Coeur de Ville Coeur de Métropole, la « green zone » de Grenoble (brûle t-il)?

(Crédit Photo d’illustration: The Comebasha. Collège L. Aubrac en feu)

Nous avions déjà écrit un article en octobre 2016 sur Chiraq, contraction de Chicago et Iraq en espérant qu’on n’appellerait pas Grenoble « Greboul », contraction de Grenoble et Kaboul. Nous le republions à la fin ce billet.

Mais que se passe t-il donc dans la Métropole Grenobloise?

Résumons très rapidement :

On passera sur les règlements de comptes entre bandes rivales, en plein jour, devant des écoles et le samedi matin sur une place de marché. Ça, c’est « business as usual » pour des éléments criminels, malheureusement – et fort heureusement pas très fréquent.

Restons calme: on a notre lot d’anti-linky, d’anars de combats et de mafia locales.  Ces différents actes criminels ne sont sans doute pas liés entre eux.

Mais depuis 2 ans, ça n’arrête pas et des bâtiments et des biens publics sont systématiquement pris pour cible.

Mesdames et Messieurs les élus, M. le Préfet et M. le Ministre de l’intérieur, pourriez-vous s’il vous plaît nous éclairer: que se passe t-il?

 

————————————————————–

Notre article paru le 04 octobre 2016

« La comparaison entre Grenoble et Chicago est-elle aussi infondée que ça? »

Dès les années 1950, la propension du milieu grenoblois à régler ses différents à coups de calibre avait poussé la presse à affubler à Grenoble du surnom de « Chicago sur Isère ».
La comparaison avec la ville d’Al Capone est-elle si absconse que cela?
A Chicago, la ville où Barack Obama était travailleur social dans les années 80 et aujourd’hui dirigée par son ancien directeur de Cabinet, Rahm Emmanuel, il y a les quartiers Nord, au bord du lac Michigan. Des quartiers plutôt riches, où les rues sont « végétalisées », dont la population est essentiellement blanche et de classe moyenne/moyenne-supérieure. Des quartiers tranquilles où il fait bon vivre et où le niveau des écoles est bon.
Et il y a les quartiers Sud, regroupant la plus importante population d’afro-américains des États-Unis, où 564 homicides par armes à feu ont été perpétrés depuis de début l’année 2016. Plus de 2 meurtres par jour en moyenne.
Guerre des gangs sanglante pour le contrôle du territoire à des fins de trafic de drogue, alimentée par les lois laxistes sur les armes de l’état voisin de l’Indiana. La plupart des armes illégales trouvées et utilisées dans la région Grenobloise, elles, transitent par les états voisins que sont la Suisse et l’Italie.
Ne nous voilons pas la face: si la situation grenobloise est très loin d’être équivalente à celle qui prévaut à Chicago, elle présente tout de même des similitudes troublantes.
Forme « nouvelle » opérationnelle du crime organisé sur le modèle des cartels mexicains qui permet aux gros bonnets du trafic de drogue ne résidant pas en France d’encaisser et de blanchir les sommes faramineuses générées en restant loin et de la drogue, et de la violence qu’elle engendre, les rendant ainsi immunes à toute forme de poursuites autres que celle de délits financiers, alors que les « cailleras » des quartiers prennent eux tous les risques ?
D’autant que certains pays européens comme la Belgique permettent des transactions pénales pour les délits financiers, et donc deviennent de fait des havres de prospérité pour l’industrie non négligeable du blanchiment (et du noircissement) d’argent (voir les opérations Virus et Rétro-Virus sur internet), dont le chiffre d’affaires est évalué à 1 600 milliards d’euros mondialement, dont +/- 400 milliards d’euros par an pour l’Europe seule, soit le PIB de la Belgique, pays de plus de 10 millions d’habitants.
Face à la situation et la révolte des habitants des quartiers Sud de Chicago, la réponse du Maire, Rahm Emmanuel, a été de recruter 1 000 policiers supplémentaires. Bien mais très insuffisant disent à juste raison les habitants, car sans programme cohérent de revitalisation urbaine accompagné de mesures socio-éducatives importantes et dans le long terme, cela ne servira à rien, cela n’aura aucun impact.
C’est pourquoi la catastrophe totale qu’est depuis 2014 la gestion du projet ANRU1 et les limbes dans lesquelles se trouve la politique de la Ville à Grenoble et dans la Métro sont inquiétantes. Non seulement tous les signaux donnés aux « gangs » – fermetures de services publics, de bibliothèques dans des QPV, refus de contrôler de manière adéquate l’espace public etc. – sont mauvais et ont fait perdre du terrain puisqu’on n’hésite plus à ouvrir le feu en plein jour dans le centre ville (ce qui ne se produisait pas avant), mais les programmes intégrés et bien conçus du contrat de ville, qui apportent une partie des solutions, vont également à vau-l’eau.
Les quartiers Sud de Chicago sont surnommés Chiraq, une contraction de Chicago et d’Iraq (Irak en Anglais).
Espérons que jamais les quartiers Sud de Grenoble ne soient appelés Greboul, la contraction de Grenoble et Kaboul.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :