[Pollution, CVCM et municipales] CVCM n’a aucun impact global ni en bien en mal selon Atmo Air AURA #onsemoquedenous #CVCMsertdoncàrien #Rapportcaviardé

Illustration: graphique de Grenoble à cœur représentant l’horizon de respect des normes de pollution atmosphérique

L’étude finale de l’impact de CVCM est enfin publiée. Autant vous dire que cela a été conçu pour ne pas mettre en porte-à-faux le pouvoir politique à la Métro et à Grenoble. En clair, c’est un foutage de gueule que nos amis de l’unité « enforcement » de la DG Environnement de la commission européenne vont apprécier à sa juste valeur.

Il en va des instituts de référence et autres organismes agrées comme de toute institution indépendante en France. Le pouvoir politique, qui ne saurait tolérer de contre-pouvoirs n’en veut pas, et quand il est obligé d’en avoir par la législation européenne ou des engagements internationaux, alors il met à leur tête des obligés politiques ou des laquais qui iront dans le sens du vent. Et on blinde les conseils d’administrations d’élus,de « personnalités qualifiées », de représentants de services de l’état, d’acteurs du monde économique, histoire d’être bien sûr tout soit pile-poil bien vérolé – heu pardon, bien verrouillé – non parce qu’il s’agit d’une association dont les collectivités sont membres et financées à 100% sur des fonds publics français et européens. C’est tellement plus cosy comme ça.

Il est déplorable que la manipulation et la malhonnêteté restent la règle, surtout en matière d’environnement, comme on peut le voir avec l’incendie de Lubrizol.

Atmo Air Aura ne déroge malheureusement pas à cette règle. Il ne s’agit pas de mettre en cause l’antenne de Grenoble et encore moins le personnel technique mais bien la direction qui par ailleurs aurait donné consigne à cette antenne de ne pas répondre à et de lui renvoyer toute question de la presse, un peu comme pour la catastrophe qu’est Insprira.dans le Nord Isère.

Vous vous souvenez tous de cette interview du directeur d’Atmo Air Aura dans Le Parisien qui disait qu’à Grenoble tout allait bien, même tellement mieux ?

Comment s’étonner alors que cette étude qui relève plus de l’irréalité virtuelle que de la mesure scientifique, ait pour conclusion « CVCM n’a eu aucun impact à part local »?

Il s’agit de bien comprendre que dans l’univers politisé de la direction d’Atmo Air Rhône Alpes, si on dit « pas d’impact » cela signifie impact négatif, parce que pas d’impact en serait exprimé comme impact positif, comme dans l’article de Le Parisien cité plus haut. (Écrire impact négatif, les élus administrateurs ne seraient pas content, on va recevoir des coups de fils, ils vont demander ma tête lors du prochain CA etc.). On se croirait au GIEC, quoi.

Quoiqu’il en soit, CVCM a coûté pour le moment au bas mot une trentaine de millions d’euros au prétexte de réduire la pollution, a fait augmenté la congestion de 13% et dans le meilleur des meilleurs des cas n’a eu aucun impact sur la pollution, ni dans la métro, ni à Grenoble.

Beau résultat. Messieurs Ferrari, Piolle, Mongaburu, Bustos, explications?

CVCM n’est que du clientélisme électoral imposé au prétexte d’écologie.

1 – Une méthodologie de gribouilles

Imaginez vous qu’on a déployé qu’une seule station de mesure à la caserne de Bonne, le reste étant des « mesures légères indicatives ». Le tout complété par une simulation de la qualité de l’air – non pas une modélisation comme l’avance Atmo,

Puisqu’il n’existe aucune base de comparaison, Atmo a simulé sur la base de mesures datant d’avant l’imposition de CVCM l’existence de CVCM et a simulé la non-existence de CVCM sur la base des données recueillies lors de ce que nous peinons à appeler une campagne de mesures réalisée après l’imposition de CVCM . C’est « Retour vers le futur »! Passez nous le flux-capaciteur!

Il ‘y a pas eu de dispositif de mesure déployé avant l’imposition de CVCM en 2016. Vous pensez bien que si une campagne de mesure avait été faite, Grenoble à Cœur, la presse et nous-mêmes l’aurions su et ces données auraient à l’époque dues être rendues publiques, comme l’impose la loi pour l’ensemble des informations et données concernant l’environnement.

