Non mais là. Houlà! Un débat de fond sur la sécurité, Mme Martin?

Nous tombons dans la débilité la plus totale, au sens médical.

 » Notre première pensée doit aller vers ce jeune homme, vers sa famille et vers ses proches, et je pense que cela doit mériter du respect absolu ».

Ce jeune homme est mort.

Mort. Tué à coups de couteau alors qu’il s’est interposé pour aider des amis se faisant agresser.
Manquerait plus que ça, qu’on ne respecte pas. On vous a pas vu à la marche blanche, d’ailleurs. En vacances peut-être?

Nous allons juste commenter quelques points de l’article de Place Gre’net.

Une brigade canine? « La police municipale en a déjà une, et elle fonctionne d’ailleurs très bien ! » Nous l’avons effectivement vue en action lors des manifestations contre les fermetures de bibliothèques: des chiens contre des manifestants? Cela va non seulement à l’encontre de toutes les doctrines de maintien de l’ordre et en plus c’est condamné par la Cour Européenne des Droits de l’Homme.

Madame Martin, vous êtes aussi ignorante qu’incompétente.

 » Nous travaillons de manière très rapprochée avec les services de l’État. » Et notamment, ajoute-t-elle, avec les spécialistes de la police nationale, citant l’exemple de l’éclairage des « points chauds » du parc Mistral, réalisé sous l’égide de leur « bienveillante compétence ». Tout en relativisant : l’éclairage public « ne résout pas tout… mais participe à la résolution des problèmes  »

Curieusement, ce n’est pas du tout les échos que nous avons, tant du terrain que de la « conception et direction ». La coopération avec la ville de Grenoble et la Métro laisserait très sérieusement à désirer. Mais bon, ça c’est nous . Mme Martin est bien mieux placée que nous pour en juger. Libre à nous de ne pas la croire un seul instant.

« Nous avons une centaine de policiers dans l’espace public. Je ne parle pas de ceux qui se voient bien naturellement confier des tâches administratives, mais ceux qui assurent une présence rassurante dans tous les quartiers de Grenoble ! »

86 policiers municipaux, si nous avons les bons chiffres. Ce qui dans les faits signifie à tout moment 16 agents sur le terrain, soit 4 équipages de 4 personnels. Le turn-over, c’est à dire combien de policiers municipaux partent ailleurs par an, c’est combien? C’est arrivé à un point où la ville de Grenoble n’arrive plus à recruter, et donc on embauche dans le fond du panier, ce qui n’est pas, mais alors pas une bonne chose.

A moins que  la « centaine » de Mme Martin inclut la police nationale – ce qui ne manquerait pas de piquant. Et pourquoi pas y rajouter les militaires de Sentinelle pour gonfler les chiffres d’effectifs qui ne sont pas municipaux?

Madame Martin, les fonctionnaires de police, les militaires de la Gendarmerie et les Agents de police municipale ne sont pas là pour assurer une « présence rassurante » mais pour policer. Saisissez vous la différence? Les forces de l’ordre ne sont pas le CCAS et pas non plus des éducateurs de rue.

«  Contrairement à ce que je lis, nous sommes très pragmatiques en matière de sécurité : nous regardons ce qui est efficace et ce qui ne l’est pas, et la vidéosurveillance ne l’est pas »

Une fois encore, c’est faux.  La vidéo-surveillance effectivement ne permet pas de prévenir la commission de « crimes zé délits », mais elle permet le contrôle de l’espace public: on ne deal pas de came devant une caméra. La vidéosurveillance permet surtout d’obtenir des éléments de preuves irréfragables qui accélèrent le travail des enquêteurs et donc l’élucidation.

Quant au pragmatisme, on le jauge à l’aulne des résultats. Depuis 2014 tout empire de partout. Pas nous qui le disons, mais le parquet de Grenoble.

Nous n’allons pas commenter  le reste de l’article, que c’est de la faute du gouvernement, que c’est qu’on a pas été retenu pour la Police de la sécurité du quotidien, que c’est pas de notre responsabilité etc. Bref, que c’est pas nous on y peut rien. Il suffit de lire cela pour comprendre que ce sont des jérémiades d’élus incapables qui se défaussent pour des raisons peu avouables, c’est à dire électoralistes.

Mais bon, faire passer au vote un projet de 90 000 euros pour une plage ou bien acheter plus de 100 000 euros du matériel de projection cinématographique , c’est plus important.

Il vrai cela dit que que la police de la sécurité du quotidien est une énorme farce: Bayrou à Pau a obtenu 10 renforts pour des quartiers de plus de 15 000 personnes, soit dans les faits un surplus de 0,02 flic sur le terrain à tout moment. Groovy!

Madame Martin, avant 2014, certes avec parfois de très grosses difficultés, la ville était « tenue ». Elle ne l’est plus depuis votre élection, force est de le constater.

Vous avez voulu être élue, non? Personne ne vous a forcé ? Alors vous assumez.

Soit vous arrêtez de nous raconter des sornettes et vous vous mettez à travailler, soit vous démissionnez et retournez à l’éducation nationale (et en 2020 sur une liste à Saint Martin d’Hères où vous aurez le loisir de reprendre le « semage de schisme » que votre mandat grenoblois vous a fait interrompre).

Chère Madame, il suffit de prendre vos concitoyens pour des narvalos. Tout comme il suffit de prendre nos concitoyens dont le métier est d’assurer l’ordre pour des torche-bugnes (leur « bienveillante compétence ». Non mais sérieux ?)

Comme le résume si bien un fervent supporter de la municipalité et ancien avocat reconverti dans la cuisine à roulette

lesbulles

 

C’est pas moi, c’est l’état.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s