[Macronistan] Pouvoir, police et justice la tête sous le même bonnet?

Tweet parfaitement ahurissant du syndicat des commissaires de la police nationale. Ce type de corporatisme s’approche dangereusement du fascisme.

Rajoutons que la France a signé quelques conventions internationales qui l’oblige à ce que ce ne soit pas la police qui enquête sur la police. La France peut donc être condamnée pour cela.

Laissons des gens plus compétents que nous en parler. Il ne s’agit pas de faire le procès de qui que ce soit à part celui du pouvoir en place qui dévoie les institutions mais de mettre en lumière en quoi des institutions régaliennes dysfonctionnent au point d’être au service du pouvoir plutôt que de celui de la société, posant ainsi des prodromes de conflits civils graves.

Me Régis de Castelnau, avocat:

« Dans l’émotion qui agite les réseaux après la découverte du corps du malheureux Steve Canico, j’ai publié hier un statut ironisant sur la demande de dépaysement au profit d’une autre juridiction des deux juges d’instruction chargée de l’information judiciaire. Il y avait de l’ironie et peut-être un peu de mauvaise foi, la catastrophe judiciaire qui s’est produite depuis le 17 novembre dernier, début du mouvement des gilets jaunes devrait me valoir excuse absolutoire.

Ce ne fut pas le cas, et des personnes qui ont été fort discrètes, (pour des raisons peut-être honorables), face à la défaillance massive de la magistrature française, ont cru bon de venir me reprocher mes positions. Les qualifiant de « procès d’intention » et « d’excitation à la haine ».
C’était leur droit le plus strict, mes publications appelant le débat. Le problème était que venant après le silence prudent observé face aux scandaleuses dérives liberticides, ces interventions stigmatisant mes critiques étaient révélatrices. D’une prise de position de défense du corps et de son comportement.

J’ai répondu à ces mises en cause ainsi qu’un certain nombre de participants au débat et je renvoie notamment au commentaire particulièrement circonstancié d’Anne-Sophie Chazaud.

Il se trouve que ce matin j’ai pris connaissance de la position du Syndicat National des Commissaires de Police, défendant la même approche souhaitant la suppression (!) des « avocats militants » qui répandent un « climat nauséabond ». La proximité avec l’argumentation de mes contradicteurs d’hier, saute évidemment aux yeux. Et c’est justement ici que se loge le problème majeur posé par la répression dont ont été victimes les participants à un mouvement social et la protection dont a bénéficié et bénéficient toujours les membres de la bande actuellement au pouvoir. Se mettant la tête sous la même bonnet, police et justice sont mis sans barguigner à leur service.
Il ne faut pas se tromper et le reproche fondamental qui est fait à la magistrature française est bien celui d’avoir choisi de rétablir l’ordre qui est une mission de police plutôt que de rendre la JUSTICE ce qui est SA MISSION ET SON DEVOIR.

Et si le comportement de l’IGPN est aujourd’hui en question, c’est bien parce que face aux incroyables débordements d’une police sans contrôle et considérée aujourd’hui comme la plus violente d’Europe, les magistrats français n’ont pas bougé, ne remplissant pas leur mission et laissant se commettre, sous leur nez, et sans broncher un nombre considérable d’infractions pénales.

Dernière petite observation, l’avocat devient militant dès sa prestation de serment. De la défense des gens qui le choisissent et qu’il assiste, et des libertés publiques qui lui permettent de le faire. Supprimer les avocats, beaucoup dans la police en rêvent, mais ce qui est plus grave dans la magistrature aussi.« 

Anne-Sophie Chazaud, haute fonctionnaire:

« Ce communiqué est affligeant à tous points de vue et l’on se demande chaque jour comment ils peuvent tomber encore plus bas.

Tout d’abord, on aimerait savoir où en est le responsable du syndicat de policiers VIGI qui a été sanctionné pour avoir sauvé l’honneur des syndicats de policiers. Deuxio, quand je pense que j’ai dans une autre vie passé avec passion et ma foi plutôt brillamment le concours de commissaire de police, je ne puis que me féliciter de n’en faire pas partie actuellement. Ce qu’est devenue la police, que j’aimais tant, me fait honte et fait honte à la République.

Il faudra des décennies pour reconstruire ce que le macronisme a détruit. Enfin, il faudra un jour poser clairement la question des réseaux d’influence idéologique plus ou moins occultes qui règnent dans les états-majors policiers et dont les orientations expliquent probablement en partie la répression qui s’est abattue sans vergogne, car la petite ritournelle du «nauséabond » n’est pas sans évoquer une sémantique que l’on connaît déjà. Bientôt la tenaille identitaire ?😂

Bref. Il faudra, à un moment, que le peuple re-explique à la magistrature et à la police que l’une est supposée rendre la justice en son nom (et non pour l’oppresser au service de quelques nantis oligarques et petits bourgeois frileux) et que la mission première de la police est de le protéger et non de l’oppresser. Il va y avoir beaucoup de boulot. »

« 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.