« Mafia culturelle grenobloise », énième épisode. On va tous les passer à la gégène si ça continue comme ça!

Addendum: voir aussi ça avec document à l’appui« Mafia Culturelle Grenobloise »: On va tous les passer à la gégène, là, c’est sûr! Ah la Belle Électrique, old sparky!

8 groupes répètent dans les sous sols de la Clef de Sol, qui se situe en face de la caserne de Bonne. Tous sont semi-professionnels (c’est à dire qu’ils sortent des disques, tournent mais ne peuvent pas vivre encore de leur musique, non pas parce qu’ils ne sont pas bons, mais parce que ça prend du temps, surtout en France).

Ce lieu était géré par Rocktambule puis à l’issue de sa dissolution, c’est l’association HADRA qui a repris la gestion du bâtiment

La ville de Grenoble a effectué  un appel à projet (on commence à connaître la musique sur les « appels à projet » et s’il agit de la gestion d’un équipement municipal c’est un marché public concurrentiel de gestion déléguée qu’il faut passer. On tombe encore dans le favoritisme? Parce que nous n’avons rien vu passer en conseil municipal…) sur le bâtiment et bien évidemment c’est Mixlab, le gestionnaire de la belle électrique qui a remporté la mise pour mettre en place sa « politique d’accompagnement » nécessaire pour obtenir le label Salle de Musiques Actuelles (SMAC).
Cette accompagnement fait partie du cahier des charges de la DSP de la Belle Électrique et Mixlab n’a pas respecté cette clause jusqu’à présent alors qu’elle perçoit à notre connaissance des subventions pour cela.

Hadra  devient locataire de Mixlab pour la partie bureaux administratifs. Gestion de fait, par conséquent.

Les groupes répétant à la clé de Sol on reçu un mail de Frédéric Lapierre, directeur de Mixlab, leur demandant de quitter les lieux au 1er juillet en arguant que la ville de Grenoble aurait du les avertir bien en amont et réaliser une concertation autour de ce nouveau projet .
Bien entendu rien n’a été fait

Donc le premier acte de la Belle Électrique dans la mise en place de sa politique d’accompagnement de groupes est de mettre dehors les mêmes groupes qu’elle devrait accompagner…
Tout cela n’est qu’une affaire de gros sous car le label SMAC permet de toucher des crédits du ministère de la culture assez conséquents. Sans compter que la DSP sera renouvelée en 2019 et que si Mixlab persiste à ne pas remplir l’ensemble du cahier des charges, c’est un motif de disqualification.

Dans ces locaux répètent des groupes semi pro qui ont des projets en cours, enregistrements, concerts, créations, en bref c’est la grosse tuile pour ces artistes.

Nous allons donc demander des comptes au Président de Mixlab, M. Laurent Duclos.

Nous allons demander des comptes à Mme Bernard, l’ajointes aux culture et à M. Bertrand, l’adjoint à l’animation, notamment sur la manière dont la gestion du bâtiment a été concédée.  La Fête des tuiles, ça vous a pas suffit? Toujours pas compris la leçon?

Explications, sinon on passe le conseil d’administration et la direction de la Belle Électrique à la gégène, hin! hin!

On rappelle également l’affaire du CIEL où on retrouve encore les mêmes et qui va très vite tourner au vinaigre pour exactement pour les mêmes raisons.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s