Guerre civile?

Voilà ce que Gilles Kepel en disait en 2015. Ce n’est pas parole d’évangile mais son analyse est intéressante, surtout en ce qui concerne la cécité et l’inaptitude de notre classe politique qui verse soit dans le clientélisme confessionnel comme le font Macron, la France Insoumise et une partie de la gauche, soit jouent sur la peur de l’autre comme le font le FN et une partie de la droite. Et tous vont faire des courbettes devant celles qui sont à l’origine du problème, les monarchie du golf,  pour le pognon. C’est dire si la corruption morale en France atteint des sommets.
Non, l’Islam en tant que religion ne nous fait aucunement la guerre. Certains musulmans, une minorité oui. Ce n’est pas la même chose.

Faisons un simple calcul.

On estime à env. 6 millions le nombre nos concitoyens de confession musulmane, et encore, la définition de ce qu’est d’être musulman n’est pas très claire.

Parmi ces 6 millions, on estime à environ 3 à 4 millions de nos concitoyens qui pratiquent régulièrement leur religion, ce qui est leur liberté la plus absolue et ne saurait être remis en cause.

Parmi ces 3 à 4 millions, on estime qu’il y a entre 500 000 et 800 000 personnes qu’on peut considérer comme des fondamentalistes, c’est à dire des tenants de l’Islam politique, qu’ils soient salafistes, frères musulmans etc. L’islam politique a pour seul programme l’imposition de la loi islamique. Et l’islam politique n’est pas la religion musulmane: salafisme, frérisme etc. ne comptent pas au nombre des 4 Madhhadi de l’Islam sunnite, les seules possibles. Ce ne sont même pas encore des sectes. Ce sont des partis politiques, aussi dangereux et problématiques que l’extrême droite.

Ce sont ces 500 000 à 600 000 personnes qui pourrissent la vie de tout le monde, à commencer par celle de nos concitoyens musulmans, parce qu’ils sont à la fois très organisés et bien financés (et nous savons par qui).

Si pour préserver la concorde nationale et nous assurer que l’immense majorité de nos concitoyens musulmans, qui sont très hostiles à cette minorité fondamentaliste, puisse continuer à pratiquer leur religion dans la quiétude comme ils le font déjà, « cadrer » les fondamentalistes, du moment que c’est fait dans le respect de l’état de droit, non seulement ne pose pas problème mais est au surplus une nécessité.

L’exclusion est un processus de défense légitime du groupe, comme nous l’avons écrit dans ce billet.

Et il va également falloir réviser d’urgence certaines postures de politique étrangère, non seulement vis-à-vis des monarchie du golf, mais également vis-vis des 3 pays du Maghreb et de la Turquie, qui utilisent le communautarisme confessionnel comme un levier permettant d’agir sur la politique intérieure, jusqu’au niveau local, de la France.

Si rien n’est fait, nous posons effectivement les prodromes d’une guerre civile.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :