La croisière s’amuse, mais ça serait mieux sans moustiques…

Bon. Bien. Alors. Comment dire?

Encore une imbécilité totale financée par le l’argent public. Les chauves-souris, ça ne fonctionne pas?

Tous ceux qui ont un peu vécu en Afrique, par exemple dans la régions des grands lacs, savent que ce gens de truc n’a strictement aucun impact. C’est un dispositif de confort, au demeurant très onéreux.

Ce dispositif fonctionne par émission de CO2 (oui, vous avez bien lu) et des leurres olfactifs afin de simuler la respiration humaine. Son efficacité est de 60 mètres en terrain dégagé.  Sans aucun doute intéressant pour une terrasse de restaurant ou un jardin privatif, mais pour une collectivité, nous doutons.

A 990 euros le modèle base pour particulier, auquel il faut rajouter les consommables, on imagine déjà ce que ça coute pour le modèle collectivité.

C’est pourtant simple. A Grenoble, la prolifération des moustiques est principalement due à un défaut d’entretien.

Soit on procède à des opérations de démoustiquage, qu’il faut répéter chaque année, soit on apprend à vivre avec les moustiques en installant par exemple des moustiquaires au fenêtres. Le moustique est l’insecte le plus résistant de la planète puisqu’on en trouve même au delà du cercle polaire.

Le seul moyen de réduire la population de moustiques est d’agir au stade larvaire. Et ça commence par une ville propre, où les pièces d’eau sont traitées et entretenues, où les toits sont drainés etc.

La Ville de Grenoble se prêterait-elle à une opération de marketing de la société Qista, parce que ce produit n’est tout simplement pas adapté à l’usage des collectivités?
Pour équiper la seule pièce d’eau de la caserne de Bonne, il en faudrait au bas mot 25, sans compter les consommables. Imaginez un peu le coût.

Et la Ville veut multiplier les fontaines pour réduire la température…ce qui va multiplier les moustiques.

Non, la chaleur l’été à Grenoble ne vient pas de la densité ni de la construction en hauteur (Manhattan est plus dense, construite plus en hauteur et n’a pas ce problème, parce que l’océan et les deux rivières) mais de l’effet cuvette et de la convection, alors qu’elle est pourtant traversée par deux fleuves! Ça a toujours été comme cela à Grenoble, l’une des villes les plus de chaudes de France, et ce ne sont pas des points d’eau qui vont y changer changer quelque chose.

Si on craint la chaleur, on va habiter à la campagne ou à la montagne, où il fait plus frais.

Allez, tous au Coartem et au DT4!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :