La municipalité grenobloise persiste à se moquer du monde avec le mécénat de compétence de HP

Pour rappel, en complément de cet article de Place Gre’net

1 – https://groupedanalysemetropolitain.com/2018/04/19/opa-de-hp-sur-gre-ou-bien-on-paie-des-dettes/

2 – https://groupedanalysemetropolitain.com/2018/04/20/retour-sur-laffaire-du-mecenat-de-competence-de-hp-a-la-ville-de-grenoble-qui-est-tres-vraisemblablement-illegal/

Chargé de mission DRH, outils de communication ou informatique? Il faudrait savoir, Mme Tavel.

« M. Benoist est en reconversion, expliquent les services de la Ville. Il nous paraît important de l’accompagner dans cette voie. Nous considérons que le syndicalisme est un engagement très prenant, encore trop peu reconnu quand il s’agit de penser à sa reconversion professionnelle. »

Depuis quand la reconversion d’un syndicaliste du privé, salarié protégé (c’est à dire très difficilement virable) car délégué central CFE-CGC de HP Entreprise,  boîte qu’on sait particulièrement généreuse quant à la reconversion de ses salariés (départ volontaire avec grosse somme d’argent – plusieurs dizaines voir centaines de milliers d’euros selon les cas –  financement de reconversion et formations diplômantes, possibilité de mobilité volontaire externe sans perte d’emploi chez HP etc.),  est-elle une mission de service publique et/ou d’intérêt général de la Ville de Grenoble?
Demandez donc à l’épouse de M. Vincent Fristot, adjoint à l’urbanisme d’Eric Piolle, qui est elle même une ancienne de HP, qui est partie avec un « package » qui comprenait une reconversion dans la petite enfance – si nos souvenirs sont exacts (si pas exacts, toutes nos excuses par avance).

Nous maintenons que ce mécénat de compétence est illégal parce que remplaçant soit un poste de fonctionnaire, soit un marché public, parce qu’il s’agit de services publics obligatoires, comme nous le posons dès le début.

« Tout dépend des visées de la mission, éclaire Léa Morgant (NDR: directrice juridique de Admical) Si la mission a trait au fonctionnement interne de la collectivité, faisant partie des services obligatoires, cela ne rentre pas dans le cadre du mécénat. »

En clair, si M. Benoist donne des cours d’informatique gratuitement 21 heures par semaine à des jeunes dans les MJC, c’est légal et ce serait même une excellente chose.

Si M. Benoist travaille au sein de l’administration municipale, ce qui est visiblement le cas , alors c’est illégal.

Mme Tavel, l’ajointe au personnel, n’a t-elle pas précisé en conseil municipal : « Il s’agit de s’appuyer sur les compétences d’une personne trois jours par semaine pour travailler sur des propositions de supports, sur de l’animation de réseau interne et sur un appui aux chefs de service » ? M. Benoist travaille donc bien au sein de l’administration municipale. Il s’agit donc bien de services publics obligatoires. Ce mécénat est donc bien illégal.

Changer en cours de route les « missions » de M. Benoist n’y fera rien: c’est  la délibération posant ce mécénat telle qu’elle a été votée qui est illégale.

L’administration d’une collectivité territoriale ne rentre pas dans le champ d’application de l’article 238 bis du Code Général des Impôts.

Guy Benoist n’ayant eu qu’une activité de syndicaliste à plein temps depuis près de 10 ans, en quoi cela apporte t-il de l’eau au moulin des services RH ou informatique de la ville?

Ce que nous savons c’est que Eric Piolle est parti de HP avec un « package » à 6 chiffres négocié à l’amiable et qu’il n’a pas été formellement licencié , contrairement à ce qu’il a dit durant la campagne des municipales de 2014. Le licenciement est une procédure motivée, soumise à contrôle de l’inspection du travail et sujette à recours aux Prud’hommes. Qu’Eric Piolle publie sa lettre de licenciement, et nous lui présenterons incontinent nos excuses les plus plates publiquement par écrit et communiqué de presse.

Vu les éléments apportés par la presse sur cette affaire, ne serait-il pas judicieux que le Préfet déferre la délibération portant sur ce mécénat, ou même que le Procureur de la République ouvre une enquête ou procède à un rappel public à la loi (on pourrait même demander au parquet de Valence de le faire en même temps que l’enquête sur la Fête des tuiles 😀 ) ?

Errare humanun est, perseverare Piollicum?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :