Yo! Emmanuel , Edouard, Bruno, Gérald, et les autres! Un entrepreneur de la Silicon Valley qui a réussi, ça devrait vous intéresser, non? Lisez le qui explique pourquoi votre budget 2018 est un contresens de politique économique.

Marcus Ryu, Founder & CEO (comme on dit en marcheur) de Guidewire Software, une petite start-up qui vaut plus de 5 milliards de dollars à la NYSE, vous explique pourquoi les baisses d’impôt pour les plus riches et les entreprises ne fonctionnent pas, pourquoi c’est un contresens de politique économique.

Marcus Ryu parle des USA bien sûr, mais puisque dans les faits vous menez la même politique économique que Trump, que les mêmes prémisses, les mêmes préjugés et les mêmes dogmes y président, c’est parfaitement transférable à la France. Et puis ça vient d’un entrepreneur américain de la Silicon Valley qui a réussi, c’est donc parole d’évangile, non?

Morceaux choisis:

« Les baisses d’impôts récemment avancées par le Président Trump sont justifiées par un argument central: réduire les impôts sur les entreprises et les plus riches va inciter de nombreuses personne à créer leur entreprise, va booster l’investissement, va mettre le turbo sur la création d’emploi et l’économie. Si c’était vrai, la plupart des gens accepteraient de donner beaucoup aux riches, comme M. Trump l’avance, en échange d’une plus grande prospérité pour tous. Mais c’est faux. (…)

(…) Bill Gates, Steve Jobs et Jeff Bezos ont tous créé leur entreprise dans des régimes d’imposition beaucoup plus lourds. Et cela est cohérent avec la recherche empirique; les économistes Robert Moffitt et Mark Wilhem, par exemple, ont démontré que les importantes baisses d’impôts de 1986 n’avaient en aucun cas incité les gens les mieux payés à travailler plus mais avait bien contribué à les enrichir bien plus vite que le reste de la population (…)

L’argument de la création d’emploi est tout aussi spécieux. Comme Warren Buffet (NDR: l’investisseur le plus légendaire de notre époque) le note: « il me reste encore à voir quelqu’un refuser un bon investissement en raison de l’imposition des gains potentiels« . Mon équipe et moi sommes intensément motivés à faire croître notre entreprise, et baisser le taux d’imposition ne va pas nous faire créer de l’emploi plus vite. (…)

Ce à quoi une baisse d’impôt conduira, c’est à l’augmentation du bénéfice net (après impôts) de notre entreprise, ce qui est dans les faits un transfert financier de l’État vers nos actionnaires. Cela pourrait induire une hausse unique et passagère du cours de notre action, ce qui n’aura strictement aucun impact sur nos opérations et notre plan d’embauche. (…)

Je suis un entrepreneur et un homme d’affaires, mais je suis également un citoyen. Je pense que des baisses d’impôts vont encore accroître des inégalités sévères tant en matière de revenus que de patrimoine et que cela n’est dans l’intérêt d’aucun citoyens, y compris les plus riches. Les inégalités trop importantes détruisent notre société civile, empoissonnent le débat politique et obèrent notre efficacité en tant que nation. C’est certes une problématique difficile à résoudre, mais quand on est déjà au fond du trou, la première des choses à faire est d’arrêter de creuser »

 

(Booya bitches!)
Et pendant ce temps là, nous on a Jupiter qui reste persuadé que les inégalités hurlantes sont une bonne chose et que les plus démunis en sont seuls responsables…

Nous vous rappellons ce que nous écrivions dans ce post (presque prémonitoire):

« Quand Emmanuel Macron parle de liberté sans jamais parler d’égalité, il ne propose qu’une seule forme de liberté, qui ne bénéficiera quoiqu’il en dise qu’aux 16% de français titulaires d’un diplôme Bac +5 – et encore pas tous, car il faut le filet de sécurité qui fait à la fois qu’on vous autorise à prendre des risques et que vous avez les moyens de les prendre. La « Liberté » n’est pas uniforme. Ce qu’entend Emmanuel Macron par liberté c’est renoncer à encadrer certains aspect de la vie en société, de laisser libre cours aux instincts de ceux qui en ont les moyens parce que réputés comme étant capables d’être socialement plus performants que les autres. (…)

Entre faire sauter les fourches caudines et autres barrières à l’entrée verrouillant la société française et laisser faire ceux qui disposent déjà d’un capital – social, éducatif, culturel, familial, financier – parce qu’on croit qu’ils seraient en quelque sorte prédestinés à diriger ou à mener – il y a un univers. Ce saut quantique présente des risques considérables de finir en big bang, en trou noir. »

Vous cherchez toujours une explication à la métaphore du « premier de cordée »:? Ne cherchez plus (manants!), nous venons de vous la donner.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :