Pourquoi l’Aquarius est une arnaque

Ca couine, ça gémit! « Donnez à l’Aquarius un pavillon » etc.

Tout ceci est une immense arnaque, et nous allons vous expliquer pourquoi.

Un pavillon ne se « donne » pas. Il est le résultat de l’immatriculation d’un navire demandée par son propriétaire et/ou armateur, immatriculation soumise à des exigences de normes en fonction de l’activité du bâtiment et à des exigences de certification (délivrée par des bureaux de certification spécialisés tels que le BNV, Det Norske Veritas etc.). Les normes internationales applicables à un chalutier ne sont pas des mêmes que celles applicables à un pétrolier, qui ne sont pas les mêmes que celles applicables à un navire de sauvetage.

Si l’Aquarius n’a plus de pavillon, c’est de la seule faute de son propriétaire/armateur, une société allemande nommée Jasmund Shipping, et de son affréteur, SOS Méditerranée. L’actionnariat de Jasmund Shipping, une société par commandite, est également intéressant.

Si l’Aquarius n’a plus de pavillon, c’est parce que depuis 2016 ce navire immatriculé comme un navire de recherche océanographique (il est immatriculé comme un « survey vessel » certifié pour cette activité par Det Norsk Veritas, voir le site de Jasmund Shipping) n’a pour seule activité que le sauvetage, activité pour laquelle il n’est pas certifié, et que donc il ne peut avoir (tout comme un chalutier n’a pas le droit de transporter du pétrole et un pétrolier ne peut pas avoir d’activités de pêcherie).

Or, ça, une fausse activité déclarée, ça ne pardonne pas: pas la bonne certification, immatriculation nulle, perte de pavillon.

Pour bien vous faire comprendre la chose: ce n’est pas parce que vous possédez un gros break ou une camionnette que vous pouvez prétendre à exercer une activité d’ambulance, parce qu’une ambulance répond à des exigences de normes spécifiques (aménagements, matériel médical présent etc.).

Donc SOS Méditerranée sont une bande de dangereux amateurs, quel que soit le nombre de gens qu’ils affirment avoir sauvés.

On veut faire du sauvetage en mer? Alors il faut affréter un navire certifié pour cette activité, et non pas un navire de recherche océanographique.

Notez bien le cynisme que cela sous-tend: Jasmund Shipping, l’armateur qui fournit aussi l’équipage naviguant, continue de toucher de l’argent selon le contrat de fret d’un navire construit en 1977 en sachant pertinemment que l’activité de son navire n’est pas celle qui est effectivement réalisée.

Bref, il faut ne pas « sauver » l’Aquarius, parce que c’est une impossibilité totale, parce que personne n’acceptera de l’immatriculer selon sa certification (navire de recherche) en sachant que son activité est le sauvetage. C’est exactement ce qui s’est passé avec les registres de Gibraltar et de Panama, qui ont retiré son pavillon à l’Aquarius (renommé Aquarius 2 pour l’occasion au Panama) pour cette raison. Idem pour les assureurs, qui refuseront d’assurer le navire – ce qui est rédhibitoire en mer.

Il ne faut pas donner un centime à SOS Méditerannée tant que cette ONG n’aura pas affrété un navire de sauvetage en mer certifié et immatriculé pour cette activité et tant qu’elle ne respectera pas les règles du sauvetage en mer.

Quand on veut faire de l’humanitaire, il est absolument impératif de respecter strictement le droit international, européen et national, parce que les populations concernées sont vulnérables (au sens qu’elles n’ont que peu ou pas les moyens de se défendre et sont à la merci de la bonne volonté des autres). Seul le strict respect du droit garantit à ces populations la protection dont elles ont besoin. C’est là la base de toute action humanitaire. D’autant que les eaux territoriales libyennes, la zone économique libyenne et les eaux internationales en méditerranée ne sont pas des zones de guerre: le droit s’applique donc pleinement à tous.

Dans l’idéal, ce type de mission devrait être assurée par l’ONU (Haut Commissariat aux Réfugiés) et/ou IOM (Organisation Mondiale des Migrations), voir le CICR (Comité International de la Croix Rouge)  – une coopération des 3 trois serait chouette, non? – qui affréteraient un ou plusieurs bâtiments de sauvetage sous pavillon de l’ONU (qui existe). Ce serait alors l’assurance que les personnes repêchées l’ont été dans les règles et bénéficient de la protection dont elles ont besoin, ce qu’aucune ONG est en mesure de garantir. Étant entendu que personne ne pourra être débarqué directement en Europe, seul le HCR peut garantir protection et  traitement équitable à chacune de ces personnes qui sont très loin d’être toutes éligibles à l’asile, en coopération avec l’Europe, qui pourrait financer en partie ces opérations.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s