Trop peu de droit. Trop de politique

Toujours dans l’affaire Dieudonné, ce même groupe d’étudiants en Master a écrit une nouvelle tribune suite à la vidéo de Dieudonné.

Nous avions déjà commenté la première en regrettant sa conclusion en forme de procès politique larvé du Maire de Grenoble, alors que l’exposé juridique lui était limpide et excellent.

Première remarque qui vaut pour les deux tribunes: le manque de travail d’acquisition de l’information. Ce qui ressort de ces deux tribunes c’est qu’on a pas pris la peine de se renseigner sur les procédures engagées par Dieudonné: référé liberté, référé suspension avec requête au fond etc.?  Il suffit pourtant d’appeler le Greffe du Tribunal Administratif pour avoir la réponse. On ne connaît pas la

Par conséquent, si les raisonnement juridiques présentés sont valides, ils ne sauraient constituer une étude de cas puisque la nature du ou des recours engagés est inconnue, à part le référé qui a été rejeté au motif d’absence d’urgence, et qu’on ne connait pas non plus la tactique procédurière choisie.. On se situe donc dans la spéculation.

Dans cette seconde tribune, la conclusion est une fois encore politique.

  1. Faire de la parallèle entre l’arrêt interdisant le spectacle de Dieudonné et l’incendie de la gendarmerie est abscons. Ne serait-ce que parce que Eric Piolle a pris son arrêté antérieurement à cet incendie, incendie qui pour le moment n’est pas imputé à Dieudonné puisque la piste privilégiée par les enquêteurs est celle d’un groupuscule anarcho-libertaire ayant publié une revendication sur Indymedia. Quel rapport entre un spectacle se déroulant dans une salle close avec un service de sécurité et un acte criminel proto-terroriste? Notons que déjà la première tribune se terminait avec un long couplet sur la violence politique de gauche, et par une interrogation sur la volonté du Maire de Grenoble d’exercer ses pouvoirs de police administrative dès qu’il s’agirait de mouvements de son bord politique – ce qui est un procédé qui n’est pas acceptable, même si Eric Piolle est critiquable à bien des égards.
  2. Spéculer sur le fait que Dieudonné utiliserait l’interdiction et ses procédures pour faire du marketing relève du procès d’intention, car personne ne dispose d’éléments le démontrant, puisqu’on ne connaît pas sa tactique En revanche, Dieudonné utilise clairement l’interdiction et le rejet de son référé pour affirmer que la justice est pourrie, qu’il est persécuté etc. Est-ce étonnant? On pourrait d’ailleurs retourner le compliment à ce groupe d’étudiants et à leur professeur.

On veut faire de la politique? Faisons -en!

  • Si le spectacle de Dieudonné n’avait pas été interdit, il n’aurait pas bénéficié de cette tribune (et ces étudiants et leur professeur non plus)
  • L’interdiction aux motifs de trouble à l’ordre public et des « valeurs » grenobloise est non seulement spécieuse, mais contre-productive.
    • La République Française n’a pas de « valeurs » mais des principes, consignés dans notre constitution, la Déclaration des Droits de l’Homme, nos lois et les textes qui leurs sont supérieurs – les traités, conventions et jurisprudences européens et internationaux. C’est justement parce que ces principes ont portée universelle qu’ils permettent la coexistence de « valeurs » différentes dans notre société. Cela s’appelle le pluralisme.
    • La justice juge de faits au nom du droit, pas au nom d’opinions
    • La loi n’interdit ni les idées les plus nobles ni les idées les plus abjectes, parce que c’est une impossibilité. Ce que la loi réprime, ce sont les actes ou les paroles racistes, antisémites etc.

Dieudonné, ça fait longtemps qu’on l’a perdu. Ça fait longtemps qu’il ne nous fait plus rire, et c’est dommage, car il était sans doute le meilleur de sa génération.

Si Eric Piolle avait conservé son calme et n’avait pas cédé aux pressions qui le sommaient d’interdire ce spectacle parce que rien dans la loi ne l’autorisait à le faire à ce stade – l’affaire n’a pas été jugée au fond et au fond l’arrêté sera sans doute annulé comme les précédent le furent à Grenoble – nous n’en serions pas là.

Le procédé qui consiste à supprimer la parole de quelqu’un au motif qu’elle déplaît, qu’elle est dérangeante voire inquiétante (définition de la liberté d’expression de la CEDH) par le stratagème du trouble à l’ordre public est délétère et nocif: cela renforce Dieudonné et cela affaiblit la justice qui paraît comme inféodée au pouvoir, non pas parce qu’elle l’est (ce n’est pas le cas), mais parce qu’on la saisit sur des mauvais motifs ce qui , qu’elle accède ou pas à ces motifs, sème la confusion dans les esprits et pousse le débat à se dérouler sur de mauvais prémices, dans la mauvaise arène. Que l’arrêté d’interdiction soit annulé ou pas, Dieudonné a de toute manière déjà gagné, puisqu’on lui a offert une superbe tribune. Et ensuite on vient lui reprocher de faire du « marketing »?

Nous rappelons que la diabolisation du FN a mené à ce fait que personne ne peut nier: 34% au second tour des dernières présidentielles.

Avancer que ne pas interdire Dieudonné banalise l’antisémitisme est une argutie: il suffit d’assister aux spectacles et de porter plainte à tout dérapage, sur la base de faits, et de le faire condamner chaque fois que c’est nécessaire. L’antisémitisme n’a malheureusement pas besoin de Dieudonné pour rester vivace, et ce n’est pas comme cela qu’on convaincra ceux qui ont de la merde dans la tête qu’ils en ont, qu’ils se trompent, qu’il doivent changer et que nous sommes prêt à les y aider s’ils veulent changer.

Notre constat est la suivant: il n’augure pas bien de voir des étudiants en droit, futurs juristes, officiers ministériels ou auxiliaires de justice, capables par ailleurs de raisonnements au taquet, porter des conclusions politiques et  sublimer l’opinion comme principe.
Par deux fois. En questionnant la première fois les intentions du Maire de Grenoble quant à l’exercice de la police administrative, la deuxième en mettant en parallèle deux affaires qui ne sont en rien connexes.

La justice juge de faits au nom du droit, pas au nom d’opinions.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :