La désertification médicale se poursuit. Mais Sylvestre, rapporteur du budget de la sécurité sociale, préfère préserver les « petits » intérêts de sa corporation.

Suite aux recommandations de la Cour des Comptes de moduler le conventionnement des médecins en fonction de leur lieu d’établissement, et suite à un post de Philippe Frémaux à ce sujet et à un échange avec Dominique Voynet, il nous semble intéressant de reproduire tout cela.

Le post initial de Philippe Frémaux:

« Alors que les inégalités territoriales se creusent en matière d’accès aux soins, la Cour des Comptes vient d’inviter le gouvernement à limiter la liberté d’installation des médecins ou plutôt de moduler le conventionnement selon le niveau de satisfaction des besoins de santé des territoires. Mais la ministre comme le rapporteur du budget de la sécurité sociale à l’assemblée nationale y sont hostiles alors que c’est tout de même la collectivité qui rémunère les medecins via l’assurance maladie. Comme quoi certaines rentes bénéficient d’une plus grande bienveillance que d’autres dans la macronie. Bon, LRM marche dans les pas de Marisol Touraine sur ce dossier. Mais c’est précisément sur ce type de sujets qu’ on attendait un peu de courage politique face aux lobbys corporatistes. Désolant. »

A quoi Mme Dominique Voynet, médecin de formation et aujourd’hui Inspectrice Générale des Affaires Sociales, a répondu:

« Personne ne remet en cause le fait que les enseignants soient nommés là où sont les élèves… Sans aller jusque là – les médecins ne sont pas fonctionnaires – on doit pouvoir organiser mieux l’installation des professionnels de santé ! »

A quoi nous avons fait remarqué que:

Demander à Mme Angès Buzyn , M. Olivier « Sylvestre » Véran et. al. de concevoir que la médecine libérale conventionnée est en fait une délégation de service public, c’est la même chose que de demander à un écolo (français) d’accepter la réalité scientifique quand elle va contre son dogme.

De même que faire comprendre aux médecins que le fait que leurs études ont été payées par la société – s’ils devaient le faire eux-mêmes comme aux USA , on parlerait au bas mot de 200 000 euros par caducée – permet d’exiger un certain nombre de choses pendant un certain temps.

Pourquoi par exemple ne pas limiter pendant un durée raisonnable – 5 ans par exemple – la d’établissement, en l’assortissant d’une garantie de niveau de revenu, correspondant à la péréquation/continuité territoriale et aux besoins?

Le dispositif de modulation du conventionnement recommandé par la Cour des Comptes existe déjà pour les kinés, entre autres.

Alors pourquoi ne pas l’appliquer aux médecins?

Le problème réel pointé par les syndicats d’ailleurs n’est pas celui-là, mais la démographie de la profession de médecin généraliste telle qu’elle est aujourd’hui. Et ça, c’est un vrai problème structurel, qui va aller en s’aggravant.

Avec des politiques aussi courageux et fulgurants que les nôtres, on est pas près de le régler, ce problème.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :