ALERTE BOCU* : 10 raisons de vivre à Grenoble.

*BOCU = bourgeoisie culturelle, selon la définition de l’observatoire des inégalités (voir infra)

Article parfaitement improbable relayé par l’Office du Tourisme de la Métropole (et oui, compétence métropolitaine, le tourisme), d’une blogueuse nommée « Joliment imparfaite ». Tout un programme, sans surmoi bien évidement, à la Charline de France Inter, quoi.

Que nous dit donc cette jeune femme « joliment imparfaite » à propos des 10 raisons pour lesquelles elle aime vivre à Grenoble en tant qu’impétrante. Accrochez vous à vos bretelles, ça va secouer.

1 – Une vue imprenable sur les montagnes

Non? C’est pas vrai? Grenoble, à 125 mètres d’altitude, cette ville enclavée entre Belledonne (qui culmine à plus de 3 200 mètres d’altitude), le Vercors et la Chartreuse a une vue, du fond de la cuvette, imprenable sur les montagnes qui l’entourent ?
Comment? A Marseille, de Notre-Dame-de-la-Garde, on a aussi une vue imprenable sur le Vieux-Port et sur la mer?

Comme l’a dit l’illustre (et parfait crétin) ancêtre d’un de nos membres, le Général Patrice de Mac Mahon alors président de la République, le 26 juin 1875 devant les terribles inondations de la Garonne : « Que d’eau! Que d’eau! »

2 – La nature n’est jamais loin

Heu ben oui, dans une ville qui est dans une cuvette et qui ne peut s’étendre qu’en plaine, que le long de la vallée, traversée par deux fleuves, et puisqu’il est plus difficile de construire sur les flancs des montagnes qu’en plaine – c’est pour cela d’ailleurs que Grenoble est une ville très densément peuplée – la nature n’est jamais loin.

La Palisse en serait tout esbaudi.

3 – C’est une ville verte adaptée au vélo

Non, là on va pas commenter, on risquerait de s’énerver et de devenir désobligeants. Très désobligeants. On vous signale juste que depuis l’imposition du nouveau plan de circulation, la pollution atmosphérique a augmenté de 15% et la congestion de 13,2%.

4 – C’est une ville à taille humaine

165 000 habitants, c’est rien du tout. Ce n’est pas encore un gros bourg en Allemagne, au Royaume Uni ou aux USA. Et on ne vous parle même pas de l’Afrique ou de l’Asie.

Définissez « taille humaine », merci!

Il existe des très grandes villes qui sont à taille humaine: New York, Stockholm, Cologne, Barcelone, Lyon, Lille, Nantes etc. Même Rome et Naples sont à taille humaine, c’est dire!

Argument non recevable.

5 – On a l’embarras du choix

« Quand il s’agit de se restaurer (…)  etc. »

Là on parle donc de loisirs, non?

Hé bien pas plus que dans n’importe qu’elle ville d’une taille comparable (Rennes par exemple) où des revenus disponibles importants ne demandent qu’à être dépensés!

« It’s the economy, stupid! »

6 – Il y a beaucoup d’entreprises à Grenoble et dans les alentours

Si « Joliment imparfaite » s’était un peu penchée sur l’histoire de Grenoble et de sa région, elle se serait rendue compte que Grenoble à toujours été une ville très commerçante et très industrieuse, et ce depuis l’empire romain.

Grenoble a toujours été une ville riche tout en étant également très ouvrière.

L’un des spécificités de Grenoble et de sa région est qu’elles n’ont jamais, jusqu’à il y a peu, subi de désindustrialisation comme par exemple Roubaix, parce qu’une activité déclinante a toujours été remplacée par une autre naissante.

Pourquoi? Parce qu’ici c’est Grenoble et que des gens comme Paul-Louis Merlin et Gaston Gerin (entre autres, il y en a tellement à citer, comme par exemple le HP des « grands jours ») ont sans paternalisme aucun œuvré avant tout pour le progrès, à commencer celui de leur employés (ce qui ne fut pas le cas de tout  le monde à Grenoble non plus), ce qui résultat en profits et croissance.

7  – Grenoble, première ville étudiante de France

Encore tous ces satanés classements à la noix!

