Et allez! Encore la légalisation!

Et c’est reparti pour un tour!

Messsieurs Piolle, Sulli et Quieros ne veulent la légalisation que par clientélisme et pour éviter d’exercer les responsabilités que la loi leur impose. Rien de bien nouveau sous le soleil.

La légalisation du cannabis ne changera rien au problème parce qu’elle ne rendra pas le trafic pas rentable, contrairement à ce qui systématiquement avancé. Parce que ce n’est pas le cannabis le problème, mais une activité criminelle organisée! La fin de la prohibition aux USA n’a pas amené la fin de la Cosa Nostra. Pour tordre le cou à la mafia il a fallu attendre la législation RICO et les grands procès des années 80 et 90, résultats d’années d’enquêtes.

Et on ne pourra en aucun cas légaliser avec la fumeuse « Police de la sécurité du quotidien » parce que le code pénal est le même sur le tout le territoire, et il ne saurait en être autrement parce que tous les citoyens français  et tous les résidents en France sont égaux en droit! Il faut le dire comment?

Quant au propos de l’ancien policier, ben oui. Pas de police sans indic’. Pour tordre le cou au crime organisé, il faut du renseignement humain et de l’infiltration. Voir Donnie Brasco!

Et à M. Mana’ch, qui depuis trop longtemps s’érige en seul porte-parole des habitants de la Villeneuve et qui argue que depuis son arrivée en 1983, Grenoble a toujours été une ville mafieuse, nous rétorquons, nous qui avons plusieurs de nos membres qui ont grandi à la Villeneuve bien avant son arrivée, qu’il raconte des bêtises.
Si Grenoble a toujours eu un milieu assez actif, depuis la fin des années 80 il a changé de nature, d’acteurs et de méthodes! Quand un gazier au casier long comme le bras fait deux ans de taule pour trafic de stup’ et recommence dès qu’ils sort, il s’agit de quelqu’un qui a fait un choix de carrière! Et pas d’un problème social. L’immense majorité des habitants des quartiers, y compris ceux qui ont des « problèmes sociaux », ne sont pas des trafiquants de came.

Nous le redisons, il n’y a pas plus organisé comme activité criminelle que le trafic de drogue, qui, par les sommes faramineuses qu’il brasse, va de paire avec la criminalité économique et financière.

Nous avons donc en France les problèmes suivants:

Au niveau national:

  • Un problème de politique étrangère car on connait les pays producteurs et les bénéficiaires du trafic de drogue.
  • Un problème de moyens judiciaires parce qu’on ne les met pas pour régler le problème, en particulier dans ses aspects financier, y compris au niveau européen
  • Un gros problème d’État de droit de manière générale, et qui ne concerne pas que les trafics.

Au niveau local:

  • Des élus clientélistes qui passent leur temps à acheter des votes au motif de garantir la paix « civile » tout en refusant d’exercer les responsabilités que leur impose la loi . La paix « civile », peu contraignante pour les individus, s’impose à l’infime minorité qui la refuse. Elle ne s’achète pas.

Allez, on vous remet notre vidéo, dont nous n’avons toujours pas corrigé les fautes d’orthographe.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :