Un exposé sur le système Carignon lors de « Faîtes de l’écologie »

Ce n’est pas pour défendre Alain Carignon. Nous savons tous ce qu’il a fait et ce pour quoi il a été définitivement condamné.

Mais quand on nous ressort Raymond Avrillier qui nous ressert une affaire veille de 20 ans que nous connaissons tous dans un but strictement électoral, nous qui ne sommes borgne d’aucun œil avons tendance (a) à parler d’affaires courantes et (b) à parler de la corruption de manière générale car elle touche toutes les chapelles, et non pas de manière sélective.

La corruption est un problème généralisé en politique française, avec son pendant qu’est le clientélisme. Quitte à rétablir des vérités, autant les rétablir toutes.

Examinons donc le système Piolle

1 – Recruter un directeur de la communication de manière illégale sans que conseil municipal ait validé la création de poste, puis le faire passé au plus haut grade de la fonction publique territoriale alors qu’on en a pas le droit. C’est pas nous, mais le Juge des comptes publics qui l’a établi;

2 – Promettre l’organisation d’une fête dans son programme électoral et en donner les marchés sans mise en concurrence à des amis politiques pour deux années consécutives. Estimation du coût de l’opération: 1 million d’euro HT. Une enquête préliminaire a été ouverte à la demande de la CRC;

3 – Passer un marché de 5 ans pour la location et l’achat de chalets pour les marchés de Noël sans plafond sans concurrence en arguant de l’urgence (il n’y a aucune urgence qui dure de 5 ans). Montant du marché: 620 000 euros HT. Retoqué par la Préfecture de l’Isère et mis en lumière par la CRC;

4 – Passer un marché de 4 ans avec une société de sécurité privée sans allotissement pour un plafond de 2,5 millions d’euros lui accordant ainsi une exclusivité avec la ville. Pas légal dit la CRC. Là aussi, en toute logique une enquête devrait être ouverte.

5 – Consentir un avantage indu de 1,2 million d’euros à une banque dans des conditions qui devraient également intéresser la justice.

On vous passe tout ce qui a été fait à la Métro (l’explosion des plafonds de certains marchés cadres pour CVCM qui a évité la mise en concurrence par exemple), au SMTC (les « expérimentations » qui n’en furent pas dans les faits) , dans les satellites, les SEM etc. et tout ce dont nous n’avons pas connaissance. Le fait que 42% de la commande publique de ce soit faits hors procédure de passation des marchés publics de fourniture, aisément prévisibles et facilement chiffrables, est tout simplement effarant pour une ville de la taille de Grenoble.

Cinq dossiers: on arrive à un montant de 1 + 0,620 + 2,5 + 1,2 = 5,32 millions d’euros.

Eric Piolle est donc égal à presque 2 Carignon (1,77 pour être précis, Alain Carignon ayant été condamné pour 3 millions d’euros). 3:)

Il n’existe pas de camp du bien. Raymond Avrillier, s’il était sincère en matière de lutte contre la corruption aurait du en toute logique faire un topo là dessus. Non?

Aujourd’hui, la nature de la corruption a changé, justement par l’imposition des règles de la commande publique et de financement des partis politiques. (la première sur le financement des partis politiques date de 1988 et les règles européennes d’achat public elles datent des fameuses directives « recours » prises entre 1989 et 1993).

 

1 commentaire

  1. Gonflé Mr Avrillier ! Chef de la diaspora rouge-violette. L’hôpital qui se moque de la charité. Depuis le temps qu’il vampirise les finances des contribuables !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s