[Finances municipales] Non Eric Piolle, la situation financière de Grenoble n’est pas bonne, elle est pire qu’en 2014

Eric Piolle parle de gestion financière sobre? Vaut mieux être beurrré comme un Petit Lu que d’entendre cela!

Quant au DL, ce journal n’a pas compris que le journalisme ne consiste pas à citer Pierre qui dit qu’il fait beau et Paul qui affirme qu’il pleut, mais d’aller à la fenêtre vérifier la réalité du temps qu’il fait.
Nous allons donc une fois de plus faire le boulot que les journalistes auraient du faire.

La situation financière de la ville de Grenoble est calamiteuse, aussi calamiteuse que la gestion qu’en a faite Eric Piolle.

Outre une cuisine comptable qui amènerait tout chef d’entreprise directement en prison, la dette s’est aggravée, en particulier la dette hors bilan, que personne ne voit puisque qu’elle est hors bilan. Eric Piolle et sa municipalité ont ni plus ni moins que reporté un gros paquet de charges après 2020.

Pour mémoire, le rapport de la Chambre Régionale des Comptes.

ALes comptes de la ville de Grenoble sont faux.

Prenons deux exemples.

1 – La CRC a souligné que le rachat du siège du crédit agricole, outre irrégulier, a donné lieu a des reports artificiels de charges après 2020.

Ce rachat a également été effectué en grave méconnaissance des règles d’exécution budgétaire, ce qui signifie qu’il a n’a pas été affecté à l’exécution du bon budget, celui de 2015, mais à celui de 2016.

Nous avons déjà démontré que ce rachat avait vu le noircissement d’au moins 1,2 millions d’euros d’argent public organisé par Eric Piolle, le DG de la CRCA et deux notaires par la production d’un faux en écriture publique par omission, ce qui est un crime passible de la cour d’assise et de 15 ans de réclusion criminelle.

Pire, le trucage de la comptabilité publique (car c’est de ce dont il s’agit puisque les règles d’exécution budgétaire et de comptabilité publique ont été gravement méconnues: ce qui est engagé et payé en 2015 se comptabilise en 2015) est également la production d’un faux en écriture publique…

Notons que les travaux sans lesquels l’utilisation de l’ancien siège de la CRCA par les services municipaux est impossible sont eux aussi reportés à après 2020, puisque le bâtiment ne sera pas disponible avant 2021… La ville a même exigé que le CCAS finance une partie de ces travaux, à hauteur de 1 million d’euros (le Centre Communal d’Action Sociale qui finance sur son budget l’achat irrégulier du siège d’une banque, ça ne vous choque pas?).

Pour finir, citons l’analyse que la CRC fait du bilan financier de cette opération:
« Le solde prévisionnel de l’opération avant cession des locaux libérés est ainsi un déficit élevé pour la commune, alors qu’il était projeté qu’il ne soit que faiblement négatif. Les recettes prévisionnelles de cessions ne parviennent plus à équilibrer l’opération, qui initialement devait être très positive à cet égard. »

2 – La liquidation de la Régie 2C a été annulée par la justice, ce qui a des conséquences financières et comptables non-négligeables, comme nous l’avons déjà montré.

Comment donc croire un seul instant Eric Piolle, qui n’a eu cesse que d’enfreindre les règles d’exécution budgétaires et qui commente des comptes qu’il sait insincères?

B – Dette et dette hors bilan

Il a déjà été établi qu’en 2014, la municipalité avait emprunté plus que de besoin, ce qui est illicite. Les collectivités doivent impérativement équilibrer leur budget.

Nous estimons l’accroissement net de la dette municipale à 15 millions depuis 2014, fourchette basse.

Si nous faisons un rapide tour de la dette hors bilan, des seuls engagement que nous connaissons, il faut rajouter:

Nous arrivons donc à un accroissement de la dette bilan et hors bilan de l’ordre de +/-40 millions d’euros, le tout alors que les transferts de compétences ont induit le transfert de près de 80 millions d’euros de dette de la ville de Grenoble vers La Métro.

Question gestion sobre, il vaut mieux être raide comme un passe-lacet que d’entendre cela.

Ne venez pas vous étonner si Eric Piolle cherche à vendre à la sauvette une grosse partie du patrimoine municipal avant 2020.

Augmentation de la dette en conjonction à une diminution des actifs: cela s’appelle de la destruction de valeur.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.