[Municipales, Macronistan local, clientélisme] Ce n’est pas comme cela que vous paraîtrez de gauche, ce que vous n’êtes pas, Mme Chalas

Quand on est adulte, on écrit mère. Pas maman.

Nous vous attrapons une fois encore en plein mensonge éhonté.

La proposition de loi votée par le Sénat n’est pas « contre les mamans portant des voiles lors de sorties scolaires » mais portant sur l’interdiction des tous les signes ostentatoires d’appartenance religieuse lors des sorties scolaires.

Ce que vous avez écrit est d’une gravité sans nom puisque vous affirmez qu’en France une chambre du parlement peut rédiger et voter une proposition « contre » une catégorie spécifique de citoyens. Ce serait anticonstitutionnel. Ce n’est pas ce que le Sénat a fait.

Le mensonge comme seul moyen de gouvernement.

Il y a en démocratie certaines choses que l’on ne peut pas faire, quelle que soit l’âpreté du débat politique.

Votre prose montre à quel point vous êtes républicaine, vous qui mettez dans un vote de la chambre haute où l’opposition est majoritaire des intentions et des mots qu’elle n’a pas eu.

Vous avez conçu et propagé une fausse nouvelle en période électorale alors que vous êtes tête de liste LREM à Grenoble. C’est passible d’un an de prison et de 15 000 euros d’amende, article L-97 du code électoral. Nous nous interrogeons sérieusement quant à l’opportunité de déposer plainte avec constitution de partie civile, ce qui provoquera votre mise en examen aussi immédiate qu’automatique.

Ce liminaire excédé fait, nous allons une fois de plus devoir tout vous expliquer calmement en prenant le temps.

La laïcité est un des principes d’organisation de notre société selon lequel certains espaces sont protégés du fait religieux afin qu’il n’ait dans ces espaces aucune prévalence. La laïcité a été crée pour garantir à la fois la concorde civile et l’égalité de tous les citoyens quelles que soient leurs croyances ou non-croyance. C’est le résultat d’une histoire ensanglantée par des guerres civiles et religieuses et l’une des conséquences de l’affaire Dreyfus.

Ces espaces sont au nombre de 4:

  • L’école publique
  • La fonction publique pour ses agents
  • Les assemblées élues
  • Les entreprises qui ont la latitude de spécifier ce qui est autorisé dans leur règlement intérieur

Quand on pénètre dans un de ces espaces, on laisse sa religion au vestiaire – tenez, comme on laisse ses chaussures à l’entrée des mosquées.

Ceux qui refusent de se plier à cette règle simple ont certes la liberté de le faire mais s’excluent d’eux-mêmes de ces espaces. Ils en sont seuls responsables. Ils ne sont en aucun cas discriminés puisque les mêmes règles s’appliquent à tous.

Une sortie scolaire comme son nom l’indique est scolaire. C’est l’école et les élèves sont sous la responsabilité de l’éducation nationale. C’est une situation d’enseignement, d’éducation. Il est donc normal et logique que tout signe ostentatoire d’appartenance religieuse y soit proscrit.

Nous avons en France mis 15 siècles à nous affranchir du joug de l’église catholique en matière de vie de la cité. Ce n’est pas pour aujourd’hui subir le joug d’une autre religion, qui plus est très minoritaire (il y a moins de 10% de musulmans en France). Les sondages sont là pour le rappeler: près de 80% des français refusent qu’on touche à la laïcité.

D’un point de vue juridique, c’est somme toute simple. Il n’y a qu’à appliquer. Parlez-en aux Chartreux qui en 1903 furent expulsés manu militari par la gendarmerie et l’armée de la grande chartreuse (titre III de la loi du 1er juillet 1901 sur les associations, loi qui fut précurseure de celle de 1905 et sans laquelle la laïcité n’aurait pas pu être réalité parce que nécessitant comme préalable de définir et de réglementer tout le bazar).

C’est au plan politique que ça se gâte, à cause du clientélisme électoral, ce délit puni de deux ans de prison et de 15 000 euros d’amende par l’article L-106 du code électoral. Celui d’Emmanuel Macron et de LREM est patent depuis la campagne des présidentielles. Rien depuis n’a démenti ce constat.