L’université est profondément ancrée dans la culture dauphinoise, comme elle l’est dans la culture bretonne et occitane – tenez donc, des régions où existaient des Parlements ou des cultures (pour l’Occitanie) relativement indépendants de la couronne de France.

Culture de l’Université qui n’est sans rappeler d’ailleurs celle des républiques « italiennes », dont nous les dauphinois avons eu la chance de bénéficier depuis le XIIeme siècle de l’influence, même si on a botté le derrière aux « italiens » (qui n’existaient pas à l’époque)  à la bataille de Ponchara en 1591 (avec Lesdiguières qui avait pris la peine d’apprendre le Dauphinois parce que sinon pas possible de gérer la province). Faut pas nous pétafiner le cuchon non plus.

Une fois encore, méconnaissance de l’histoire.

8 – A deux pas de l’Italie

Non? C’est pas vrai? Et les Pyrénées orientales sont à deux pas de l’Espagne, l’Alsace à deux pas de l’Allemagne et Lille à deux pas de la Belgique?

Pourquoi donc croyez vous, chère Mlle Joliment Imparfaite, que Grenoble compte tant d’habitants d’origine italienne? La proximité géographique et culturelle ainsi que l’emploi industriel abondant n’y furent bien sûr strictement pour rien.

9 – Une culture bio de plus en plus présente

Pas plus que dans les villes d’une taille comparable! Une fois encore, question de revenu disponible suffisamment important pour générer cette demande.

Et vous oubliez l’agriculture de montagne, par nature extensive, à l’instar par exemple de l’agriculture suisse ou celle qu’on trouve au Süd Tyrol en Italie, ou bien dans les Pouilles et les Abruzzes.

10 – Il y a quatre vraies saisons

Ah ben ça oui! Vous savez que le 45ème parallèle passe à Varces?  Donc on est pile-poil dans ce qu’on appelle un climat tempéré, avec une exposition au soleil qui est également répartie tout le long de l’année selon la rotation de la terre autour de l’astre suprême.

Astronomie 101.

 

Bon, allez. Là on rentre dans le vif du sujet, chère Mlle  Joliment Imparfaite, c’est à dire la critique factuelle mais mordante.

Vous aurez compris que ce genre d’article nous irrite profondément. Non pas que nous nous fichons de votre avis, chère Mlle Joliment Imparfaite. C’est juste qu’il est superficiel, matérialiste et consumériste. Grenoble, comme toutes les villes, c’est vraiment beaucoup plus que ce vous mentionnez, qui n’est – nous regrettons d’avoir à vous le dire – qu’énumération « marketingueuse » qui rendraient les suppléments « Travel & Lifestyle » du Financial Times et les magazines de compagnie aérienne éligibles à publication dans La Pléiade.

Et ce qui étonnant, c’est que jamais un seul instant instant vous ne parlez des grenoblois.

Or ce qui fait une ville, ce sont d’abord ses habitants, pas ses restos, pas la proximité de la nature ou de l’Italie, pas ses magasins bios…

Ce qui nous amène à penser que vous ne connaissez pas notre ville, puisque vous n’en parlez que de manière aussi partielle qu’autocentrée. Seriez vous une touriste?

Et nous allons plus loin: ce sont justement certains impétrants de ces 15 dernières années qui sont le problème. Ils se contrefichent de ce qu’est réellement cette ville du moment que tout ce qui satisfait à leur habitus de bourgeois culturels reproductible globalement y est présent (s’il manque quelque chose, gros caprice), alors qu’une autre spécificité de Grenoble fut cette capacité historique à intégrer (dans les deux sens du terme) ceux qui venaient d’ailleurs et firent le choix de s’y établir, et de faire sienne les influences extérieures. Voir l’abondante littérature libertine dauphinoise du XVIIème et XVIIIème siècle, par exemple (sans que l’église catholique eut le pouvoir de censurer puisqu’elle ne contrôlait pas la fabrication du papier dont la région grenobloise fut historiquement l’un des premiers fabricants en France  –  donc l’église ne contrôlait pas non plus l’imprimerie dans notre bonne province) – ce qui nous donna au final la convocation des trois états, puis Stendhal (entre autres: nous ne mentionnons pas les savants de tous poils, ce serait trop long). Ce n’est pas pour rien que « La Table Ronde » est le deuxième plus vieux café de France, après « Le Procope ». Et ce n’est pas pour rien non plus qu’il est situé juste en face de ce qui fût le Parlement du Dauphiné et il y a encore peu le Palais de Justice.

