[Free Carola] Les « ONG » disent et font n’importe quoi. Yolo! C’est open bar!

Addendum le 02 jullet 2019 à 21h47

Le camp du bien en plein délire!

Mais non: levée de la garde à vue, même sous le régime d’assignation à résidence (Carola Rackete n’a pas passé une seule nuit en prison ni au poste) au bout de 96 heures, tout à fait normal. En Italie, au bout de 96 heures de restriction de liberté, c’est un juge qui doit se prononcer. C’est ce qu’on s’évertue à leur dire depuis le jour de l’arrestation de Rackete – tenez, il y a pile-poil 4 jours, soit 96 heures!

Le juge a simplement estimé qu’il n’y avait aucune raison de la maintenir son assignation à résidence et l’état d’arrestation parce que Carola Rackete ne représente pas un danger pour la société et que le décret sur la sûreté de l’état ne justifie pas le maintien de mesures de restriction de la liberté. Mais les poursuites, elles, continuent, puisque l’arrêt du juge ne concerne que les mesures de restriction de liberté.

Carola Rackete n’a pas été jugée.

Ils sont ex-tra-or-di-nai-res! Ils croient avoir gagné une bataille qui n’a jamais eu lieu !

Non mais sérieux les mecs, la drogue c’est pas bien, ça mène à la psychose, c’est à dire une déformation pathologique de la perception de la réalité.

—————————————————-

Les « ONG » en plein délire! Ils se prennent pour qui? L’ONU? Avec quel mandat accordé par qui?

La capitaine allemande d’un chalutier battant pavillon néerlandais et affrété par une ONG Allemande a été arrêtée et assignée à résidence parce qu’elle a commis des délits en forçant l’interdiction de pénétrer dans les eaux territoriales italiennes.

Ayant commis des délits, il est parfaitement normal qu’elle s’explique devant les autorités et éventuellement devant la justice italienne si le parquet, qui est totalement indépendant en Italie, état de droit, décide de la poursuivre.

Amusez-vous à forcer une interdiction de rentrer dans les eaux territoriales allemandes ou néerlandaises : vous serez également arrêté et mis en garde-à-vue.

Et tout « le camp du bien » qui n’a jamais fait un seul jour de travail humanitaire sur le terrain de sa vie se met à couiner. Oh les gars, vous trouvez pas que vous en faites trop là? Rackete sera libérée après ses 96 heures.

Le problème, bande de gnous, c’est précisément que Salvini est dans son bon droit. Dans un état de droit, c’est comme le port-salut, c’est écrit dessus: c’est le droit qui prévaut.

Ce n’est pas un déni du droit de la mer, qui oblige à débarquer les naufragés dans le port le plus proche, qui n’est pas Lampedusa. La Tunisie, par exemple, est plus proche et parfaitement sûre.

Ce n’est pas non plus un déni de la convention de 1951 relative au statut des réfugiés puisque les migrants recueillis par le Sea-Watch 3 l’ont été dans les eaux internationales et non pas dans les eaux territoriales italiennes (comprendre que ces migrants ne sont pas rendus par leur propres moyens dans les eaux territoriales italiennes, d’où le chef d’assistance à immigration illégale dont doit répondre Carola Rackete). Depuis plus de 15 ans, les italiens se sont comportés de manière irréprochable et continuent de le faire puisque les gardes-côtes continuent de sauver des gens et à les ramener en Italie, alors qu’on les laisse seuls, avec les Grecs et dans une moindre mesure les espagnols, gérer ce problème.

Les faux procès, ça suffit. Qu’on aime ou qu’on n’aime pas l’actuel gouvernement italien. Ça suffit d’insulter un pays et un peuple entier qui s’est montré bien plus généreux que la France ne l’a fait dans le même temps.

Pire: c’est Carola Rackete qui a elle-même mis en danger la vie de ces 49 migrants en errant en méditerranée pendant 15 jours alors que (a) on lui avait signifié le refus de laisser pénétrer son navire dans les eaux territoriales italiennes et (b) le voyage vers son port d’attache néerlandais où l’on ne peut pas l’empêcher d’accoster,aurait pris max. 6 à 7 jours.

Sans compter que le Sea-Watch III est immatriculé comme bateau de plaisance et ne peut donc avoir comme activité le sauvetage en mer, comme c’est le cas. Nous avions expliqué les graves conséquences que cela peut avoir en mer.

Ces « ONG » ne font donc pas de l’humanitaire. Elles n’aident pas autrui de manière neutre et dans le respect du droit. Elles aident autrui dans l’objectif de forcer un agenda politique. Elles instrumentalisent les migrants à cet effet. Ce sont des opérateurs politiques, non pas humanitaires.

Dans l’idéal, on devrait supprimer tout financement public aux 8 ONG dont les dirigeants ont signé la tribune dans Le Monde en lien ci-dessus. Leur conception de ce qu’est l’humanitaire est aussi tordue que fausse.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.