Il s’agit là de dénoncer à la fois l’hypocrisie et l’ignorance de notre classe politique, et de faire la peau à un certain nombre de mythes.

Toutes – nous disons bien toutes sans exception – les organisations terroristes islamistes sunnites sont issues des frères musulmans. Al Qaïda, Hamas, Boko Haram, Daech etc. L’origine moderne de tout cela, on trouve le salafisme takfiriste, comme par exemple l’organisation Takfir wal Hijra de Moustapha Choukry qui à la fin des années 60 fut une scission des Ikhwans (les frères musulmans). Il suffit de considérer un instant la manière dont Morsi hier se comportait vis à vis de Daech et aujourd’hui Erdogan (frère musulman lui-même) pour comprendre que les uns ne valent pas sans les autres. L’erreur fondamentale de l’administration Obama lors des printemps arabes fut d’avoir cru que les ikhwans étaient un moindre mal « gérable » alors qu’ils ne sont qu’une face de la même pièce, l’autre étant les djihadistes. Il n’y a aucune différence de nature entre les djihadistes et les frères musulmans, juste une différence d’intensité. L’idéologie est la même. Elle est totalitaire et fasciste. Les alliés politiques d’extrême droite mafieuse d’Erdogan, le MHP, tous des anciens loups gris qui furent responsables d’innommables et innombrables massacres de kurdes dans les années 70, sont également là pour nous le rappeler.

Si l’islam n’est pas en essence un problème, l’islam a un problème: c’est la seule religion au nom de la laquelle on tue en France et en Europe. Pas vu de catholiques trucider de putatifs infidèles au cri de « Deus Vult » ni de juifs le faire en se prenant pour le Golem.

Personne ne semble vouloir comprendre la tactique utilisée par les Islamistes, alors que cela fait des lustres qu’ils utilisent la même, en premier chef dans les pays musulmans. Parlez-en donc à Kamel Daoud, à Boualem Sansal etc. , ils vous le confirmeront.

  • Il y a d’abord une provocation. La pire: des djihadistes et autres salafistes takfiristes massacrent. Plus souvent, ce sont des femmes qui sont utilisées comme pour le burqini ou pour la « môman » voilée du conseil régional;
  • cette provocation suscite dans l’opinion publique de légitimes et très fortes réactions de rejet – cette provocation a été pensée pour;
  • ces réactions permettent aux islamistes de dire à nos concitoyens musulmans « voyez, vous êtes opprimés dans ce pays raciste et « islamophobe », rejoignez nous car nous sommes les seuls à pouvoir vous représenter et vous protéger ».

C’est exactement la séquence qu’on a pu observer avec l’attentat à la préfecture de Paris, l’affaire de la mère voilée et les multiples crimes perpétrés par un octogénaire à la mosquée de Bayonne.

Nous assistons clairement à une offensive des islamistes qui tirent parti d’un enchaînement d’événements qui en lui-même ne résulte pas d’un complot ou d’une opération complexe préméditée.

Il va falloir s’attendre à une recrudescence de ce genre d’opération de propagande politico-religieuse dans un contexte électoral d’autant que les islamistes et leur séides du « gauchisme culturel » savent que comme toujours, ils ont perdu la bataille des idées et de l’opinion et qu’il ne leur reste donc que le passage en force.

Est-ce à dire que tous les musulmans sont des islamistes? Bien sûr que non! Les islamistes sont une infime minorité parmi nos concitoyens musulmans.

Est-ce à dire que toutes les femmes voilées sont des islamistes? Certainement pas!

Mais ceux et celles qu’on entend crier à l’islamophobie sont des islamistes. Ceux qui se posent comme les défenseurs des « droits des musulmans » sont des islamistes. Ceux qui se proclament comme les représentants de tous les musulmans sont des islamistes, parce qu’acteurs politco-religieux. Et ceux qui non-musulmans entonnent en chœur ce refrain sont leurs supplétifs, leurs idiots utiles.

