Oh quelle est belle la nouvelle taxe d’habitation! Ah non, excusez nous: le Roy rétablit le droit d’octroi pour les barons locaux!

(Crédit photo; LCI)

Illustration supplémentaire que la politique fiscale d’Emmanuel Macron est l’œuvre de gribouilles, la déclaration de la ministre des transports qui veut faciliter l’implantation de péages urbains.

Il n’y aura pas de nouvel impôt durant ce quinquennat nous dit Bruno Le Maire. Peut-être, même s’il est permis d’en douter sérieusement quant on regarde l’équation budgétaire: on verra de toute manière une augmentation significative des prélèvements obligatoires pour financer les cadeaux fiscaux faits aux plus riches. On voit déjà que les prélèvements obligatoires en 2018 vont augmenter de 4,5 milliards d’euros selon l’INSEE, même si le gouvernement persiste à le nier (nous faisons confiance aux statisticiens de l’INSEE et pas au gouvernement en la matière). En revanche on va multiplier les taxes et surtout les redevances, ce qui est d’une perversité sans nom.

Après la dépénalisation du stationnement qui ne fut que le moyen de faire avaler aux maires la pilule des baisses de dotation en leur faisant miroiter des recettes futures qu’on croit facilement imposables au nom de « la lutte contre le réchauffement climatique »(dépénalisation qui est une absurdité totale et qui va poser un paquets de problèmes juridique, car une redevance, qu’on la paie par avance ou pas, doit être l’exacte contrepartie du service consommé), ne voilà t-il pas qu’on parle de péages urbains.

La voilà, la nouvelle taxe d’habitation. On va créer un paquet de nouvelles redevances en tout genre qui vont consister à faire faire payer deux fois le même service public: une fois au contribuable, une fois au consommateur, pour le plus grand bonheur des grands du secteur, le tout avec des partenariats public-privé qui ne vont engraisser que les mêmes, (Vinci, Eiffage, Q-Park, sociétés d’autoroutes etc.)

Mais la perversité des mesures réside dans le fait qu’elles reviennent, outre à faire payer deux fois pour le même service public, à ne payer que pour le service public – en l’espèce rouler une route déjà financée par l’impôt- qu’on utilise.

C’est exactement la même hypocrisie que le paiement de l’enlèvement des ordures au poids tel qu’imposé dans notre bonne Métro. Sous couvert de meilleure gestion des déchets et d’incitation à des comportements prétendument vertueux – ce qui est un mensonge car ce ne sont pas les ménages qui génèrent les déchets mais les industriels – c’est une affaire de gros sous et une privatisation profondément inégalitaire d’une fonction qui relève d’un devoir collectif et non pas d’une consommation individuelle.

A ce compte là, nous engageons tous nos concitoyens qui n’ont pas d’enfants scolarisés à exiger un dégrèvement d’impôts égal au montant du service public qu’ils ne consomment pas. Rien ne serait en effet plus normal si on suit cette logique. Et nous imaginons la tête des parents qui devraient eux recevoir une facture de l’ordre de 20 000 euros par an et par enfant!

Nous voyons déjà tous les écolo-bobos de service parfaitement ignorants , forbannet idioter som har ikke peiling paa hva de snakker om (débrouillez vous pour la traduction), qui vont nous citer l’exemple l’Oslo en ce qui concerne les péages urbains.

Sauf que tous ces ignares bien-pensants ne savent pas que le péage urbain à Oslo fut mis en place au début des années 90 pour renflouer les caisses de la commune en faillite après une gestion hasardeuse (surendettement délirant)  et l’énorme crise financière qui toucha toute la Scandinavie à la fin des années 80.
Il ne fut jamais question de lutter contre la pollution ou contre le réchauffement climatique, mais de générer des recettes supplémentaires sans augmenter les impôts, donc par le truchement de redevances. Et les péages urbains, même à Oslo, n’ont eu aucun impact sur la pollution. C’est par d’autres mesures de long terme qu’on la fait baisser la pollution.

La procédure en infraction lancée contre la France par la Commission Européenne pour dépassement des seuils de pollution n’est sans doute pas non plus étrangère à cette décision. Afin d’éviter le déferrement et la condamnation par la CJUE (ce qui ouvre la voie à des poursuites civiles contre l’Etat et les collectivités et de très coûteux dommages et intérêts, puisque le juge n’aura qu’à se prononcer sur le montant du préjudice puisqu’une condamnation de la France par la CJUE aura force de loi), on agite des mesures irréfléchies – comme le furent en un temps pas si lointain les absurdes vignettes Crit’Air – afin que la Commission sursoit à déferrer.

Disons le tout net: le principe pollueur-payeur appliqué aux citoyens est profondément inégalitaire et pérennise les fractures sociales, parce que la redevance elle n’est pas progressive, et donc représente proportionnellement un coût plus élevé pour les moins riches que pour ceux qui sont « à l’aise ». Au surplus, cela va accentuer les déséquilibres territoriaux et équivaut à créer des « gated communities » ou des « bulles » urbaines de centre-villes et de banlieues résidentielles peuplées de CSP+ qui seront moins accessibles au reste de la population pour de simples raisons de coût.

Exactement comme ce qui était recherché avec CVCM, parce que c’est plus simple de gérer une ville à la population socialement uniforme que diverse,  ce qui par ailleurs ne fonctionne pas puisque CVCM a eu pour effet immédiat de paupériser le centre-ville et de le rendre moins attractif  puisque le nombre de transactions immobilières y est en chute libre (plus personne ne veut acheter en centre-ville) alors que les taux d’intérêt eux sont au plus bas. Et de faire augmenter la pollution.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :