[Fact-checking] Le Dauphiné Libéré nous parle de rumeurs dont a été « victime » Eric Piolle en 2018

Après avoir titré que notre porte-parole était un militant PS (ce qui est faux), après avoir écrit que la ville de Grenoble ne subventionnait le Street Art Fest qu’à hauteur de 25 000 euros (ce qui est faux), voilà qu’ils nous refont le même coup que l’année dernière avec les rumeurs qui « accablent » Eric Piolle.

La rumeur fait partie de la vie en société. Voyez notre porte-parole lui-même fut l’objet de rumeurs malveillantes, et cela provenait du cabinet du maire!

Si on ne veut pas faire l’objet de rumeur, alors on ne devient un personnage public, on ne devient pas maire de Grenoble, selon le vieil adage « pour vivre heureux, vivons cachés ».

Nous allons donc faire le travail à la place des journalistes du DL.

1 – Mme Piolle ne possède t-elle pas une maison de famille à Coublevie? Coublevie étant un « cop land », tout bon fait-diversier peut facilement confirmer ou infirmer là chose. Eric Piolle a la liberté d’habiter où il veut, tout comme celle de posséder une résidence secondaire. L’impact politique, c’est son problème.

2 – idem pour la Porsche Cayenne: très facile d’infirmer où à de confirmer quand on est un bon fait-diversier.

3 – Les rumeurs du jambon obligatoire et des mamans voilées, on ne les avait pas entendues celles-là. Les islamistes s’en prendraient-ils à Eric Piolle?

 » Et dans ce contexte, je tiens à vous redire que nous serons toujours du côté de la clarification, de la pédagogie, de la transparence. Je serai toujours du côté de l’intelligence collective. Et comme je le dis toujours: « On ne se bat pas avec un cochon, car on finit tous les deux dans la boue… et lui il adore ça ! », déclare Eric Piolle.

Question transparence, c’est simple:
– pour la Porsche Cayenne, il suffit de mettre en ligne les cartes grises de ses voitures (voitures de fonction comprises) en masquant le numéro de plaque, et l’affaire est entendue
– pour Coublevie, il suffit tout simplement de dire la vérité

Effectivement, Eric Piolle a autre chose à faire que de se battre avec des cochons, puisqu’il va très vraisemblablement devoir s’expliquer devant la justice dans les affaires de la fête des tuiles et du rachat du siège de la CRCA, afin que lumière soit faite.

La justice n’est pas une truie, qu’on sache!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.