ANTICOR 38: des actions fort peu sérieuses

La lecture de cet article est instructif. On y apprend que ANTICOR38 s’apprête à saisir le parquet quant à la relation entre la ville d’Echirolles et l’association Evade.

Bon. OK.

Il est à souligner que le GAM comptant dans ses rangs plusieurs membres d’ANTICOR, la locale était parfaitement au courant depuis plusieurs années des dossiers de la fête des tuiles et du rachat du siège de la CRCA à Grenoble, entre autres, qui sont dans les faits bien plus graves que ces sempiternelles histoires d’associations pompes-à-fric et pourvoyeuses de postes qu’on trouve dans toutes les communes  et qui sont les instruments privilégiés du clientélisme, avec les offices HLM. Idem pour la formation des élus, qui fut également épinglée à Fontaine par la CRC. Idem pour le cumul de mandat sociaux dans les satellites qui outre arrondir les fins de mois, permettent de « tenir » une commune.

Il a fallu que nous nous adressions à ANTICOR Rhône pour qu’une note blanche soit communiquée au préfet de Région il y a 3 ans.

Comment? Le référent pour l’Isère d’ANTICOR M. Thierry Labelle était élu d’opposition vert-gauche jusqu’en 2016 à Echirolles? Ah mais alors tout s’explique: Il n’allait tout de même pas agir contre le maire écologiste de Grenoble, enfin!

On nous rapporte par ailleurs que  » (…) sur ces deux dossiers, Anticor 38 ne s’est dite pas totalement convaincue, et ce malgré le rapport de la chambre régionale des comptes. »

C’est tout de même drôle qu’un rapport concernant une commune où le référent ANTICOR fut élu d’opposition écolo-gauche convainc, alors qu’un autre rapport de la CRC mettant en évidence de manière catégorique des manquements au moins aussi graves ne convainc pas quand il concerne une commune dirigée par un écologiste.

Ce genre de comportement qui consiste à faire de la lutte anticorruption un instrument de politique politicienne est d’une nocivité sans nom. Il discrédite fondamentalement l’action d’ANTICOR.

La corruption est un problème généralisé en politique française qui concerne toutes les chapelles. C’est par exemple le cas avec la formation des élus dans tous les partis politiques. Même chose pour les marchés publics où on estime le coulage du aux magouilles à plus de 10 milliards d’euros par an.

Il n’y a aucun raison de ne pas agir quand il s’agit de la sienne. Bien au contraire: on doit d’abord balayer devant sa propre porte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s