Une FAQ pour expliquer le code du travail. Quelle innovation! En marche vers la fin de l’état de droit en matière de travail?

Mounir Majhoubi, le secrétaire d’état au numérique, en plein délire: « Aujourd’hui, quand vous prenez le code du travail dans les versions imprimées, quand vous allez sur Légifrance, vous ne pouvez pas naviguer sur ce code du travail« .

Rien n’est plus faux, la preuve.

Si vouloir faire preuve de pédagogie est toujours louable, en revanche l’intention qui préside à ce délire l’est beaucoup moins.

  • On voit là la détestation viscérale des corps intermédiaires – les syndicats, les associations spécialisées etc.  –  et de l’inspection du travail de ces gens là, puisqu’ils veulent faire croire aux français qu’avec un « objet numérique » , ils seront capables de comprendre le code du travail, voit de se défendre eux -mêmes parce que la réponse données « correspondra à leur cas ».  Rien n’est plus faux. Les gens auront toujours besoin d’un avocat en cas de conflit.
  • En voulant expliquer le code du travail et en affirmant que « les réponses fournies en ligne sur ce site seront valables  face à l’administration », on essaie ni plus ni moins que de faire la peau du juge prud’homal. C’est une argutie sans nom car (a) les informations contenues sur ce site peuvent être erronée, (b) chaque cas est particulier et (c) en cas de différent ou de litige, les informations contenues sur ce site ne seront en aucun cas opposables à l’administration, puisque ce sera un Juge qui décidera in fine.
  • Un certain nombre de patrons vont croire que ce seul site suffit pour décider en faisant l’économie des conseils de professionnels –  les avocats et/ou les juristes spécialisés –  ce qui va avoir pour effet d’augmenter l’insécurité juridique des employés et multiplier les contentieux.
  • Ce n’est pas à ‘objet numérique » de dire le droit, mais au Juge!

Ce que nous voyons là est une tentative inadmissible de passer à l’as l’inspection du travail dont le rôle est également de conseiller employeurs comme employés et de réduire autant que faire ce peut le rôle des tribunaux prud’homaux.

Il commence à en avoir assez de ces crétins qui croient qu’avec une application on peut tout faire, tout solutionner. Le droit et la justice n’ont rien de virtuel. Mais alors rien du tout.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :