[Municipales, Métropolitaines, Transports en commun] Le Conseil Départemental annonce sortir du Smmag, le « grand syndicat » des transports

Et c’est une excellente décision!

Pourquoi? Parce que quand on voit comment est géré le SMTC, ça ne donne pas du tout envie de voir un machin plus gros. Quel intérêt de rajouter une couche au mille-feuille en y tartinant le Voironnais et le Grésivaudan avec un glaçage de département ? Aucun.

Et on veut y rajouter huit autres communautés de communes et la région? Déjà le SMTC tout seul , ils n’y arrivent pas alors un truc pareil… On va encore créer un monstre inefficace et corrompu. Si on limitait les politiciens à la décision des politiques et faisait en sorte qu’ils ne puissent pas se mêler de la mise en œuvre? Pas bête, non?

Si le SMTC et les syndicats du Voironnais et du Grésivaudan fusionnent, le département n’a plus de raison de rester au sein du super syndicat, le Smmag.

Si c’est d’interopérabilité des réseaux dont on parle, c’est déjà le cas puisque Transisère se conforme aux décisions des AOT dans ces 3 EPCI auxquelles si nos souvenirs sont bons le CD participe (pour le SMTC c’est sûr). Pour la validité des billets sur tous les réseaux, une simple convention suffit. Nul besoin pour le département de participer à un autre bidule qui obérerait sa capacité d’investissement en la concentrant sur le seul territoire du SCOT (Schéma de cohérence et d’orientation territorial) de la région grenobloise. L’Isère, c’est bien plus que les 700 000 habitants du SCOT grenoblois et la continuité territoriale doit être maintenue sans que ce soit encore la périphérie et les zones rurales qui trinquent.

Il ne faut pas confondre syndicat avec Autorité Organisatrice des Transports (AOT) qui dans l’idéal ne doit plus être un syndicat des transports mais l’EPCI local (Métro, communauté de communes). Il n’y a nul besoin de créer un syndicat pour créer une AOT commune : la « mobilité » c’est bien plus que les TC.

Les syndicats ne servent aujourd’hui plus à rien si ce n’est qu’à générer des postes, des coûts inutiles et à fixer de la dette (énorme) qui ne rentre pas dans les comptes des collectivités. Ce sont des animaux préhistoriques qui datent d’avant les communautés de communes, soit d’avant 1992 (première loi sur les syndicats intercommunaux? 1859. Le SMTC lui date de 1973). Le SMTC devrait être liquidé et intégré dans l’administration métropolitaine après un dégraissage en règle. Mais que les finances métropolitaines seraient alors mauvaises!

On a besoin d’un véhicule pour gérer les investissements communs et la dette sur le territoire de plusieurs EPIC? Alors une SPL est bien plus appropriée, plus flexible et surtout moins coûteuse qu’un syndicat. Mais voilà, avec une SPL c’est la compatibilité des entreprises et c’est surtout plus de contrôle politique sur les énormes marchés publics générés pas la construction et l’entretien d’infrastructures de transports en commun. Mince alors! Obligation de gestion transparente!

Cette décision du conseil départemental fait hurler à la Métro mais elle est on-ne-peut-plus logique et rationnelle.

Si le Pays Voironnais, le Grésivaudan et la Métro veulent créer un super syndicat, qu’ils le fassent tous seuls. Il concernera les TC de ces EPCI. Pas besoin d’y inclure le département, que rien n’empêchera de coopérer et de cofinancer projet par projet.

Ah oui, on oubliait: sale temps pour M. Mongaburu.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.