La campagne des municipales est lancée: 2 ans de franche rigolade en perspective! Puisque S. Gemmani a présenté son programme et son « équipe »…

Stéphane Gemmani est quelqu’un de sympathique. Mais ça ne suffit pas pour être Maire. Il faut avant tout être compétent. Et là, ça coince. Une équipe ne suffira pas à combler ce vide, d’autant M. Gemmani fait figure de Jean-Pierre Soisson local tant il est passé d’une écurie politique à une autre au grès des circonstances.

Il nous parle « coalition », qu’il faut des gens et de droite et de gauche mais ce que ce n’est pas l’antienne macronienne.  Bref, on y comprend rien.
Coalition on veut bien si nous avions un système électoral sérieux, c’est à dire un système électoral sans prime à la majorité qui une fois l’élection passée, force ceux qui veulent être aux affaires à se coaliser pour arriver à obtenir la majorité des sièges permettant de constituer une majorité permettant d’élire un Maire.
Mais ce n’est pas le cas en France à cause du mode de scrutin proportionnel plurinominal avec prime majoritaire qui fait de notre démocratie une démocratie féodale, et certainement pas une démocratie moderne.

Donc parler de coalition avant l’élection ne rime à rien.

Le programme présenté est une suite d’exhortations, et certainement pas un programme, une simple liste de « thèmes » qu’on croit « vendeurs » pour ratisser à droite comme à gauche…

Nous y reviendrons ultérieurement, ainsi que sur son « équipe ».

L’analyse que fait le Club 20 Denis Bonzy est intéressante mais présente la limite du marcheurs qui prend ses rêves pour des réalités.

(a) Faire exploser LR et le FN est pas la question dans la métro, car plus que la couleur politique c’est l’ancrage local qui importe aux municipales

(b) La victoire d’Olivier Véran n’a rien à voir avec En Marché puisque son ancrage, il le doit au PS et à Geneviève Fioraso. Et la situation a radicalement changée depuis la présidentielle, puisque l’espoir qu’avait suscité Macron s’est dégonflé comme une baudruche et que l’incompétence et le caractère godillot de la majorité présidentielle est aujourd’hui patent pour plus de 2/3 des français, qui utiliseront tous les scrutins comme des votes sanctions, comme ce fut le cas depuis 2002 et la synchronisation présidentielle – législatives.

(c) Localement, personne n’est en mesure de faire éclater le PS et LR. Wishful thinking. Grenoble reste une ville sociologiquement à gauche. Le Grésivaudan reste de centre-droit avec un propension à voter social-libéral.

(d) Quant à la théorie du désalignement, elle est parfaitement fantaisiste. Et en 1983 et en 2014, ce fut le long exercice du pouvoir qui usa, et rien d’autre. L’alternance est normale au bout de 20 ans, elle est « naturelle » et le « parti présidentiel » qui n’en est pas un est dans les choux, tant au niveau national que local.

L’équation telle qu’elle existe aujourd’hui, et vu le niveau lamentable généralisé du personnel politique local, cela se jouera à Grenoble vraisemblablement entre le PS, LR et les Rouges Verts, parce que eux au moins sont organisés et ont de l’expérience, avec un petit avantage pour les rouges verts qui, aux affaires, depuis 6 mois achètent la société civile et ont mis la gomme sur le clientélisme, avantage qui pourrait être rapidement réduit à néant par le rapport d’audit de la CRC.

M. Gemmani dans cette histoire ne pèse pas lourd et ne cherche visiblement qu’à monnayer  les reports de ses voix au second tour.

Et rappelons que l’élection qui compte en 2020 est l’élection métropolitaine, cette institution hautement dysfonctionnelle et antidémocratique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s