Commerce de centre-ville: tous les mois Halloween ou la fête des mères!

Voir cet article de Place Gre’net.

D’après ce que nous avons compris, ce poste est financé par les collectivités, qui ont ainsi trouvé le moyen, croient-elle, de faire baisser la grogne causée par la catastrophe causée par CVCM.

La meilleure preuve étant ces deux responsables commerçants qui disent que CVCM n’a pas eu l’effet catastrophique escompté, ce dont ils n’ont ailleurs aucune idée, les enquêtes flashs de la CCI, si elles ont été réalisées, n’ayant pas été publiées.

Nous nous permettons de douter des assertions du Président de Labelle Ville et du Vice-Président de la CCI,  parce que l’impact de CVCM sur le commerce mettra au bas mot entre 12 et 24 mois à se faire sentir après la fin des travaux et que pour le moment il est difficile de séparer les aspects conjoncturels expliquant la morosité du commerce de centre-ville de l’impact structurel de CVCM, d’autant que rien n’ayant été étudié sérieusement avant le projet, on a aucune « baseline ».

A l’instar de l’augmentation de la pollution causée par CVCM qui a mènera, entre autres, au déferrement et la condamnation de la France, l’impact sur le commerce sera négatif. Une augmentation de 1% de la vacance commerciale en un an, c’est énorme. Cela veut dire que le nombre de faillites excède de l’ordre de 20% le nombre de créations de commerces.

Ce n’est pas pour être méchants, mais vu le profil de la dame qui n’a travaillé que dans le parapublic et pour des collectivités, nous voyons mal comment elle va bien pouvoir appréhender la problématique du commerce de centre-ville qui est vaste et complexe et qui n’est pas communicationnelle…

En clair, le commerce de centre-ville ne souffre pas d’un déficit d’animation, mais de chalands qui pour ne multiples raisons ne viennent plus faire leurs achats en centre-ville à Grenoble (en revanche, ils vont à Chambéry et à Lyon)… Et ce n’est pas organiser un Halloween ou une fête des mères par mois qui y changera quelque chose  car ce n’est ni un problème d’offre ni un problème de demande solvable.

La problématique du commerce de centre-ville est une problématique au fond d’urbanisme au sens large et appliqué à un périmètre beaucoup plus large que le centre-ville, à l’échelle du SCOT. Et là, tout le monde est dans les choux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :