Annulation du mécénat de compétences Ville de Grenoble – HP : M. Chamussy avait pourtant voté pour!

C’est ce qu’on peut lire dans la presse aujourd’hui

M. Chamussy continue de récupérer dans le Dauphiné Libéré de ce jour le travail des autres en appelant à l’éthique? Attention, nous on va parler de Roibon et d’éthique, si ça continue 😀 (NDR: vous la voyez l’alliance LR / LREM en 2020? Vous voyez comment on va semer le schisme?)

Opopopopop! Un instant M. Chamussy: n’avez-vous pas voté pour la convention de mécénat lors du conseil municipal en question?

Quant au Dauphiné Libéré, s’il avait un peu suivi l’affaire et enquêté, il aurait su que c’est bien le GAM qui le premier a sorti l’affaire dès le 19 avril en établissant les liens entre Eric Piolle et Guy Benoist. Place Gre’net sur la base de nos informations alors rendues publiques a mené enquête et très bien mené enquête (ce que nous ne pouvons pas faire éthiquement car nous ne sommes pas journalistes). Le DL aurait du en toute logique rappeler le vote de M. Chamussy en faveur de cette « convention de mécénat ». Non, parce que c’est drôle, enfin?

 Une fois encore, nous ne publions jamais les documents non-publics qu’on nous aurait éventuellement communiqués et que nous n’avons jamais lus . Question d’éthique.

La Municipalité Grenobloise est toujours aussi amusante:

  • Elle continue d’affirmer que ce mécénat était « innovant » (la loi Aillagon date de 2003, soit 15 ans, on est pas trop dans l’innovation) et légal. Nous avons démontré que ce mécénat était fondamentalement illégal par deux fois, dans ce billet et  dans celui-là
  • N’est-ce pas le service de contrôle de la légalité de la Préfecture de l’Isère, saisi par nos soins, qui a réagi et ainsi provoqué cet abandon?
  • HP de son côté possède un service juridique qui percute et qui a rapidement sérié les risques sérieux liés à cette convention
  • Et l’excellente enquête de Place Gre’net n’y est aussi strictement pour rien.
  • A chaque fois que la municipalité grenobloise subit un revers pour des raisons juridiques ou techniques – donc objectives et concrètes –  l’explication qu’elle impose est politique:
    • L’annulation par la justice des tarifs de stationnement prétendument solidaires, c’est politique
    • L’annulation par la Justice de l’interpellation-votation, c’est politique
    • L’ouverture par la justice à la demande des magistrats financiers de la Chambre Régionale des Comptes d’une enquête préliminaire sur les marchés de la fête des tuiles, c’est politique et c’est un « chantier » monté par le GAM (vous savez, ces malades de procédure attaqués pour « racisme » par une candidate aux législatives qui avait pour suppléante Maryvonne Boileau, adjointe au maire de Grenoble et présidente de Grenoble Habitat, SEM qui a employé la candidate qui a esté contre notre porte-parole)

Maintenant c’est cette affaire de mécénat abandonné qui est politique. Nous en viendrions presque à conseiller à la municipalité de réécouter Pierre et le Loup (avec Emmanuel Macron comme narrateur, bien sûr).

En quoi la ville de Grenoble doit – elle contribuer à la reconversion d’un salarié protégé (délégué central CFE-CGC) d’une entreprise privée qui propose par ailleurs de très généreux « packages » de reconversion ?

Si la ville veut utiliser le mécénat, excellente chose. Mais qu’elle le fasse légalement et dans un vrai but d’intérêt général, qui ne saurait être la reconversion professionnelle d’un syndicaliste ayant négocié le « package » de départ du Maire.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s