« Mafia Culturelle » Grenobloise: on répond au GAM point par point dans le Petit Bulletin

Amusant de lire l’article du Petit Bulletin sur la Clef de Sol, Petit Bulletin qui se garde bien par ailleurs de dire que c’est le GAM qui, après avoir été contacté par des membres des groupes évincés, s’est penché sur le dossier parce que suivant de très près depuis 3 ans ce qui se passe dans le marigot cultureux grenoblois (voir le  point 4 de ce billet, par exemple https://groupedanalysemetropolitain.com/2017/12/08/ciel-nous-faisons-des-amalgames-visant-a-creer-une-atmosphere-de-suspicion-on-nous-a-epargne-fake-news-cette-fois-ci/)

« Il s’agit, comme nous l’a expliqué l’équipe à notre demande, de véritablement développer leur volet accompagnement de la salle de concert grenobloise, comme la délégation de service public signée avec la Ville de Grenoble les a engagés « 
Comme l’affirmons depuis 2 ans, Mixlab ne remplit pas le cahier des charges de sa DSP alors qu’elle touche de l’argent pour accompagner des artistes. Remboursez?

Qu’on ne vienne pas nous dire qu’il n’y a pas de place pour monter 3 studios de répétition à la Belle Électrique, d’autant que l’équipement a été conçu pour. Trouver 75 m² (25 m² par studio), ce n’est pas possible dans un équipement de cette taille?

Et nous rappelons à la municipalité grenobloise et à M. Lapierre, Directeur de Mixlab, que la gestion d’un équipement culturel municipal, un service public industriel et commercial, ne peut pas faire l’objet d’un « appel à projet » mais doit être octroyé par un marché public de gestion déléguée. Un avenant à la DSP de MixLab n’y changera rien et ne fera qu’entériner le favoritisme.

Va t-on encore devoir saisir M. le Procureur de la République au titre de l’article 432-14 du code pénal et demander à la Chambre Régionale des Comptes un audit complet de MixLab?

« On montrera par exemple aux groupes comment déclarer à la Sacem, comment faire valoir leurs droits, on leur proposera de la formation »
M. Lapierre, vous moqueriez-vous du monde? Personne n’a besoin de vous pour apprendre comment déposer ses œuvres à la SACEM, la preuve!

Nous le maintenons: ce qui se passe dans le petit milieu culturel grenoblois depuis 2014, c’est une bande de copains qui mettent la main sur quasiment tous les moyens de production artistiques et culturels grâce à d’autres copains. Rien de bien nouveau dans le fonctionnement de la culture en France, et cela ne fait pas une politique culturelle. La présence au conseil d’administration de MixLab de deux personnes de Fusées illustre cette délétère consanguinité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :