Selmayrgate: ce qui risque de faire très mal…

Nous n’allons pas revenir en détail sur la scandaleuse nomination de Martin Selmayr au poste de Secrétaire Général de la Commission Européenne, le plus haut poste de l’administration européenne.

Vous pouvez lire cet article qui rappelle l’affaire et ses dernier développement ainsi que le papier de Jean Quatremer – celui a qui révélé cette affaire – qui en expose les tenants et les aboutissants.

La nomination de M. Seylmar c’est faite au mépris de toutes les procédures qui sont là pour s’assurer que les fonctionnaires européens en général et en particulier les hauts-fonctionnaires soient apolitiques parce que leur nomination l’est. Avec cette nomination, on se croirait à Paris ou l’Élysée place qui elle veut où elle veut (on l’a vu encore dernièrement avec le poste de Directeur de l’ADEME)

Cette affaire est suffisante pour, après enquête – faire tomber la Commission Européenne qui a menti non seulement à la presse mais également aux Parlementaires Européens.

Le Parement Européen a donc décidé de lancer une information et des députés européens ont saisit l’Ombudsman d’une plainte pour mauvaise administration.

En attendant les résultats de l’information et de l’enquête de l’Ombudsman qui ira très vraisemblablement dans le sens de la mauvaise administration pour les raisons que cite Jean Quatremer dans son article en lien plus haut, l’affaire reste donc sur le terrain politique: Juncker et ses 26 collègues sont très, très mal.

Qui connaît un peu les institutions européennes sait qu’une telle nomination est parfaitement impossible sans le soutien ou l’assentiment d’États Membres.
Une chose est aujourd’hui certaine: ce n’est pas l’Allemagne qui a fait nommer Seylmar.
Certains, malotrus, auraient donc profité du « vide » laissé pendant les 5 mois de négociations pour la formation d’une nouvelle ‘GroKo » en Allemagne pour faire leur petite cuisine? D’autant que Seylmar, outre pousser pour de grasses indemnités de fin de mandat pour les commissaires, veut également mettre un terme à l’indépendance de la Direction Juridique de la Commission: c’est un peu comme si en France on plaçait le Conseil d’État qui est chargé du contrôle de la légalité à priori des lois (et comme juridiction administrative de juger de leur légalité et de la légalité de leur application en cas de contentieux) , sous la coupe du gouvernement qui lui rédige les lois (ce qui sans doute fait rêver à l’Élysée et à Matignon)

Une rumeur persistante à Bruxelles est que la France aurait au pire joué un rôle dans cette nomination parfaitement illégale (Seylmar ne pouvait pas être nommé Secrétaire Général car il n’avait jamais occupé un poste de niveau de secrétaire général adjoint), au mieux aurait donné son assentiment tacite quant à cette nomination obtenue par le truchement de et au terme de ce qui n’est pas une manœuvre mais un magouille (démission surprise de l’ancien Sec Gen et « fausse » seconde candidature – sans plusieurs candidats, le poste ne peut être pourvu et l’appel doit être relancé etc.).

Si jamais l’information du Parlement Européen tendaient à conclure que certains États Membres ont également été à la manœuvre, les Allemands, à juste raison, ne le pardonneraient pas.

Si jamais la France était impliquée dans cette affaire, le retour de bâton sera brutal. A juste raison.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.