Dans un contexte électoral, nos politiques, prêts à tout, la plupart du temps ignares et incapables de réfléchir aux conséquences de leurs actes, de leurs paroles et de leurs promesses, pencheront toujours vers la facilité de flatter ceux qui s’autoproclament représentants d’une catégorie dont ils prétendent pouvoir mobiliser le vote – alors que dans l’immense majorité des cas ils ne le peuvent pas. Cela vaut pour ceux qui se posent en autorité confessionnelle et/ou en défenseurs de prétendus droits catégoriels (les islamistes) comme pour les « grands frères » (les truands).

Nous avons l’exemple de Marwan Muhammad, l’ancien directeur exécutif du CCIF, qui a tout de même osé écrire à Emmanuel Macron le 10 avril 2017 en pleine campagne présidentielle à propos de l’affaire Mohammed Saou:

« En fonction de votre réponse (ou de son absence), je serai alors en mesure de m’exprimer publiquement sur le sujet, en direction de nos contacts médias, de nos 17 antennes régionales, de nos 14000 adhérents et de nos 350000 abonnés, sur les newsletters et les réseaux sociaux. Chaque électeur sensible à ces questions pourra alors faire, en conscience, un choix éclairé« ;

Ces propos tombent sous le coup de la loi. Il y a clairement sollicitation comminatoire en période électorale avec dans la balance des suffrages. C’est pile poil l’article L-106 des dispositions pénales du code électoral qui punit de deux ans de prison ceux qui agissent ainsi. Notons qu’à l’instar des crimes et des délits de presse, une plainte avec constitution de partie civile est en l’espèce immédiatement recevable et provoque l’ouverture automatique d’une information judiciaire. C’est ce que dit l’article 85 du code de procédure pénale.

Notre arsenal juridique et judiciaire ne nous laisse pas démunis. Bien au contraire. Il suffit juste d’avoir le courage de le faire appliquer en gardant bien à l’esprit que le courage, quand on est dans son bon droit et qu’on agit dans l’intérêt général, paie toujours en politique.

Mais voilà, la couardise demande moins d’efforts immédiats que le courage, et nos politiciens, en premier chef les locaux, sont pleutres par nature. C’est à se demander s’ils ne sont pas sélectionnés selon ce critère.

On vous a connue plus ferme, Mme Chalas, voir plus agressive avec votre patron le père Simonet maire de Moirans (au point que le procureur de la république dut mettre le holà). Mais ils s’agissait de « gens du voyage » qui ne pèsent pas lourd électoralement (croit-on)…

Alors chère Mme Chalas, ça tombe sur vous. Mais rassurez vous: le comportement de vos concurrents est exactement le même. M. Noblecourt lance sa campagne par une « vraie-fausse conférence de presse » à la Villeneuve et consacre 80% du bazar aux QPV. Alain Carignon et Eric Piolle écument les « quartiers » promesses à la bouche.

Arrêtez de vous faire prendre en photo devant La Villeneuve. La Villeneuve n’est pas plus Grenoble que la place Victor Hugo.

Arrêtez de promettre des stages aux habitants des « quartiers ».

Arrêtez vos indignations factices face à une proposition de loi votée par le Sénat qui dispose également de l’initiative législative, cette proposition devant passer en lecture à l’assemblée de toute manière.

Arrêtez le clientélisme communautaire et confessionnel.

Arrêtez de déformer la réalité, de mentir.

Avec un tel comportement, voilà ce que vous obtenez:

  • l’assignation à résidence sociale, culturelle, géographique et confessionnelle de certains de nos concitoyens qui, respectueux de la loi, ne demandent rien si ce n’est de vivre paisiblement comme des citoyens de plein de droit de notre République;
  • la soumission accrue de nos concitoyens musulmans à des acteurs communautaristes peu scrupuleux et/ou polico-religieux ennemis de la démocratie et de la République et dont ils ne partagent ni l’idéologie ni le mode de vie;
  • la fracturation aggravée de la société française qui pose les prodromes de très graves conflits civils.

Certaines promesses faites à des gens peu recommandables pour grappiller quelques suffrages, quand elles ne sont pas tenues, mènent rapidement à des incendies en série.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.