Ça écrit! Ça écrit! Et puis c’est tout. C’est même pas encore l’auvergnat qui sans façon…

Mon dieu! La circulaire qui donne instruction que l’hébergement inconditionnel ne vaut plus pour les personnes en situation illégale sur le territoire français est « pas humaine »!

M. Gemmani écrit, écrit. Nous aussi, mais nous ne sommes pas élus. Et quand on écrit à un ministre, il y a de l’action assez rapidement.

Essayons de démêler cet écheveau.

Tout d’abord, et même si ça plaît pas aux « associations », il faut distinguer deux cas parce que c’est ce que le droit dit:

  1. Les réfugiés, qui même sans papiers et avant d’avoir déposé leur demande d’asile, bénéficient automatiquement de protection et relèvent du droit international. Le statut de réfugié, avant qu’il soit confirmé par l’OFPRA, est déterminé par le droit international. Un Syrien est un réfugié potentiel. Pas un algérien. Par exemple.
  2. Ceux qui ne peuvent relever du statut de réfugié. Ce que certains appellent les « migrants économiques », ce qui est à la fois réducteur et parfois faux. Dans ce cas, c’est le droit français qui prévaut, et le droit européen en matière de reconduite à la frontière, le fumeux accord de Dublin. Et donc, il est vrai, cela dépend de l’Etat.

Par ailleurs, il faut savoir que même dans les camps de réfugiés et/ou déplacés sur le terrain, le recensement est de mise, et l’hébergement n’est pas inconditionnel. Cela ne l’est jamais. Pour une raison fort simple: la protection des populations qui doivent être protégées, droit que tous n’ont pas.

Dure réalité que celle du droit, car il y a ceux qui l’ont, et ceux qui ne l’ont pas – ce qui ne veut pas dire que les derniers n’ont aucun droit.
M. Gemmani fut un thuriféraire d’Emmanuel Macron durant les présidentielles et les législatives! On l’a même vu au Sunset le soir de la « victoire » dans une vidéo tournée par le Dauphiné Libéré. M. Gemmani se rend compte maintenant de ce que voulait dire Emmanuel Macron quand il a déclaré qu’il ne voulait plus voir personne dormir dans la rue…

Brassen, « quand on est con« . et Dutronc, « je retourne ma veste ».

Allez M. Gemmani, utilisez donc votre indemnité de conseiller régional pour payer un avocat qui attaquera cette circulaire en référé, circulaire qui pourrait  peut-être être illégale! Nous vous regardons.

Il va falloir effectivement de l’humanisme sérieux (pour nous-mêmes et les autres) et surtout aucune indulgence pour que certains élus ne le soient plus jamais – élus.

Ça ronronne trop. Ça utilise trop la réelle misère des autres pour se faire valoir, juste pour dire: « moi j’ai parlé, j’ai « libéré ma parole ». Mais quand il s’agit d’agir, plus personne.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s