Madame la Ministre de la Justice, vous n’êtes toujours pas la Garde des Sots

Nous vous l’avons déjà dit une fois, nous vous le répétons.
Nous avions déjà sollicité de votre haute bienveillance votre intervention dans le déferlement hystérique de #balancetonporc, parce que certains des principes fondamentaux de l’état de droit et de notre justice ont été mis à mal.

Nous vous redemandons de vous exprimer publiquement, de siffler la fin de la récréation, de rappeler tout le monde à l’ordre en tapant du poing sur la table si besoin est, dans le cadre du verdict rendu par la cour d’assises spéciale concernant le frère de Mohammed Merah.

Maître Regis de Castenau a écrit un article qui résume bien mieux que nous ne saurions le faire ce qui est en jeu.

Morceaux choisis:

« Il faut marteler encore et encore que la justice d’un pays civilisé n’est pas là pour organiser des catharsis, « reconnaître » comme victime, permettre de faire le deuil, ou de se reconstruire. Elle n’est pas là non plus pour mener une guerre contre une religion ou une idéologie, pour réprimer la liberté de penser en fouillant dans les crânes, et accompagner l’opinion publique dans ses emportements. La justice pénale exerce, au nom de l’État, la violence légitime contre les individus qui ont transgressé gravement la règle commune. »

« Quels étaient les outils dont ils devaient user, au-delà de leur conscience, pour accomplir leur mission. En respectant les principes de la charge de la preuve et du bénéfice du doute pour l’accusé, ils devaient construire une « vérité judiciaire » pour servir de base à leur décision. L’ordonnance de mise en accusation d’Abdelkader Merah leur disait que celui-ci pourrait être coupable de complicité avec son frère dans l’accomplissement de ses tueries. C’était à eux de l’apprécier après avoir pris connaissance de l’entier dossier, que ce soit par sa lecture ou le déroulement des audiences, entendu le parquet dire oui et la défense non. »

Il serait bon que vous rappeliez avec toute la fermeté possible:

  1. votre soutien à l’institution judiciaire qu’on rend responsable de ce qu’elle n’a pas fait et alors qu’elle a très bien fait son travail;
  2. la manière dont fonctionne notre justice et quels en sont les principes fondamentaux (présomption d’innocence, procédure contradictoire, procès loyal et équitable etc.)

Car votre rôle de Garde des Sceaux est avant tout celui là: préserver les principes fondamentaux de notre justice et les institutions qui la servent, en ayant le courage politique de remettre à leur place, sèchement si besoin est, ceux qui pensent pouvoir s’y attaquer.

Nous verrons ainsi que vous ne faîtes pas montre de la même incurie généralisée de l’ensemble de la classe politique et de la majeure partie du gouvernement dont vous fait partie et de sa majorité parlementaire.

Merci.*

Et si vous « découvrez », Madame la Ministre, comme vous l’avez dit, ben fallait pas être ministre d’état, mais laissez nous vous aider.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :