Le CIEL va vous tomber sur la tête

La municipalité grenobloise toujours en plein délire à propos du CIEL.

Réunion avec certains acteurs à qui elle a annoncé un « appel à projet » fin décembre avec à la clé 110 000 euros de subvention annuelle.

Une fois encore, nous rappelons que la liquidation de la Régie 2 C a été annulée par la justice. Cette décision est immédiatement exécutoire, appel ou pas.

Gageons que les deux employés de la Régie 2C dont les licenciements ont été jugés illégaux prendront attache rapidement avec le Président de la Cour d’Appel Administrative de Lyon afin de faire exécuter le jugement de première instance.

Le CIEL ne peut en aucun cas être redonné en gestion à qui que ce soit d’autre, puisque le siège, l’objet social et le personnel de cette régie sont toujours là. De la même manière, la ville ne peut pas octroyer d’occupation du domaine public, puisque ce n’est pas la ville qui dispose des locaux, mais la régie autonome à personnalité morale propre. Par conséquent, tout le monde dehors! A la Chaufferie aussi.

Voilà ce qui va se passer si on s’amuse à continuer « l’appel à projet »:

  1. Nous allons exiger en référé l’annulation de l’appel à projet et sa requalification en marché public, que nous obtiendrons sans difficulté (voir cette série d’articles sur le sujet)
  2. Une fois cela fait, dépôt de plainte pour délit d’octroi d’avantage injustifié contre la municipalité et tous ceux impliqués au CIEL, plainte qui prospérera car on est exactement dans le même cas que celui de la Fête des Tuiles. Tout le monde se retrouvera devant un juge.

Plege, Retour de scène et les autres: arrêtez tout de suite les bêtises, parce que ça va cogner. Le fait de redonner le bâtiment en gestion alors que la Régie 2C n’est pas liquidée est un délit.

N’écoutez pas la municipalité et surtout pas Mme Bernard qui vous dit que si ça reste dans le domaine artistique ou dans celui de la « gestion de planning », c’est bon: une fois encore, même cas que la fête des tuiles, avec en plus de la gestion de fait !
Gérer une salle de spectacle et des locaux de répétition publics, c’est un marché de délégation de service public.

Ce sont les activités réelles qui importent, pas les élucubrations couchées sur papier pour essayer de « frotter sur les bords de la loi » et faire rentrer le cube dans le trou circulaire du playskool à grands coups de poing.

Nous allons demander à M. le Préfet de l’Isère d’intervenir dans ce dossier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.