Gilets jaunes, contestation sociale: que se passe t-il donc?

 Certains dégainent « jacquerie » pour décrire le mouvement des gilets jaunes.

Que nenni!

La bonne comparaison est  bien celle de la journée des tuiles à Grenoble.

« La journée des Tuiles est le nom donné à une émeute, survenue le 7 juin 1788 à Grenoble, au cours de laquelle les insurgés ont affronté la troupe à coups de tuiles, dans le contexte de la fronde parlementaire consécutive à la tentative de réforme du garde des Sceaux Lamoignon et du contrôleur général des finances Loménie de Brienne, visant à annuler les pouvoirs redonnés aux parlements par Maupeou au début du règne de Louis XVI et comprenant la mise en place de nouveaux impôts (droit de timbre et nouvel impôt foncier général) et mesures de libre-échange, impopulaires depuis la guerre des farines.

Cette émeute, prélude de la Révolution française, a fait trois morts et vingt blessés dans la population et un assez grand nombre de blessés parmi les membres du régiment de Royal-Marine1. »

Nous sommes là en plein dedans.

1 – Macron et ses visées jupitériennes, c’est une ré-centralisation qui va à contresens de l’Histoire,  contre laquelle toutes les collectivités locales sont vent-debout

2 – La contestation est principalement fiscale en l’espèce: TIPP, CGS, suppression de l’ISF etc.

3 – Il s’agit d’un mouvement spontané, certes initié par une certaine bourgeoisie que le peuple suivit parce que pour le coup cette bourgeoisie n’agissait pas dans son intérêt mais pour l’intérêt général.

4 – Dans un contexte de mise en concurrence par le bas systématique du peuple français.

Non sommes pile-poil dedans. A la place de Macron, de son gouvernement et de sa majorité godillot, nous nous ferions beaucoup de soucis, parce que ce n’est que le début. Ça fait plus d’un an que nous affirmons que tous les voyants sont au rouge. Les choses vont se précipiter jusqu’aux élections européennes, d’autant que tout le monde vient de se rendre compte qu’à partir du moment où il y a une bonne raison de contester, alors il est facile de mobiliser.

On ne parle plus de « mouvement sociaux » mais de guérilla sociale, en face de laquelle l’état dans l’absolu est assez démuni, surtout quand il est dirigé par une sinistre bande d’amateurs.

Bouclez bien vos ceintures, ça va roxer!


(Nous, on adore quand ça roxe)


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.