Un rapport parlementaire préconise l’armement généralisé des polices municipales, sauf avis contraire motivé du Maire. Grosse bêtise. Nous innovons: nous introduisons la notion de tutelle sécuritaire

Grosse bêtise!

LREM en délire, juste histoire de refiler le singe aux collectivités tout en choppant des suffrages, genre « on fait ». Genre c’est ça la Police de la sécurité du quotidien qu’on a promis et qu’on n’est pas fichu de mettre en œuvre.

Attention, nous sommes plutôt favorables à l’armement des policiers municipaux qui en ont réellement besoin pour des raisons opérationnelles, qui sont aptes à en porter une et qui suivent un programme d’entraînement continu (pas simplement tirer 50 cartouches par an pour se qualifier), formation qui par ailleurs ne devra pas concerner que le maniement des armes (c’est plus l’attitude et le comportement de celui qui tient l’arme qui est dissuasif que l’arme en elle-même).

Et là, on parle de moyens, inexistants – comme par hasard.

Refiler aux polices municipales automatiquement des « .38 special » ou les cantonner au bon vieux semi-auto de 7,65 (.32) de service dans les années 50 – 60 est ridicule.

Ce n’est pas dans ces termes que le problème se pose.

La Police Municipale n’existe que parce que le Maire est officier de police judiciaire. Elle reste  – sauf exception et urgence  décrétée par le Préfet – sous les ordres du Maire. Et c’est important qu’elle le reste.

Imposer un armement systématique sauf avis motivé du Maire est une grand coup de machette dans la liberté d’administration des communes. Pas acceptable.

Il serait mieux venu qu’on puisse imposer à un Maire au cas par cas l’armement de la police municipale de sa commune, voir à mettre la police municipale « sous tutelle » de la police ou de la gendarmerie et déchoir temporairement le maire de ses pouvoirs d’officier de police judiciaire –  comme serait par exemple une bonne chose à Grenoble – sur la base d’une étude approfondie de la situation, quand le Maire se révèle incapable d’appréhender la situation et d’agir en conséquence.

Une arme, c’est un outil. Il faut (a) savoir comment s’en servir et (b) sur le bon matériau dans les bonnes conditions et (c) dans le respect de la loi. Si vous vous coupez les ongles à la hache, vous risquez d’y laisser une phalange. On est d’accord?

Donc on ne rigole pas avec ça, c’est quelque chose qui doit être pensé avec circonspection.

Quoiqu’il en soit, l’usage de la force armée par un agent de police municipal restera subordonné à la stricte légitime défense.

Mauvaise proposition de ce rapport parlementaire. Il vaut mieux imposer l’armement au cas par cas à un maire en lui enlevant la fonction d’OPJ et mettre la commune sous « tutelle sécuritaire » quand c’est nécessaire, plutôt que de généraliser l’armement bêtement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s