Le « global boboland » lui, ne cherche pas à s’intégrer, puisqu’il est convaincu que le monde tourne autour de lui et qu’il doit s’adapter à lui.  Le « global boboland » est persuadé que l’histoire a commencé le jour de sa naissance.

Pour finir non pas par une note assassine, mais pour vous démontrer le concept de « conduite de Grenoble » : quand vous écrivez pour vous décrire « la simplicité est un vrai style vie », nous sommes navrés de vous dire que, à lecture de votre prose, nous ne vous croyons pas un seul instant – à moins que vous ne parliez du simplisme lacunaire de votre article. 😀

Vous restez bien évidement bienvenue parmi nous. Faîtes juste l’effort d’apprendre à nous connaître. Vous verrez, ça vaut et le détour et l’effort. Alors vous deviendrez l’une des nôtres sans vous perdre pour autant (et vous aurez droit au bouchon de chartreuse)

Et comme toujours, nous finissons en musique, avec une récente et très regrettable spécialité grenobloise.

 

 

 

2 commentaires

  1. Bonjour Monsieur Clerotte,

    Je suis l’auteur du blog personnel Joliment Imparfaite.

    Je vous contacte suite à la publication de votre article intitulé «ALERTE BOCU* : 10 raisons de vivre à Grenoble. » (https://groupedanalysemetropolitain.com/2018/09/23/alerte-bocu-10-raisons-pour-vivre-a-grenoble/) le 23 septembre 2018. Vous avez partagé cet article le même jour dans un commentaire d’une publication de l’Office de Tourisme Grenoble-Alpes Métropole qui avait relayé mon article « 10 raisons pour lesquelles j’adore vivre à Grenoble » (http://www.jolimentimparfaite.fr/10-raisons-lesquelles-vivre-grenoble/) sur leur page Facebook le 23 septembre à 9h.

    Il est expressément écrit dans les mentions légales de mon blog (http://www.jolimentimparfaite.fr/mentions-legales/) que : « Charlotte (nb. Charlotte Ardito créateur et propriétaire) est propriétaire des droits de propriété intellectuelle ou détient les droits d’usage sur tous les éléments accessibles sur le site, notamment les textes, images, graphismes, logo, icônes, sons, logiciels. Toute reproduction, représentation, modification, publication, adaptation de tout ou partie des éléments du site, quel que soit le moyen ou le procédé utilisé, est interdite, sauf mon autorisation écrite préalable. Toute exploitation non autorisée du site ou de l’un quelconque des éléments qu’il contient sera considérée comme constitutive d’une contrefaçon et poursuivie conformément aux dispositions des articles L.335-2 et suivants du Code de Propriété Intellectuelle. »

    C’est pourquoi je vous demande de supprimer immédiatement votre article et tout autre contenu ayant un lien direct avec votre article (mentions, partages, publications sur les réseaux sociaux, sur le web ou sur tout autre support) et tout autre élément ayant utilisé sans mon consentement écrit les textes de mon blog ainsi que mon image.

    Ma démarche s’arrêtera là si vous supprimez dès maintenant tous les éléments me concernant et que vous avez partagé sans mon accord. Dans le cas contraire, je n’hésiterez pas à entamer des poursuites judiciaires à votre égard.

    Je vous remercie d’avance.
    Charlotte Ardito

    J'aime

    1. Chère Mlle Ardito.

      Merci de votre message. En vert du décret n°2007-1527 du 24 octobre 2007 relatif au droit de réponse applicable aux services de communication au public en ligne et pris pour l’application du IV de l’article 6 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, voter droit de réponse est exercé.

      Nous allons cela dit plus loin, en vous répondant au fond dans ce billet.

      le décret n°2007-1527 du 24 octobre 2007 relatif au droit de réponse applicable aux services de communication au public en ligne et pris pour l’application du IV de l’article 6 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique.

      Bien à vous,

      Pour le GAM,
      Pascal CLEROTTE

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.