A force de frotter sur les bords de la loi, on finit par devoir scier des barreaux

Juste pour rappel, le contenu de notre plainte qui date de 2015, reformulée au PNF en 2017. Comme ça on ne pourra pas utiliser l’argument d’une justice prétendument politique aux ordres du gouvernement qui « attaquerait ».

Après l’annulation des tarifs de stationnement solidaires, de l’interpellation/votation citoyenne, ça.

C’est malheureux de devoir en arriver là pour que des élus écoutent, d’autant que la critique vise non pas à les mettre à mal mais à leur éviter de commettre de erreurs, des infractions ou des injustices.

Le comportement qui consistent à nier l’évidence pour imposer mordicus sa volonté parce qu’on croit avoir le pouvoir de le faire, est toujours dangereux.  Errare humanum est,  perserverare dialobicum ( L’erreur est humaine, l’entêtement [dans son erreur] est diabolique).

C’est bien l’enquête qui devra établir les responsabilités, et cela ne regarde que la justice, et personne d’autre.

Là, on ne fait plus les fanfarons. Il s’agit de l’honneur et de la liberté de personnes, de justice pénale, pas du Tribunal Administratif.

On laisse faire la justice, en toute sérénité, on ne lynche personne.

On se comporte correctement.

Merci.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :