[Macronistan – Europistan] De la nullité de notre président de la République (les 3 précédents ne valent pas mieux) et de notre classe politique en général

Il est tout de même effrayant que ce soit Salvini, de la Lega, un type d’extrême droite, qui bille en tête s’attaque aux très – trop- nombreuses irrationalités mortifères de l’Union Européenne et de l’Euro!

Ne voilà t-y pas que le Salvini menace de mettre en œuvre son projet de monnaie alternative à l’Euro.

Pas d’innovation: cela a déjà été fait au Brésil pour stopper l’inflation délirante des années 80 et 90. Le principe est simple: toutes les transactions fiduciaires – fiches de paie, comptes en banque, factures d’abonnement, prélèvements automatiques etc.) étaient données en « Unité réelles et constantes » qui elle ne variaient pas, mais pouvaient être converties en monnaie « réelle » selon le cous de du jour.

L’intérêt? Celui que les acteurs économiques ne dépensent pas leur argent immédiatement afin de remplir leur frigo, faire des réserves d’essence etc. dès que payés pour se protéger contre une inflation qui a parfois atteint 500% par jour (eh oui!), afin d’enrayer la spirale inflationniste.

Quand vous êtes sûr que 100 aujourd’hui vaudra toujours 100 demain, vous reprenez confiance, notamment en l’avenir. Or la monnaie n’est qu’une question de confiance.

Et cela a fonctionné au Brésil.

Salvini le fait dans un autre but: désolidariser les taux auquel l’état italien emprunte sur les marchés de ceux de la zone euro, augmenter sa marge de manœuvre budgétaire en n’empruntant pas en euros en Italie, le tout en exploitant le fait que si la banque centrale italienne n’a pas le droit d’émettre de la monnaie physique autrement qu’en euro, rien de l’empêche de le faire de manière scripturale avec une garantie de conversion en euro.
D’où l’astuce des « bons de trésorerie », des bonds au porteur, donc pouvant s’échange de grès à grès. Un peu comme les tickets restaurant, quoi.

Coup de génie politique, qui met échec et mat l’Eurogroupe et la BCE.

Comme quoi notre classe politique est profondément aliénée (au sens nietzschéen, pas psychiatrique, quoi que…). Incapable de comprendre le système, ce qui signifie surtout connaître ses faiblesses et comment savoir le contourner le cas échéant. Persuadéd que c’est le seul système possible, qu’ils sont nos pauvres petits génies politiques.
Et c’est l’extrême droite qui trouve la solution.

Bien joué les « progressistes » ! Vive Macron, Attali et consorts!

Pourquoi donc la part de la dette souveraine détenue par des agents économiques nationaux devrait-elle être en euro, puisque cette dette sur le PIB futur ne concerne somme toute que le circuit économique national d’un point de vue budgétaire et fiscal (deux politiques qui restent la seule compétence des états membres de l’Euro) ?

Eh oui, aussi bête que cela.

Sans compter que cela présente de très gros avantages en matière de régulation bancaire, notamment en matière de refinancement des banques, qui alors ne pourront plus « créer » de la monnaie uniquement selon les conditions fixées par la BCE: elles seront alors dans l’obligation de mieux suivre la politique économique du gouvernement en place.

Quant aux thuriféraires des monnaies locales genre « Cairn », ils doivent tirer la gueule parce que (a) c’est un ministre d’extrême droite qui a eu cette idée et (b) cela démontre l’inanité des monnaies locales, car pour que cela fonctionne, il faut pouvoir émettre de la monnaie, pouvoir dont seul les états disposent, parce que l’intérêt n’est que la protection contre les fluctuations de taux d’intérêt ou contre l’inflation (cela peut également fonctionner pour les entreprises uniquement, à partir du moment où on est pas dans la zone euro et sous la conditions expresse que la monnaie nationale soit « indexée » sur l’euro). Ce qui n’es pas le cas des monnaies locales qui ne créent que des circuits captifs inefficaces et très coûteux.

Ce qui est en train de se dérouler sous nos yeux est le début de la fin de l’Euro tel qu’on le connait, monnaie crée n’importe comment (fallait tout de même être les derniers des crétins pour ne pas prévoir dès le traité de Maastricht une union bancaire).

Et Macron qui parlait de refonder l’Europe? Il est renvoyé dans son bac à sable avec sa pelle et son seau.

Non pas que nous sommes contre l’euro, mais force est de constater que loin de créer la convergence promise, l’euro amplifie les divergences de cycles économiques et ne permet pas de récupérer d’un cycle bas, malgré le « Quantitative Easing » de la BCE (la BCE a fait tourner la planche à billet via les banques afin de sauver ces dernières, pas l’économie européenne).

Il va falloir qu’on commence à s’en rendre compte.



Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.