En admettant qu’un dispositif ait été mis en œuvre comme l’affirme Atmo, alors que les séries de données qu’il a généré en 2016 soient rendu public ainsi que les lieux de mesures et qu’on nous explique pourquoi ce n’a pas été fait avant.

Il est faux de dire que CVCM n’était pas connu en 2016: la conférence de presse annonçant la concertation eut lieu le 16 septembre 2016, le détail du projet été lui connu du public début 2016.

L’exonération de l’étude d’impact a été délivrée par la DREAL au mépris de la procédure en août 2016. CVCM a été imposé en avril 2017.

Atmo Air AURA ment donc de manière patente et éhontée.

Pourquoi y a t-il fallu la pression de Grenoble à Cœur et du GAM exercée avec des analyses basées sur les données des stations de mesures fixes d’Atmo Air Aura et attendre un an, 2018, avant de voir une réaction et la décision de lancer une « campagne de mesures’.Vous vous souvenez d’Eric Piolle assénant que les données d’Atmo étaient des fakenews lors de son grand oral en Novembre 2017?

En clair, on a rien mesuré du tout… Ce qui importe c’est:

  • de mesurer la pollution dans les zones des reports de circulation causés par CVCM, ou l’augmentation est bien plus importante que dans le centre-ville
  • de mesurer en continu pour bien mettre en évidence quand interviennent les pics de pollution, qui sont ce qui pose problème d’un point de vue réglementaire et de santé publique! Là, on utilise des capteurs passifs qu’on laisse sur place une semaine…

Or

  • Les zones de report de circulations sont les zones de contentieux pour lesquelles la France est déférée devant la cour de justice de l’union européenne. Aucune mesure en continu n’a été faite
  • Les mesures indicatives légères (a) ne sont pas homologuées par la commission européenne et (b) ne mesurent que la pollution de fond. Or, le No2, c’est essentiellement de la pollution de pic
  • On se contrefiche de la simulation, qui est en l’espèce aussi absconse qu’inutile
    • Ce qui importe ce sont les mesures réelles, qui n’ont pas été faites
    • Si on change un paramètre de la simulation, on a pas les mêmes résultats. On fait dire à un modèle de simulation ce qu’on veut. C’est de l’irréalité virtuelle.

2 – Des conclusions au conditionnel

« La mise en place du nouveau plan de circulation lié à CVCM n’aurait pas d’effet global ». On ne finance pas Atmo Air Aura pour avoir des réponses au conditionnel. Nous exigeons de savoir quel impact à CVCM de manière affirmative sur la base de mesures scientifiques réelles, certifiées, continues et homologuées.

C’est une impossibilité que la congestion de la circulation augmente à Grenoble et que la pollution au NO2 n’augmente pas dans le même temps alors que le nombre de véhicules lui reste constant.

S’il n’y a aucun impact global, cela signifie de toute manière donc qu’on a pris au moins 6 ans de retard en stagnant…

Depuis 2017, Atmo ne mesure pas en continu aux bons endroits parce que n’ayant pas repositionné ses stations selon les reports de circulation.

Cette étude a été conduite sur des bases scientifiques déterminées à des fins politiques, ou plutôt afin de ne pas mettre les politiques dans l’embarras. Même chose pour l’analyse.

A la station de mesure des grand boulevards, on trouve toujours de manière consistante une augmentation de la pollution au NO2 de l’ordre de +/- 15%.

Sur la seule base des données des stations fixes, on peut lancer des actions en justice.

Et pour faire annuler CVCM, il n’y a au demeurant nul besoin de chiffres.

Soyons clairs: les élus et les pouvoirs publics ne veulent pas que la pollution soit mesurée précisément. Sinon,ça ferait longtemps qu’on aurait investi dans une cinquantaine de stations de mesure en continu fixes dans la Métro.

Lire une telle étude, qui ne veut rien dire et qui ne rien, nous donne la furieuse envie d’exiger une enquête de l’OLAF quant à l’utilisation des fonds européens dans les instituts de mesure de la pollution de l’air en France et plus particulièrement chez Atmo Air AURA, qui a déjà du plomb dans l’aile avec le financement des micro-capteurs non homologués.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.