[Pauvre Europe] Si on voulait faire exploser l’Union Européenne, on ne s’y serait pas mieux pris.

Macron et les marcheurs vont nous dire que c’est une grande victoire. Que nenni! C’est aussi calamiteux que le résultat de LREM aux européennes!

Ursula von der Leyen, PPE, à la présidence de la Commission. Non Le Monde, ce n’est pas Macron qui a suggéré le nom de la ministre de la défense allemande. Comme si elle allait se laisser suggérer quoi que ce soit, Mutti. Cela vient en ligne directe de la CDU/CSU (manœuvres gouvernementales et au Bundestag) et du PPE qui avait validé le nom.

Christine Lagarde, apparentée PPE, à la tête de la BCE, condamnée en France, avec « dispense de peine » qui sera immédiatement neutralisée par ses vice-présidents.

Josep Borell, PSE, haut représentant pour les affaires extérieures, vieux routier de la politique européenne, ancien président du parlement européen, en revanche sans expérience en politique étrangère hors mis sa récente nomination comme ministre des affaires étrangères dans le gouvernement de Pedro Sanchez il y a moins d’un an.

Sergueï Stanischev, Président du PSE, (Oh! Как си Сергей Дмитриевич Станишев ? ) à la Présidence du Parlement Européen.

Charles Michel, ALDE, à la présidence du Conseil. Encore un belge (on a vu les éclats que le premier président du conseil, un belge, Van Rumpuy, fit). Avec Charlie fils de cette vielle crapule Louis Michel, on a une carpette de première qui n’a strictement aucune crédibilité internationale et en encore moins en Europe après la vague d’attentat de 2015.

Ce que nous voyons c’est le traditionnel partage PPE/PSE avec 2 postes chacun, le poste le moins important, pour ne pas dire inutile puisque celui de chambellan, Président du Conseil, donné pour la forme à la ALDE-garderie.

Les négociations se sont bien passées avec la France blackboulée.

Pas de quoi pavoiser.

Le plus inquiétant est que les cinq nominés (pas encore nommés car pas validés par le parlement européen à part Stanischev) sont tous de forcenés atlantistes. Ce qui signifie que les dirigeants européens n’ont pas pris la mesure de ce qui se passait depuis l’élection de Trump, à savoir des USA qui se détachent de l’Europe pour préserver leurs propres intérêts. Que Trump soit réélu en 2020 ou pas, ce mouvement n’est pas près de s’arrêter. S’inverser, encore moins.

Pas demain la veille que l’Europe aura une politique étrangère, de sécurité et de défense indépendante et autarcique.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.