Emilie Chalas nommée à la Délégation aux Collectivités Territoriales et à la Décentralisation

Enfin, à la décentralisation. , on se comprend. Depuis l’élection d’Emmanuel Macron et la suppression de la taxe d’habitation – en fait la suppression de la plus importante ressource propre des communes – c’est de re-centralisation dont il s’agit

Donc Mme Chalas se positionne bien pour la Mairie de Grenoble en 2020.

Nous pensons qu’il n’est pas faux de dire que tout le monde l’attend de pied ferme.

Et en sus, Mme Chalas mène une mission d’information sur l’hydro-électricité.

chalas

Ce à quoi nous avons mesquinement répondu:

Houlà! C’est vrai qu’on a à faire de grands spécialistes!

« Notre département à un longue tradition en la matière ».

Monsieur le sénateur Didier Rambaud, ancien Maire du Grand- Lemps, ancien Conseiller Départemental ,  ancien permanent de la fédération de l’Isère du PS avec M. Chiron, lui-même ancien sénateur,  le tout quand Didier Migaud était premier fédéral , c’est pas une tradition: La houille blanche a été inventée chez nous!!!! Aristide Bergès, ça vous dit pas quelque chose?
Et cela a été aussi fondamental dans le développement industriel et scientifique de la région grenobloise que le fut la papeterie pour son industrialisation tout court… C’est le cœur de l’industrie grenobloise! Mais bon, on ne va pas vous refaire une cours d’histoire industrielle grenobloise.

Il est question de privatiser la gestion des barrages, non? On nous dit que c’est l’Europe qui nous y oblige. Ce que l’Europe exige c’est une mise en concurrence des concessions, ce qui a été inclus dans la loi de transition énergétique.  Il n’y a en revanche aucune obligation de privatiser les moyens de production propres, à l »instar des scandinaves? Donc, s’il n’y a rien à concéder, il n’y a rien à privatiser. Allez hop, on appelle François Brottes et on lui refile tout.

Par ailleurs, c’est tellement peu rentable et compliqué cette affaire que Vattenfall (ce qui signifie « chute d’eau » paa svenska), le géant nordique pourtant très grand spécialiste du secteur hydro-électrique, a renoncé à l’affaire et a plié bagage en 2015.

L’hydro-électricité n’est pas une « filière ». C’est une industrie à part entière! C’est ce que vous diront tous les énergéticiens.

« Il convient de définir une stratégie pour le pays en incluant cette filière qui doit prendre toute sa place dans le mix énergétique ». Parce que ce n’est pas le cas depuis des décennies, peut-être?

On ne va pas revenir sur les conditions de cession de la division énergie d’Alstom à General Electric – avant tout une affaire de turbines. A Grenoble, ce serait indécent.

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :