M. le Procureur de la République, auriez-vous reçu instruction de la Chancellerie de tuer le débat que vous avez lancé avec courage?

Cher M. le Procureur de la République,

Dans une interview qui a fait grand bruit publiée dans le Dauphiné Libéré, vous sortiez de votre réserve. Fait rarissime pour un magistrat de votre rang. Donc nous, nous écoutons.

Cela veut peut-être dire que vous êtes sur le départ de notre bon arrondissement judiciaire. Nous vous aimons bien mais nous regrettons la répugnance de votre parquet à se saisir d’affaires politico-financières pourtant amenées toutes ficelées, qui sont aussi nocives pour la société que le trafic de chichon – et quand on les additionne au niveau national, elles chiffrent à beaucoup plus que le produit du trafic de cannabis _ autant d’argent qui n’est pas utilisé pour, par exemple, faire de la prévention, de l’éducation.

Mais à 60 ans, vous n’avez pas encore atteint la limite d’âge, et connaissant les hauts magistrats et leur réelle passion pour leur métier, il vous reste encore quelques années, que vous n’allez pas passer à l’as.

Il y a une semaine, vous décriviez Grenoble comme gangrénée par le trafic de drogue, de manière aussi réaliste que courageuse. Vous disiez également que le tout répressif n’était pas efficace. Nul ne le nie. Depuis des lustres. Ne sont réprimés que les délits constatés, donc la grande majorité des délits ne sont pas réprimés. Logique. Normal. Et sans prévention, sans action sociale, rien se ne règle.
La journaliste du Monde, « envoyée spéciale », Louise Couvelaire, rapporte que vous êtes en faveur de la légalisation du cannabis. Le chapô de l’article est éloquent:  »

« Le procureur de la République et le maire (EELV) Eric Piolle veulent relancer le débat sur la légalisation du cannabis. »

  • Sauf votre respect, M. le Procureur, depuis quand avez vous pouvoir de relancer quelque débat que ce soit? Vôtre rôle est de poursuivre selon la loi au nom de l’État. Cela est surprenant. Et cela ne vous ressemble pas. Vous avez décrit une situation. Vous n’avez lancé aucun débat.
  • Dans votre interview au DL, vous ne laissez à aucun moment entendre que la légalisation serait la solution au problème de criminalité liée au trafic de drogue. Dire que vous avez raison serait vous injurier. La fin de la prohibition aux USA n’a marqué pas la déplétion de la Cosa Nostra – bien au contraire.
  • Dans cette interview au DL , vous vous plaignez à juste titre du manque de dépôt de plainte, sans lesquels vous ne pouvez pas agir, le « flag » étant l’exception vu l’échelle du trafic en question.
  • Quand une journaliste qui ne connait pas la ville écrit: « Car, en sous-texte (NDR: quel sous-texte? Cette journaliste se rend t-elle compte de ce qu’elle écrit ou bien est-elle en service commandé?) , les déclarations du premier servent un seul objectif, partagé par le second : relancer le débat sur la légalisation du cannabis. « Mes propos ne visent absolument pas la gestion de la mairie, confirme le procureur. Je dis que toutes les politiques répressives ont échoué depuis trente ans. J’ai passé ma vie à appliquer une politique qui ne fonctionne pas ! » est-ce bien là le fond de votre pensée? Car vous avez critiqué en filigrane et à juste raison la gestion du Maire, qui est calamiteuse en matière de sécurité et d’ordre public (et s’il n’y avait que cela). Vous le savez, vos confrères de la Cour des Comptes le savent, vos substituts le savent, les juges du sièges le savent, les fonctionnaires de police, quand ils ne sont pas mobilisés pour protéger les conseils municipaux , sont payés  pour le savoir, au quotidien. Et les grenoblois le savent.
  • Dire que le tout répressif ne fonctionne pas ne signifie pas que ne plus réprimer ce qui doit l’être est la solution. Vous connaissez mieux que nous le phénomène mafieux qui préside en fond au trafic de drogue. Nous n’imaginons pas un seul instant qu’un  magistrat ou juge du  siège puisse penser et exprimer cela, car ce serait nier la notion même de justice pénale. La Justice n’est ni aveugle, ni sourde, ni imbécile. On a pu le voir récemment dans une affaire de caution payée en liquide – superbe manœuvre judiciaire.

Connaissant les « réseaux » du Maire de Grenoble (il n’est pas si puissant que ça mais il a son petit pouvoir de nuisance –  et si on rajoute des députés incompétents qui ne pensent qu’à leur image et qui ont reçu instruction de ‘l’écraser » comme dit dans le métier, et enfin un gouvernement qui est terrorisé à l’idée que ça pète, d’autant que et le PR et la majorité ont été élus en usant d’un communautarisme sans vergogne – c’est notre opinion – on obtient un belle machine à « écraser »)  pouvez-vous nous dire droit dans les yeux que la Chancellerie n’est pas intervenue une semaine après vos courageux propos et ne vous a pas fait payer par l’article du monde votre franchise (vous y passez pour, sauf votre respect, le crétin que vous n’êtes pas), tout comme on a fait payer au Chef d’Etat Major la sienne devant une commission parlementaire le 22 juin?

Nous n’allons pas revenir sur l’impératif de l’indépendance du Parquet dans toute vraie démocratie, séparation des pouvoirs oblige. En France, ce n’est pas encore le cas car le Prince se plait trop à définir l’exception, ce qui, quand le Prince ne sait pas se tenir,  fait de la France une République bananière.

Puisqu’on ne porte pas assez plainte,  M. le Procureur, nous allons contribuer à amorcer la  pompe en en déposant une rafale, certaines avec constitution de partie civile –  certains d’entre nous au GAM sont membres d’Anticor – dans des dossiers politico-financiers,  plaintes qui, nous n’en doutons pas,  retiendrons toute votre attention et déclencheront les enquêtes judiciaires que vous jugerez idoines.

Pour faire bonne mesure et parce que c’est notre droit (et que c’est drôle) , nous allons également interpeller Mme la Garde des Sceaux dans cette affaire, car si elle est intervenue, – si quiconque est intervenu – c’est en contravention à la loi. Et puis il s’agit de savoir si la légalisation du cannabis est au programme législatif du quinquennat et du gouvernement – c’est un sujet important qu’il ne faut pas traiter à la légère, qui exige un large débat débouchant sur un consensus au moins aussi large.

Merci de votre franchise, Cher Monsieur le Procureur. Et, citoyens, nous nous excusons: la parole de gens qui savent est comme toujours passée à pertes et profits, pour de sombres expédients politiques, au bénéfice de ceux qui ne font rien.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :