A480 et Rondeau: les écologistes grenoblois reprennent leur sempiternel chantage.

On a fait parvenir au GAM la délibération n°1-2076 présentée en Commission Ville Durable hier 3 juillet 2017 (c’est donc un document public).

Il appert de la lecture de ce projet de délibération et de la lettre qu’a adressée Eric Piolle à M. le Préfet de l’Isère (et dont nous avons également copie) que les écologistes grenoblois essaient une fois de plus, sur des points de détails, de faire capoter l’élargissement de l’A480 mais sans pour autant s’attaquer au Rondeau, ce qui revient naturellement à tenter de faire capoter l’ensemble du projet…

Nous reproduisons ci-après les conclusions de cette délibération. Les citoyens métropolitains apprécieront, eux qui sont pris quotidiennement dans les embouteillages depuis l’imposition de CVCM à notre avis de manière parfaitement illégale, puisqu’il n’existe pas de Plan de Déplacement Urbain dans la Métro.

(a) Veuillez bien noter la conclusion: si l’ensemble des réserves imposées par les écologistes ne sont pas levées, l’avis sera défavorable et le projet rejeté, ce qui est totalement contradictoire avec le protocole d’accord signé en 2016, protocole d’accord contre lequel CVCM fut accordé par un deal politique et qui avait fait que Piolle avait retiré son recours gracieux auprès du Premier Ministre rédigé par le cabinet de Corine Lepage;

(b) Cette délibération est illégale car on ne peut voter un texte qui dit que si des réserves ne sont pas levées, alors l’avis est défavorable. On vote un avis favorable ou défavorable. D’où le chantage;

(c) Il est par ailleurs distrayant de voir nos éco-tartuffes exiger une étude d’impact pour la limitation de vitesse à 70 km/h alors qu’ils n’ont pas daigné en faire une pour CVCM, alors que l‘impact en matière de pollution de cet absurde projet est catastrophique;

(d) La Métro n’ayant toujours de Plan de déplacement urbain (PDU) alors que c’est une obligation légale, ceci étant de la responsabilité de M. Mongaburu en que président de l’AOT qu’est le SMTC, et ce que les écologistes grenoblois exigent relevant justement du PDU, on va bien rigoler.

Maintenant, ça suffit. Il y a en assez de voir le même petit Landerneau détruire la ville et la Métropole. Le Préfet de l’Isère et l’État ont dans leurs mains suffisamment de dossiers pour faire mettre genoux à terre à ces élus qui n’ont décidément aucune parole. Et puisque la Municipalité Grenobloise fait du chantage et adore les « deals globaux », il suffit de mettre ce qu’on veut dans la balance.

A480-1A4802

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s