Pourquoi les deux tribunes des étudiants en Master de droit et de leur professeur nous dérangent aux entournures.

Pour mémoire:

Première Tribune

Notre réponse

Deuxième Tribune

Notre réponse

Le travail d’analyse juridique fait pas ces étudiants est excellent. Nous le répétons.

En revanche, ce qui nous dérange c’est ce bon travail d’analyse juridique conduit à des conclusion Politiques, –  Politiques avec un grand « P ».

Première tribune : 

  • Déjà le titre est putaclick « Piolle vs Dieudonné; qui va gagnera la guerre »? Quelle guerre? De quoi parlez vous?
  • On lit en conclusion à propos de Nuit Debout qui n’a strictement rien à  voir avec Dieudonné:

    « Or, aucun arrêté les limitant n’est pris à leur encontre et Eric Piolle n’a de cesse à ces occasions de renvoyer le préfet à ses responsabilités. La mairie n’est-elle pas prisonnière d’activistes par peur de violences trop graves ? L’application de la police administrative est-elle à géométrie variable ? »

    Si là on est pas dans la politique, alors nous ne savons ce qu’est la politique, qu’on nous explique, vite, car cela fait des années que nous nous fourvoyons.

Deuxième tribune

  • Titre plus mesuré : « Décision du Tribunal Administratif; pourquoi Dieudonné vous ment »
  • On lit en conclusion:
    « Est-il alors possible que Dieudonné ait utilisé volontairement la mauvaise procédure, sachant que son recours serait rejeté et qu’il pourrait ensuite s’en servir, dans une vidéo, pour faire le buzz et ainsi gonfler les ventes de ses places de spectacle et autres produits dérivés ? » 

    Si là on est pas dans la politique, alors nous ne savons ce qu’est la politique, qu’on nous explique, vite, car cela fait des années que nous nous fourvoyons.

Ce qui pose problème est que cela est présenté comme une analyses de juristes en herbe coahcés par leur professeur, comme une analyse jurique, alors qu’il s’agit d’une analyse politique fondée sur une analyse juridique.
Très différent.

Et nous maintenons la conclusion de  notre deuxième réponse à la deuxième tribune, car le fin légiste, quelque soit son office,  toujours de discernement doit faire preuve:

Il n’augure pas bien de voir des étudiants en droit, futurs juristes, officiers ministériels ou auxiliaires de justice, capables par ailleurs de raisonnements au taquet, porter des conclusions politiques et  sublimer l’opinion comme principe.
Par deux fois. En questionnant la première fois les intentions du Maire de Grenoble quant à l’exercice de la police administrative, la deuxième en mettant en parallèle des affaires qui ne sont en rien connexes.

La justice juge de faits au nom du droit, pas au nom d’opinions.

 

Quod Est Demonstrandum.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :