Europe et sécurité: quand Macron réinvente la roue…(Ze suis le Zef cont’d)

Emmanuel Macron souhaite une force d’intervention européenne à l’horizon 2020.

Sauf que ça existe déjà, depuis un bail.

  • Il y a brigade Franco-Allemande, crée en 1989, forte de 5 000 femmes et hommes, placée sous le commandement du Corps Européen de Strasbourg , qui est la Force de Réaction Rapide de l’Union Européenne, donc une force d’intervention. Pour mémoire, l’opération Serval au Mali s’était +/- 4 000 personnels. Pourquoi ne voit-on jamais la brigade franco-allemande en OPEX?
  • Il y a EuroGenFor, la Force de Gendarmerie Européenne crée en 2004 à l’initiative de la France mais qui n’est pas une institution européenne à proprement parler mais de coopération entre les 7 États Membres de l’Union Européenne qui disposent de force de police à statut militaire. Elle compte 3 000 hommes qui peuvent être mis à disposition de l’UE, de l’OSCE et de l’ONU pour des mission extérieures.
  • Il y a les missions CSDP déployées un peu de partout.
  • Quant aux échanges de personnel militaires, ils sont monnaie courante depuis la création de l’OTAN…

C’est là où on se rend compte à quel point Macron est hors-sol.

En partant du constat qui est celui que la France supporte seule la majeure partie des OPEX pour le compte de l’UE et en particulier celles qui visent à lutter contre le terrorisme, pour pouvoir sabrer dans le budget de la défense et en particulier le budget interministériel finançant ces OPEX, Macron veut une force d’intervention financée par l’Europe.

il existe aujourd’hui que deux pays dans la sphère occidentale qui ont des capacité de projection de force (d’intervention) à long terme sur des théâtres extérieurs: les USA et la France. Donc Macron veut dans les faits que l’UE paie les OPEX de la France. Ce qui est bien naturellement inacceptable pour les autres Etats Membres.

C’est parfaitement  imbécile au demeurant, parce que (a) une unité d’intervention multinationale ex nihilo, ça met des années à être opérationnel (ceux qui ont vu les missions de maintien de la paix de l’ONU, de l’OSCE etc. connaissent la musique) , (b) sous quel commandement? Celui du Président  de l’Union Européenne? L’EU n’a pas vocation à disposer d’une armée et pour cela il faudrait au bas mot une très grosse modification des traités, donc l’unanimité.

Par conséquent, une force d’intervention européenne ne résoudra pas le problème  avant des lustres – elle en créera sans doute plus qu’elle n’en résoudra au bas mot pendant une bonne dizaine d’années.

Tout ça pour ne pas aller attraper Merkel et nos autres partenaires européens et exiger que le coûts des opérations extérieures soit sorti des fameux 3% de déficit budgétaire! Cela aurait en plus l’avantage d’inciter nos partenaires européens à participer aux OPEX et contribuerait à poser les bases opérationnelles d’une défense européenne, aucun État Membre n’allant renoncer à sa souveraineté en la matière (ce qui n’est en plus pas souhaitable).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s