurisprudences supranationales – notamment l’arrêt Salduz de la CEDH, pour que la présence des avocats soit garantie durant la garde à vue et qu’un juge spécialisé – le juge de la détention et des libertés – puisse statuer sur la privation de liberté. Alors avant de donner des leçons, hein…

Bref, cette « évasion » pue la manip’ et Carlos Gohsn semble être au dessus des lois. Ce qui est un scandale.

Quant aux crétins de politiques français (Coucou J-C Largarde de l’UDI) qui exigeaient son rapatriement en France pour qu’il y soit jugé au motif « d’un procès équitable », encore des foudres de guerre qui ont raté une occasion de se taire afin de ne pas injurier un pays ami.

Si jamais l’utilisation de la puissance de l’état français – diplomatique, services spéciaux (non parce le B5 libanais ne peut pas monter une opération pareille au Japon) etc. – s’avérait, il s’agira alors d’une forfaiture, quelque soit la dureté et la putative inéquité du système judiciaire japonais. Carlos Gohsn n’était pas un otage, il a été d’abord détenu puis mis en résidence surveillée selon les règles du droit japonais, dans un pays qui n’est pas une dictature et où sa vie n’a jamais été à aucun moment en danger.

Cela dit, si on y met le prix, il existe des sociétés de « sécurité privée » qui sont aujourd’hui capables de réaliser ce genre de choses (Israéliennes notamment, mais pas que). Mais une fois encore, il s’agit de professionnels aguerris et ça coûte plus de bras et d’yeux que toute personne normalement constituée possède.

Reste enfin la possibilité des Yakuzas qui sont à notre connaissance à peu près les seules « organisations » japonaises à pouvoir réussir un coup pareil de manière aussi « fluide » parce que maîtrisant le terrain..

Joli signal à envoyer, vous ne trouvez pas?

La question n’est pas celle du fait de « l’évasion », mais bien celle des moyens qui ont été utilisés pour la réaliser.

Là, il va falloir qu’on nous explique.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.