Un sujet aussi sérieux que le harcèlement continue d’être utilisé cyniquement comme outil de communication politique

Mon dieu! Breaking News!
Dans une institution qui compte plus de 10 000 employés, le plus gros employeur de l’Isère, il y a des cas de harcèlement? Non?

C’est là qu’on voit à quel point on marche sur la tête en France!
Dans toute grosse organisation, à partir du moment où il y a des rapports de pouvoir hiérarchique, à partir du moment où il y a une énorme pression pour des résultats (quel qu’ils soient) il y aura des cas de harcèlement! On découvre la nature humaine, somme toute, là maintenant, d’un seul coup! Et la psychologie des organisations.

C’est pour cela que dans de très nombreuses organisations à l’étranger on été mise en place depuis des lustres des services d’Ombudsman totalement indépendants et neutres par établissement qui peuvent agir rapidement, ont des pouvoirs d’enquête et dont le rôle est justement de traiter ce types de cas, souvent difficile à judiciariser car ayant lieu dans « l’intimité » et sans trace, et se résumant à la parole de l’un contre celle de l’autre et pouvant avoir, si pas traité à temps, des conséquence dévastatrices.

Les deux mots clés là sont « indépendant » et « neutre », ce qui permet à la fois de travailler à la prévention, à la médiation des conflits (un geste ou une parole déplacée peuvent être involontaires ou pas) jusqu’à la répression, qui elle peut aller d’informer les instances disciplinaires jusqu’à la saisine du Parquet!

Ca serait bien que M. Véran, qui lui-même a officié au CHU de Grenoble, arrête de faire sa communication sur un sujet aussi grave. Car ce n’est pas cela qui fera passer la pilule le budget de la sécurité social dont il a été le rapporteur.

Quant à la souffrance du personnel soignant, soyons clairs, elle est essentiellement due comme dans tous les hôpitaux de France, au manque de moyens, qui pèse trop lourdement sur les conditions de travail, qui elles-mêmes ont un impact sur les comportements! Auquel il faut rajouter le mandarinat, qui est loin d’avoir disparu. Auquel il faut rajouter la judiciarisation à tout va de tout et n’importe quoi de la part de trop nombreux patients, y compris des inévitables accidents, qui par définition arrivent sans qu’ils soient voulus ni même soient le résultat d’erreurs médicales.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :