[Clientélisme confessionnel] Non, le projet de mosquée à Teisseire n’avance pas

Le Dauphiné Libéré, égal à lui même, un passeur de plat.

Non, le projet de mosquée à Teisseire n’avance pas. C’est même une catastrophe puisqu’en plusieurs années (au bas mot 5 ans) l’association des « musulmans unis » n’a pas réussi à récolter les fonds nécessaires à sa construction. C’est dire le grand intérêt que cela suscite chez nos concitoyens musulmans.

Bien évidemment, cet article publié le lendemain d’un trouble à l’ordre public provoqué par des islamistes à la piscine municipale Jean Bron est une une pure coïncidence.

L’association des « Musulmans Unis » invite régulièrement des prédicateurs salafistes (lquioussen, Abou Anas etc.). Personne n’a soit le courage, soit les connaissances, soit aucun des deux nécessaires à décrire la réalité, à savoir que si la majorité de nos concitoyens musulmans ne sont pas des islamistes et sont respectueux des principes républicains, la plupart des associations qui gèrent les mosquées elles sont aux aujourd’hui aux mains d’islamistes qui ont remplacé depuis la fin des années 90 les traditionnels dirigeants des « pays de provenance ».

C’est d’une intelligence rare que de laisser en pâture aux islamistes une partie de nos concitoyens qui, s’ils veulent pratiquer leur culte, n’ont pas le choix. Si dans la métropole Grenobloise une mosquée et une école islamique hors contrat ont été fermées par décision de justice, ce n’est pas pour rien.

C’est méconnaître totalement la manière dont fonctionne l’islam sunnite où s’il n’y a ni clergé officiel ni autorité religieuse organisée (ce qui est faux, il y a une autorité religieuse dans l’Islam sunnite définie par le droit d’ijtihad), il n’en reste pas moins qu’existent hiérarchies, pouvoirs, finances et organisations.

Puisque l’autorité religieuse est prétendument absente, cette autorité est donc purement politique et de la pire politique qui soit, celle du plus fort. Elle est arbitraire et ce sont en premier chef les musulmans qui subissent cet arbitraire. Dans les pays musulmans, cet état de fait est « contrebalancé « par la vraie autorité politique, celle de l’état, quel qu’il soit. L’exemple type est le Maroc, où le monarque chérifien est le « commandeur des croyants » parce que descendant du prophète. Dans d’autres pays – Algérie, Turquie, Égypte, Soudan etc. – ce contrepouvoir est exercé par l’armée parce qu’institution la plus « forte » dans ces sociétés, ce qui n’est pas non plus forcément une bonne chose. Enfin, le pire des cas est celui des monarchies du golfe, plus particulièrement l’Arabie Saoudite, où le pouvoir politique n’a de légitimité que celle que le pouvoir religieux a concédé de lui accorder.

Profitons-en pour mettre en lumière le fondement de l’Islam politique, ce que nous permet de faire les récentes déclaration de M. Abdelilah Benkirane, ancien premier ministre du Maroc, un des ténors du PJD (parti islamiste). [il] a choisi depuis un moment le canal à la fois populaire, public et non officiel qu’est Internet pour donner son avis sur des sujets aussi lourds que la religion musulmane . Dieu et l’Etat expliquent [selon lui] que dans un pays où l’hymne comporte Dieu, en référence au fameux, « Allah, Al Watan, Al Malik », ne peut être laïc, avant de poser cette hypothèse : «Si jamais tu enlèves Dieu, qu’est-ce que tu vas faire? Chacun commencera à te réclamer son droit! ».

Selon M. Benkirane, la fonction de dieu en politique est donc d’empêcher les gens de « leur » (comprendre ceux qui ont le pouvoir) faire valoir leur droit. Tout est dit. Belle conception des droits de l’Homme. C’est justement pour s’assurer que cela jamais ne se produise qu’on a inventé la laïcité en France.

Nous avons déjà démontré pourquoi est illégale la délibération de la municipalité grenobloise de 2016 qui alloue à ce projet de construction de mosquée un tènement municipal pour moins de la de sa moitié de sa valeur vénale, s’assurant ainsi que ce soit la collectivité qui subventionne la construction. Après avoir subventionné aux frais des grenoblois le Crédit Agricole d’au moins 1,2 millions d’euro en commettant un crime passible de 15 ans de prison, voilà qu’on subventionne un culte avec le patrimoine immobilier de la collectivité.

Il faut garder à l’esprit que cette mosquée sera construite sur un terrain municipal qui aujourd’hui fait partie du stade Raymond Espagnac, stade dont le tènement devra être démembré. Remplacer dans un quartier prioritaire une partie d’un équipement sportif par une mosquée qui ne desservira que lui, encore la,preuve d’une intelligence fulgurante et d’un réel soucis des autres et de la cohésion sociale.

Ce que nous voyons se dérouler sous nos yeux est une double offensive, que le Daubé bien évidement ne voit ni ne traite. Ils sont pudiques au Daubé.

D’un côté, l’association des musulmans unis avance qu’elle va commencer les travaux avant la fin de 2019 alors qu’elle n’a même pas recueilli la moitié des fonds nécessaires et que le terrain ne lui a pas été vendu:

(a) afin mettre une pression politique (pas de signature de l’acte de vente avant 2019, pas de votes) dans une campagne des municipales qui dans les faits a déjà commencée (on voit accourir des élus de gauche, de droite et du centre, Piolle Chamussy, LREM etc. partis à la pêche aux votes dans le clientélisme confessionnel le plus éhonté)
(b) parce qu’elle est très inquiète quant à l’idée d’une alternance qui verrait une nouvelle municipalité revenir sur le projet ou bien exiger le paiement du terrain au prix du marché comme la loi l’impose.

De l’autre côté, nous voyons une municipalité qui instrumentalise sciemment l’affaire:

(a) dans le but de s’assurer des suffrages par clientélisme
(b) de cristalliser le débat là dessus afin de:n
(1) faire en sorte qu’on ne parle pas de son bilan calamiteux (Fiances municipales: les comptes sont faux et d’après nos estimations, +/- 50 millions d’euros engagés durant cette mandature ont été reportés sur la prochaine. L’on ne parlera pas de CVCM; de l’interpellation-votation etc.) et des graves affaires judiciaires encours (un ou plusieurs élus n’ont ils pas été auditionnés ailleurs qu’à Grenoble?)
(2) faire passer pour de « l’humanisme » par le même procédé que le « progressisme » macronistanais ce qui n’est que petit et cynique calcul politique (n’oubliez pas que l’évangile est un moteur » de l’action d’Eric Piolle) et ainsi pouvoir diaboliser tous ceux qui oseraient émettre le moindre désaccord.

Important de bien lire la presse les jours qui viennent.

On continue à Paris comme en provinc ,à semer les prodromes de conflits graves: ils finiront par se produire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.